Thor : Ragnarok, la critique du film

 

Publié le Mardi 24 octobre 2017 à 12:00:00 par Sylvain Morgant

 

Thor : Ragnarok, la critique du film

Si j'avais un marteau...

imageCela fait deux ans que Thor, le Dieu du Tonnerre Asgardien, a quitté la Terre et parcourt l'Univers à la recherche d'informations sur les Pierres de l'Infinité.

Après avoir pourravé un gros monstre pas beau fait de feu et de lave, Thor rentre sur Asgard, pour découvrir que son facétieux demi-frère Loki a pris la place et l'apparence d'Odin.

Quelques baffes plus tard, les deux frangins sont de retour sur Terre, où Loki a déposé le Père de toute chose. Malheureusement, celui-ci se fait vieux et ses pouvoirs déclinent.

A tel point qu'une menace, qu'il contrôlait jusque-là, resurgit du passé.

C'est Hela, la Déesse des morts. D'une puissance phénoménale, elle prend l'ascendant sur Thor et Loki en moins de temps qu'il ne faut pour lire Mjölnir correctement. Pire, elle s'empare du marteau et détruit ce dernier à main nue.

Privé de ses pouvoirs, Thor est en plus de ça, balancé avec Loki à l'autre bout de l'univers.

Il va devoir trouver un moyen de retourner sur Asgard car Hela est bien décidé à prendre possession des lieux.

Quitte à tuer tout le monde...


screenTroisième film solo se concentrant sur le personnage de Thor, Thor: Ragnarok est réalisé par Taika Waititi. Nous retrouvons bien entendu Chris Hemsworth, Tom Hiddleston, Idris Elba, Mark Ruffalo et Anthony Hopkins dans leurs rôles habituels. Viennent s'ajouter Cate Blanchett, Jeff Goldblum, Tessa Thompson et Karl Urban.

On ne va pas se mentir, le personnage et les films Thor ont toujours été les parents pauvres, les malaimés du MCU. Alors, après deux itérations moyennes, le réalisateur Néo-Zélandais arrive-t'il à redresser la barre ?

Dans ce film, finie la simili-héroïque-fantaisie mâtinée de SF, nous sommes pile dans la recette des Gardiens de la Galaxie : Du fun et des personnages cool, de la musique rétro, et tout plein de couleurs partout, partout.

screenPour ce qui est du fun, pas de souci pour ceux qui aiment la formule Marvel, on est en plein dedans. De la vanne, des références, des caméos, des seconds rôles hauts en couleurs mais qui ne servent pas à grand-chose, il faut le reconnaître. On est en territoire connu et pour notre part, nous sommes toujours conquis. Et pour une fois, on ne rit pas de Thor mais avec lui. Comme si les scénaristes avait compris que Thor n'est pas qu'un gros prétentieux un peu con perdu face à des mondes qu'il ne comprend pas. Ces duos avec Tom Hiddleston puis Mark Ruffalo sont l'occassion de montrer que Chris Hemsworth a autant de talent que les autres.

Pour ce qui est de la musique rétro, le bilan est mitigé. Si globalement, on n'a rien à reprocher à cette musique électro type 80's, on n'est pas convaincu de sa bonne utilisation. Si durant les scènes de comédie ou les scènes "basiques" tous va bien, lors des scènes d'action et des scènes épiques, on est beaucoup moins convaincu. On a l'impression de ne pas être dans l'action, que la musique n'est pas raccord avec ce qu'il se passe.

screenConcernant l'histoire, on est face à un vrai paradoxe. Le scénario de Thor: Ragnarok tient sur le dos d'un timbre-poste. On nous parlait de l'adaptation des célèbres comics Ragnarok et Planet Hulk. Ce qui est adapté c'est surtout l'idée générale : Asgard va manger cher et Hulk va être un gladiateur dans une arène. De même, on a l'impression de foncer. Le film passe tellement vite d'une scène à l'autre, d'un lieu à l'autre... Comme une sorte de course effrénée vers le prochain film. La où cela devient paradoxal, c'est que ce film, comme Iron Man 3 et les CA Winter Soldier et Civil War avant lui, est celui qui a le plus d'impact sur l'histoire générale de l'univers des Avengers et en particulier de Thor, Loki et Asgard. Celui qui redistribue les cartes et qui prépare plusieurs personnages pour Infinity Wars. Bref, bien qu'on puisse résumer l'histoire en trois lignes, il modifie plein d'éléments pour la suite.

C'est pour ça que l'on recommandera Thor: Ragnarok. D'accord, l'affiche est moche, y a encore plein de blagues et une galerie de personnages qui ont été écrits par des auteurs sous cocaïne. Mais qu'est ce qu'on se marre. Et puis ce combat Thor/Hulk bordel !

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Thor : Ragnarok, la critique du film

Plateformes :

Editeur : Disney

Développeur : Taika Waititi

PEGI : 7+

Prix : Cinema

Thor : Ragnarok, la critique du film

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 8/10

 

 

Images du jeu Thor : Ragnarok, la critique du film :

0