Jurassic World: Fallen Kingdom, la critique d'un film raté

 

Publié le Vendredi 8 juin 2018 à 12:00:00 par Sylvain Morgant

 

Jurassic World: Fallen Kingdom, la critique d'un film raté

Oh Mère-Grand, comme vous avez de grandes dents !

imageVoilà 3 ans que le parc Jurassic World, situé sur Isla Nublar, a fermé, à la suite des dégâts provoqués par la fuite de l’Indominus rex. L'Homme a évacué l'île, la laissant aux dinosaures restants.

Malheureusement, le volcan de l'île menace d'exploser, condamnant de fait les sauriens préhistoriques.

Claire Dearing, l'ancienne patronne du parc, reconvertie à la tête d'une association de défense des bestioles, cherche du soutien pour sauver le maximum de dinos avant la destruction d'Isla Nublar. Elle le trouvera grâce à Benjamin Lockwood, vieux milliardaire ami de feu John Hammond. En plus, Claire réussit à convaincre son ex, Owen Grady, d'aller avec elle sur l'île pour récupérer Blue, l'une des Raptor qu'Owen avait apprivoisé.

Ils partent donc, à la tête d'une expédition de sauvetage.

Mais tout ne va pas se passer comme prévu. Car l'assistant de Lockwood a dans l'idée de vendre les dinosaures récupérés.

Après le raté Jurassic World, réalisé par Colin Trevorrow, une seule question s’impose : sont-ils capables de faire pire avec cette suite ?

 On ne vous cachera pas la réponse plus longtemps. C'est un grand oui. Jurassic World: Fallen Kingdom est une purge.

Commençons par les points qui nous ont plu. Cela ira plus vite….
La réalisation de Juan Antonio Bayona est plutôt bonne. Les jeux d'ombres et de lumières sont très réussis et l'ambiance très "film d'horreur" de certaines scènes est une belle nouveauté dans la saga. De même, le réalisateur « re-sacralise» les dinosaures car il a compris que ce qu'on aime, c'est les dinos, pas les personnages.


screenLa scène d'introduction, par son ambiance, par ses jeux de cache-cache via les ombres, est sûrement l'une des meilleures de la saga « World », qui rappelle le meilleur de la saga « Park ». Si l'on fait exception d'un gros bug (genre dans les 20 tonnes) de scénario.

Et c'est à peu près tout ce qu’il y a de bon dans ce film. Pour le reste, il n’y aurait pas assez de 20 pages Internet pour lister tous les problèmes et tous les ratés. Nous n’en citerons que quelques-uns.

Les personnages. Globalement les héros sont transparents. Les seules choses que l'on retienne du personnage de Claire sont ses jolis yeux et sa poitrine. Quant à Owen, joué par Chris Pratt, il est encore plus invisible que l'homme du même nom. Même sa relation avec Blue nous laisse de marbre. Nos deux nouveaux héros, l'asiatique badass et le noir geek sont… comment dire ?... des clichés sur pattes… Et nos méchants, encore plus clichés et caricaturaux que les héros. Et stupides par-dessus le marché. Mais vraiment stupides. Du genre à rentrer dans la cage du gros dino méchant en laissant la porte ouverte…

screenQuant à l'histoire. Une vaste blague. Entre la partie moralisatrice sur la protection des animaux qui est amenée avec des gros sabots et le sauvetage sur l'île pendant l'éruption, finalement assez bien rendu mais quand même remplis de bugs et d'incohérences… il y a de quoi passer un sale moment. Par que oui, quand un carnivore continue à vouloir bouffer quelqu'un alors que de la lave lui tombe sur la tronche, on appelle ça un bug de scénario. L'instinct de survie, ça ne dit rien aux scénaristes ? Et concernant la seconde partie du film, celle qui concerne le lâcher de dinos chez les méchants, c’est complètement n’importe quoi. Encore une fois, le principe de vouloir des dinosaures, modifiés ou non, comme armes est une idée à la con. Si les armées du monde n'utilisent pas de tigres, de lions ou de hyènes, c'est qu'il y a une raison. Et puis bon, la grosse bébête toute méchante/arme ultime qui a quand même besoin d'un rayon laser et d'une musique pour s'attaquer à sa cible, c'est du n'importe quoi, hors de toute logique opérationnelle militaire. A croire que c'est une idée d'un gamin de 5 ans. Et pour une arme ultime, il a bien du mal à tuer une simple gamine…

On pourrait continuer encore longtemps sur ce grand n'importe quoi, mais on préfère s'arrêter là. Même la fin du film, qui veut lancer un monde Homme VS Dinosaure, réfléchissez 10 sec, vous devriez comprendre pourquoi, là aussi, c'est stupide.

Bref Jurassic World: Fallen Kingdom est un film de merde. N’allez pas le voir.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Jurassic World: Fallen Kingdom, la critique d'un film raté

Plateformes :

Editeur : Universal Pictures International France

Développeur : Juan Antonio Bayona

PEGI : 7+

Prix : Cinema

Jurassic World: Fallen Kingdom, la critique d'un film raté

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 2/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu Jurassic World: Fallen Kingdom, la critique d'un film raté :

0