Le Labyrinthe : Le Remède mortel, la critique du film

 

Publié le Mardi 6 février 2018 à 12:00:00 par Sylvain Morgant

 

Le Labyrinthe : Le Remède mortel, la critique du film

En demi-teinte

imagePlusieurs mois ont passé depuis la capture de Minho et la trahison de Teresa.

Thomas et ses jeunes potes décident d'aller le libérer des griffes de WICKED. Malheureusement, tout ne se passe pas comme prévu. S'ils libèrent des prisonniers, Minho n'est pas parmi eux.

Il ne peut être retenu quand dans un seul endroit, la Dernière Ville, qui est comme son nom l'indique, le denier endroit sain et protégé de l'humanité.

Bastion imprenable, que Thomas et quelques un de ces amis vont devoir infilter…

Troisième et dernier volet de la trilogie adaptée de l'œuvre de James Dasher, Le Labyrinthe : Le Remède mortel est toujours réalisé par Wes Ball. On retrouve le casting habituel : Dylan O'Brien, Thomas Brodie-Sangster, Kaya Scodelario, Ki Hong Lee, Will Poulter, Rosa Salazar,Jacob Lofland, Dexter Darden, Giancarlo Esposito, Patricia Clarkson et Aidan Gillen.

Première information : je n’avais pas vu les deux premiers opus et avait donc un certain handicap pour comprendre et apprécier l’histoire… mais rassurez-vous si vous êtes aussi dans ce cas : il y a assez d'informations distillées dans l’histoire pour comprendre les grosses lignes (ou plutôt les grosses ficelles de type cordage de navire) de la trame générale.


screenQuant au scénario même du film, on peut résumer en : « avec le pouvoir de l'amitié, on peut tout réaliser ». Ce qui, normalement, est une philosophie intéressante, bien qu’un brin naïve. Seulement elle est ici tellement reprise et réutilisée quasiment avant chaque action de nos héros, que cela frise l’indigestion. Surtout quand une action sur deux peut être considérée comme totalement kamikaze. Ou foireuse. Ou du grand n'importe quoi. Sans compté qu'on est très peu surpris (euphémisme) par les "surprises" du scénario. Un scénario cousu de fil blanc…

screenEt puis j'ai personnellement, beaucoup, mais alors beaucoup de mal à croire au coup des adolescents sauveurs du monde, capable de rivaliser avec des soldats, d'être aussi des supers généticiens, des mécanos hors pairs et des tireurs d'élites. Enfin, pour ce dernier point, ils n'ont pas de mérite, aucun des soldats ennemis n'arrive à toucher qui que ce soit. A croire que ce sont des StormTroopers…

Bref, la saga s’achève sans brio ni génie, et surtout, sans surprise. Une fin de course à bout de souffle qui aurait mérité plus d’originalité, plus d’héroïsme individuel, plus de réalisme peut-être aussi dans sa construction et malgré son cadre surréaliste. Déçu, au final.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Le Labyrinthe : Le Remède mortel, la critique du film

Plateformes :

Editeur : Twentieth Century Fox France

Développeur : Wes Ball

PEGI : 7+

Prix : Cinema

Le Labyrinthe : Le Remède mortel, la critique du film

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 5/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu Le Labyrinthe : Le Remède mortel, la critique du film :

0