Warhammer Vermintide 2 (PC, PS4, Xbox One)

 

Publié le Mercredi 18 avril 2018 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Test de Warhammer Vermintide 2 (PC, PS4, Xbox One)

En plein chaos

imageC’est le bordel. Plus rien ne va. Vous pensiez avoir réussi à sauver cette bonne vieille ville d’Ubersreik dans le premier épisode de Warhammer Vermintide ? C’est raté. L’Apocalypse a bien lieu. Grey Seer Rasknitt n’est pas mort. Pire, il a pris la ville avec ses légions infernales et construit un portail d’où le Champion du Chaos Bödvarr Ribspreader débarque avec ses légions pour renforcer l’armée de Skravens, des créatures mi-rat, mi-hommes, déjà en place.

Capturés et promis à une mort certaine, les quatre héros vont réussir à s’échapper. Et vont bien évidemment repartir au charbon pour sauver le monde. Ou du moins, pour essayer de se sauver eux-mêmes. Ce qui serait déjà pas mal.

Pour ceux qui débarquent (et ce n’est pas un problème puisque cette suite peut tout à fait se jouer sans avoir testé le premier opus, notamment grâce à un belle introduction, claire et qui permet de bien replacer personnages et action dans cet univers si riche), Warhammer Vermintide 2 est un FPS à joueur en coop.

Pas de révolution de la part de Fastshark, le développeur, en ce qui concerne ces personnages. Vous allez retrouver les 5 héros du premier opus. A savoir le nain, l’elfe, la sorcière, le répurgateur et le soldat. Chacun a bien entendu ses propres armes, ses propres capacités, ses propres évolutions, ses propres bonus… et va évoluer au fil de l’expérience glanée et des évolutions que vous leurs choisirez alors. Sachant qu’une fois le niveau 15 atteint, trois sous-classes sont proposées à chaque personnage. Une spécialisation qui offre, finalement, plus de variété dans les parties et dans les rencontres entre joueurs.


screenA vous donc d’explorer chacun d’entre eux, pour savoir si vous préférez jouer un bourrin qui ira au corps à corps, un soigneur, un attaquant à distance… sachant que les spécialisations offertes par les sous-classes peuvent lisser un brin chaque type et affiner la manière de les jouer. Au final, à alterner entre les classes, on découvre une vraie profondeur et une vraie richesse, très appréciables, au niveau du gameplay.

Un aspect jeu de rôle, un jeu de type FPS… le début du bonheur ?

En tout cas, ça y ressemble. D’autant plus que le level design, doublé d’une direction artistique aux petits oignons, vous plonge dans une aventure d’une rare intensité. Qu’il s’agisse de parcourir une mine abandonnée, des forêts majestueuses, des cités perdues… Si les cartes graphiques des PC vont être poussées à bout, c’est pour la bonne cause. Les niveaux, plus ouverts et permettant du coup plus de liberté, offrent des panoramas somptueux et des décors assez détaillés, dans lesquels vous allez affronter des hordes d’ennemis déchaînés.

screenOn retrouve certains adversaires du premier opus, agrémenté des soldats du Chaos qui viennent vraiment corser les choses. Certaines unités sont ultra résistantes, d’autres franchement puissantes… bref le challenge est particulièrement relevé dans cet opus. Et si chaque quête échouée, même à quelques mètres de l’objectif, peut amener son lot de frustration, on repart avec rage à l’attaque pour ne retenir au final que le plaisir d’avoir enfin réussi une mission.
C’est violent, sans concession, ardu, parfois cruel, mais bigrement efficace. Une excellente gestion des apparitions ennemies et du rythme des missions est également à noter.

screenAu final, on regrettera surtout la gestion de son inventaire, assez brouillonne, malgré un système de loot intelligent qui permet de vraiment récupérer des objets et armes selon sa classe de personnage, mais aussi dans l’évolution de son personnage. Les menus manquent de clarté et de détails pourtant essentiels aux choix des spécialisations ou de l’équipement. La gestion multijoueur est également chaotique. Avec cette frustration de devoir recommencer une mission depuis le début si l’un des joueurs se déconnecte.

Bref, pas parfait, d’une difficulté qui pourra en rebuter plus d’un, Warhammer Vermintide 2 est pourtant un excellent jeu, exigeant et jouissif, bien fichu et qui, malgré sa perfectibilité, offrira de longues heures de plaisir aux fans du genre. Une vraie réussite au final.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Warhammer Vermintide 2 (PC, PS4, Xbox One)

Plateformes : PC - Xbox One - PS4

Editeur : Games Workshop

Développeur : Fastshark

PEGI : 18+

Prix : 30 €

Warhammer Vermintide 2 (PC, PS4, Xbox One)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 8/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu Warhammer Vermintide 2 (PC, PS4, Xbox One) :

0