South Park : L'Annale du Destin (PC, PS4, Xbox One)

 

Publié le Mardi 17 octobre 2017 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Test de South Park : L'Annale du Destin (PC, PS4, Xbox One)

Un jeu d'enculé de sa mère

imageOn ne le répètera jamais assez : Même s’il semble évident que les jeux South Park sont avant tout destinés aux fans de la série TV, ce n’est pas une stricte vérité, et nous en sommes la preuve. Aucun de nous, à GamAlive, n’est réellement fan – et n’a a contrario aucune inimitié non plus – de la saga des gamins turbulents (le mot est faible) et de leur univers déjanté. Et pourtant, ça ne nous a pas empêché de tomber sans retenue dans la débilité et le politiquement incorrect du premier opus.

Après le succès de son South Park : Le Bâton de la Vérité, Ubisoft remet donc le couvert avec ce South Park : L’Annale du Destin.

Cette suite débute immédiatement à la fin du premier opus. Les gamins stupides de South Park en ayant marre de jouer à une aventure Fantasy de type Seigneur des Anneaux, décident de se tourner vers l’univers des Super-héros. Le tout sous la houlette du Coon, alter-égo de Cartman, sorte de super-raton laveur bien décidé à lutter contre le crime qui pollue sa ville. Et le crime a un nom : Mystérion. Le super-méchant qui va lancer ses hordes de sbires à vos trousses. Sans oublier cette disparition inquiétante des chats du quartier… un problème qu’il va aussi falloir résoudre au passage et qui semble avoir une importance vitale pour la petite ville de South Park…

Vous jouez à nouveau… le nouveau. Un petit gars qui ne rêve que de s’évader de sa maison et des engueulades parentales… et qui donc va tout faire pour intégrer la bande de super-héros. Entre nécessité de combattre les nuisibles de South Park et missions séduction pour prendre des selfies avec les habitants et ainsi avoir un maximum de followers sur les réseaux sociaux, ce qui assoira le statut de « Stars des Super-héros » de votre petit groupe, vous allez avoir fort à faire.


screenOffrant une plus grande liberté que le précédent opus, même si scénaristiquement parlant, vous serez quand même toujours dirigé par les ordres du Coon, vous allez parcourir la ville, enchaînant les missions principales ou secondaires. Les missions secondaires étant bien souvent de rendre service aux habitants. De nombreux combats vous attendent. Des combats légèrement plus tactiques, avec une grille de déplacement, des attaques à tire-larigot… Chaque classe de personnage (une petite dizaine au total, à découvrir au fil du jeu) possède ses propres coups, ses propres esquives ou ses propres défenses, à gérer selon le choix de votre équipe ou qui vous accompagne dans la bataille. Privilégiez un personnage ayant des sorts de soin peut être intéressant, par exemple, surtout quand on affronte des adultes… Il s’agit toujours de combats au tour par tour, le tour de chacun étant défini selon sa rapidité d’action. De nombreux effets de zone permettent de frapper plusieurs ennemis, des effets secondaires, des coups offensifs ou défensifs… sans oublier quelques QTE qui permettent de maximiser les dégâts occasionnés ou minimiser ceux reçus, et un coup Ultime qui dézingue tout sur son passage…

screenOn vous rassure toutefois : le jeu est très facile et ne devrait pas vous poser de problème. Du coup, ces combats n’offrent pas forcément un grand challenge mais viennent rythmer de manière efficace l’aventure.

On pourra parler également des objets à récolter. Il y en a des centaines, certains utiles, d’autres non. On pourra notamment évoquer les artefacts, qui permettent d’améliorer vos compétences. C’est d’ailleurs là la seule réelle dimension « jeu de rôle » du titre. On aurait peut-être aimé avoir un truc plus efficace, un arbre de compétence poussé, des objets (notamment les costumes) qui ne soient pas seulement esthétiques mais apportent un vrai plus en termes de compétences… mais bon. L’idée n’est pas là, finalement. L’idée, c’est juste de vous faire évoluer dans ce monde déjanté de South Park.

screenscreenscreen

screenParce que oui, c’est déjanté. Et même si les auteurs ont ce génie de toujours vous rappeler qu’il ne s’agit que de gamins qui jouent, ils abordent tous les sujets possibles et imaginables. Même ceux qui font mal. Rien ne vous sera épargné en termes de vulgarité et de politiquement incorrect : combat contre des bouseux, jets de boules de neige mélangées à de la pisse, pets multiples, curés pédophiles…Bref, c’est toujours aussi con. Toujours aussi débile. Toujours aussi vulgaire. Toujours aussi prout-pipi-caca. Toujours aussi déglingué. Même les habitués des insultes et ceux qui s’autorisent de rire de tout auront parfois le sourire un peu gêné du « putain, ils sont allés loin ». Mais c’est ça South Park. Et c’est pour ça qu’on aime le jeu. Il n’y a aucun interdit. Aucune censure. Et entre nous, ça fait vraiment du bien.

screenA ce titre, on ne pourra que regretter le doublage français franchement moyen des personnages. Une constante chez Ubisoft qui commence réellement à être pénible, voire terriblement casse-couilles. Les voix en v.o. sont celles des acteurs de la série TV, on aurait été en droit d’attendre la même chose pour la vf. Or elle est très nettement en-dessous. A tel point qu’on vous conseillera très fortement de jouer en v.o. sous-titrée… même si là encore, avec surprise et déception, on notera de grandes différences avec des traductions souvent édulcorées… Il semble y avoir un vrai problème chez Ubisoft concernant les parties françaises, tant au niveau des voix qu’au niveau des sous-titres, et il serait bon que l’éditeur prenne une bonne fois pour toutes ses responsabilités et s’attaque à ce problème. Parce que l’on va rapidement finir par ne plus le tolérer et en tenir vraiment compte dans la note finale.

Plus long (une vingtaine d’heures), meilleur, mieux fait que le premier opus, South Park : L’Annale du Destin est un excellent jeu. Si on regrettera, outre cette vf franchement en-dessous de la vo, que l’aspect RPG ne soit pas plus travaillé, que les combats soient trop faciles, ou que la forme soit peut-être faussement libre (et un peu trop rigide), il n’empêche que le jeu est un vrai bonheur. Une vraie bouffée d’air frais dans ce monde où les interdits vous bouffent la vie. Ici, tout est permis. Et c’est tant mieux.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

South Park : L'Annale du Destin (PC, PS4, Xbox One)

Plateformes : PC - Xbox One - PS4

Editeur : Ubisoft

Développeur : Ubisoft

PEGI : 18+

Prix : 60 €

Aller sur le site officiel

South Park : L'Annale du Destin (PC, PS4, Xbox One)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 8/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu South Park : L'Annale du Destin (PC, PS4, Xbox One) :

0