Titan Quest Ragnarök (PC)

 

Publié le Mercredi 29 novembre 2017 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Test de Titan Quest Ragnarök (PC)

Putain que c'est bon

imageDéveloppé par feu Iron Lore, et édité par feu THQ, Titan Quest fut, lors de sa sortie en 2006, une excellente et merveilleuse surprise. Formidable hack’n slash qui n’avait rien, à l’époque, à envier à Diablo, le jeu a peu à peu sombré dans l’oubli, au fil des années.
Rachetée par THQ Nordic (anciennement Nordic Games qui a racheté la majorité des licences de THQ), la licence renaît d’entre les morts avec un tout nouveau DLC baptisé Ragnarök.

Et ce sont deux bonnes nouvelles au final : Titan Quest est de retour, et qui plus est avec une nouvelle aventure. Et on se met à espérer, du coup… un Titan Quest 2. Si, si.

A l’origine, Titan Quest vous entraînait dans les méandres de l’Antiquité Grecque, avec ses monstres mythiques, ses divinités colériques et ses grands coups d’épée dans la gueule.

Cette fois-ci, notre héros va quitter le soleil, les oliviers, voire les profondeurs insondables du Royaume d’Hadès, pour s’aventurer dans des paysages plus nordiques.

Remis au goût du jour – et toujours formidable à jouer – avec l’édition Anniversary qui corrigeait de nombreux bugs, améliorait le graphisme ou encore la distance d’affichage, sans oublier la présence de la première extension Immortal Throne, Titan Quest propose toutefois de commencer par la nouvelle extension en vous créant directement un guerrier de haut niveau, à savoir 40, ainsi que suffisamment d’or pour aller s’équiper correctement chez les marchands.
Bien entendu, si l’idée est intéressante, on ne saura trop vous conseiller, si ce n’est pas déjà fait (et quand bien même…) de relancer le jeu depuis son début et (re)profiter de cet excellent titre.


screenExit donc la Grèce Antique et bienvenue aux divinités nordiques. Le but va toutefois être le même : aller pourraver des monstres par milliers, jusqu’à des boss de fin de niveaux. Exit donc les sandalettes pour danser le sirtaki, il va falloir traverser d’épaisses forêts, de petits villages aux maisons en bois, des plaines gelées, des montagnes enneigées… Le jeu est dépaysant à ce niveau, mais finalement permet de relancer parfaitement la machine. Au premier monstre affronté, on se remet à jubiler et à prendre du plaisir comme à la grande époque.

Et tant pis si l’on se rend compte que le bestiaire n’est pas forcément novateur et constitue pour la plupart un relookage d’anciens ennemis. La magie opère à nouveau. Notamment parce que le level design est de qualité, l’intensité à son maximum et que l’ambiance globale est une fois une vraie réussite. Le fait que le doublage des personnages soit excellent n’y est sans doute pas étranger, soit dit en passant.

screenAu menu, outre ce nouvel acte ajouté à l’histoire, vous pourrez atteindre le niveau maximal 85 et découvrir également une nouvelle spécialisation : Maître des Runes. Ce mélange de guerrier et de magicien est plutôt réussi, et dotée d’une nouvelle courbe de progression. On peut ainsi s’adjuger des bonus de dégâts tout en s’offrant quelques protections  bien senties, et alterner entre bourrin au corps-à-corps et sournois à distance. De nouvelles armes de jet permettent aussi de jouer la prudence, cela dit.
Avec les différentes spécialisations de type Chasseur de Dragons, Berserker, ou encore chaman, pour ne citer que certaines des 10 disponibles, vous pourrez orienter votre personnage vers le corps-à-corps, la défense, la chasse, l’attaque à distance… c’est à vous de voir, sachant qu’il y a également 4 branches d’évolution pour le Maîtres des Runes, permettant soit d’améliorer les armes, soit de faire des dégâts élémentaires, soit de drainer l’énergie de vos adversaires soit la transmutation qui change une portion de vos attaques en dommages élémentaires. Avec ce qu’il faut de subtilités, bien entendu.

Il y a également de nouvelles reliques à récupérer, et de nouvelles options pour améliorer votre équipement, même celui estampillé légendaire. Sans oublier les armes et armures typiquement celtiques, qui font ici leur apparition.

Bref, retour excitant dix ans en arrière, avec une extension qui vaut le coût… certes, 20 € le DLC (même si on le trouve actuellement à 15 €), ça peut paraître cher. Mais rajoutez 5 € pour le jeu de base et finalement, pour 20-25 €, vous avez un excellent jeu qui ne se démode pas et qui est toujours aussi chouette. Un des meilleurs du genre, tout simplement. Vous attendez quoi ?

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Titan Quest Ragnarök (PC)

Plateformes : PC

Editeur : THQ Nordic

Développeur : THQ Nordic

PEGI : 18+

Prix : 20 €

Titan Quest Ragnarök (PC)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 8/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu Titan Quest Ragnarök (PC) :

0