Onrush (PS4, Xbox One)

 

Publié le Mercredi 20 juin 2018 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Onrush (PS4, Xbox One)

Le gros crash

imageAprès les excellents Motorstorm, mais après le décevant DriveClub, les développeurs d’Evolution Studios aujourd’hui regroupés chez Codemasters, laissaient entrevoir le meilleur pour leur Onrush. Un jeu de courses bourrin, avec un brin d’esprit de « Burnout » au passage, puisque le jeu promettait de la tôle froissée, des crissements de pneus et du fun avant tout.

Force est de constater que quand on parle de « regroupés chez Codemasters », on devrait finalement dire « échoués, à bout de souffle, comme des baleines sur une plage bretonne ».

Pourtant, Onrush partait avec les meilleurs atouts possibles. Certes, graphiquement, ce n’est pas Forza Motorsport. Mais ça le fait quand même. Si certains textures sont grossières, voire bêtement foule, d’un point de vue global, le jeu assure avec de nombreux détails et des circuits relativement variés. L’impression de vitesse est plutôt bonne. Et surtout, le level design des circuits est réussi. On sent la patte Motorstorm, avec des sauts, des obstacles, des mini-raccourcis, des dédoublements de circuits…

Ajoutez un gameplay simple, pour ne pas dire simpliste, qui, résolument arcade, s’adresse au plus grand nombre. On pilote avec dextérité et facilité, les véhicules répondant au poil et filant sur la piste.

Alors vous allez me dire : « si le gameplay est facile et efficace, les circuits bien pensés et l’impression de vitesse correcte, pourquoi Onrush n’est pas un bon jeu ? ». Ou du moins, c’est ce que vous devriez me dire si vous suiviez un peu.
Et je vous répondrai : « tout le reste. »


screenVisuellement, déjà, l’écran est saturé d’informations, d’explosions, d’effets en tous genres, qui pourrissent la visibilité. Il y a un gros manque de lisibilité de l’action et des évènements.
Le turbo activable quasiment toute la course pour peu que vous dégagiez quelques concurrents, perd rapidement son intérêt en jeu : il est obligatoire pour espérer ne pas être distancé, mais perd ce côté « super pouvoir » pour n’être finalement qu’un truc banal… le problème étant que la maniabilité du véhicule prend alors du plomb dans l’aile.
Ajoutez enfin des pouvoirs, souvent passifs, qui se visualisent mal à l’écran…

C’est aussi dans la construction du jeu en lui-même qu’Onrush se crashe. A chaque course, vous avez des objectifs précis. Pas forcément de la gagner… Et en multi, c’est pire : on ne comprend pas comment sont calculés les points, pourquoi vous avez gagné ou perdu, si vos actions coïncident avec ce que l’on vous demande au début, si elles ont un vrai impact sur la course… bref

screenLes différents modes de jeux s’en sortent un peu mieux comme Countdown, une sorte de contre-la-montre par équipes, ou Lockdown, dans lequel vous devez capturer des points précis. Mais Switch, dans lequel vous débutez à moto et obtenez des véhicules plus puissants au fil de la partie est une purge, tout comme le mode Overdrive. Enfin, Courses Rapides, mode classique, retombe dans les travers de lisibilité et d’intérêt cités précédemment.
Enfin, il reste le mode Carrière. Avec courses et véhicules imposés.

Pour finir, on parlera du contenu global, bien trop famélique pour ne pas rapidement s’ennuyer et avoir l’impression de tourner en rond. C’est le cas de le dire.

Pour conclure, donc, Onrush partait sur d’excellentes bases : des circuits sympas et une conduite accessible. C’est tout le reste qui pêche et en fait un mauvais jeu.


 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Onrush (PS4, Xbox One)

Plateformes : Xbox One - PS4

Editeur : Codemasters

Développeur : Codemasters

PEGI : 12+

Prix : 50 €

Aller sur le site officiel

Onrush (PS4, Xbox One)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 5/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu Onrush (PS4, Xbox One) :

0