Call of Duty: Black Ops 4 (PC, PS4, Xbox One)

 

Publié le Mardi 16 octobre 2018 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Test de Call of Duty: Black Ops 4 (PC, PS4, Xbox One)

Un seul être vous manque...

imageDepuis plusieurs années maintenant, Treyarch a pris en mains les rênes du succès de la saga Call of Duty. Sa saga Black Ops est le fer de lance de la série et a su s’imposer en proposant quelques innovations bien senties et un scénario plus travaillé qu’à l’accoutumée, même si complètement barré et incompréhensible parfois.

Et ce nouvel opus, Call of Duty Black Ops IIII (parce que chez Treyarch, on ne sait pas écrire les chiffres romains correctement), est bien parti pour innover, justement. Quitte à redéfinir les contours de la série… et perdre une partie de ses fans au passage.
En effet, par manque de temps (?), par manque de talent (?), par manque d’idées (?) ou que sais-je, par manque de drogue (?), les développeurs ont décidé de se passer de mode solo pour cet opus.
Ouch.
Outre ses qualités de multi survitaminé et ses modes zombies qui sont un peu plus chaque jour la preuve que coopérer avec des abrutis dans des situations périlleuses est une mission impossible que même Tom Cruise ne saurait réussir, j’ai toujours défendu la série Call of Duty pour son mode solo. Un petit plaisir personnel, à faire péter le son à fond dans mon salon, 5.1 obligatoire, écran 55 pouces, et vas-y pour l’immersion. Et j’ai découvert au fil du temps que je suis loin d’être le seul à prendre mon pied en solo (ça s’appelle de l’onanisme vidéoludique et j’assume pleinement). De nombreux amis ou connaissances m’ont avoué, un peu honteusement, qu’ils achetaient Call of Duty juste pour le solo.
Et donc, se priver de solo, c’est se priver de tout ce nombre, difficilement quantifiable cela dit, de fans.

D’un point de vue strictement personnel, tout au long de ce test, l’absence de mode solo a été préjudiciable et créé peu à peu un vrai manque. Toutes aussi bonnes soient les autres parties, elles n’ont pas réussi à faire oublier cette absence. Il faudra voir si c’est un choix vers lequel s’oriente la série, mais j’espère sincèrement que Call of Duty ne cèdera pas aux sirènes du multi à tout va, perdant son âme au passage.


screenEn attendant, Black Ops 4 (ça pique quand même moins les yeux écrit comme ça) sera l’épisode de l’essai. Et propose donc trois parties bien distinctes : le mode zombies, le mode multijoueur et le mode Blackout, qui n’est finalement qu’un Battle Royale auquel on a donné un nouveau nom…

Vous allez pouvoir choisir l’un des 12 spécialistes à incarner. 8 déjà connus, 4 nouveaux. Chacun avec ses armes, ses capacités, son équipement, ses forces et ses faiblesses.
Vous allez pouvoir « essayer » chacun de ces spécialistes dans des sortes de niveaux tutos, très basiques, avec un gameplay simple et accessible.
Chaque spécialiste dispo de deux capacités spéciales. L’une qui confère généralement un atout immédiat, l’autre qui sert de super-capacité ultime, prompt à vous donner un avantage certain sur l’adversaire. Battery, Crash, Ajax, Recon, Torque et j'en passe au  niveau des noms de spécialistes... avec par exemple une grenade tactique aveuglante, des chargeurs bonus pour l'équipe, un équipement qui révèle les ennemis proches sur la mini-map, des barbelés pour ralentir l'ennemi ou un grapin pour la première capacité, et un lance-grenades rebondissantes, une mitrailleuse montée, la possibilité de soigner ses alliés à proximité, révéler tous les ennemis, saut mortel… comme exemples de la seconde capacité. Globalement, c’est bien pensé et il n’y a pas de problème évident de balance au niveau de la force et la puissance de ces spécialistes.
Au fil de votre évolution, vous gagnerez bien évidemment plus de choix en termes d’armes, d’accessoires et de possibilités.

screenBref, le gameplay est plus basique, plus épuré, et reviens à la base de la série. Par exemple, les soins se font, comme dans le dernier opus COD WWII, à base de medikits. Le temps où il suffisait de se planquer derrière un muret quelques secondes pour que la santé remonte au max semble bel et bien terminé. Et ça, c’est une bonne nouvelle.
Au niveau multijoueur classique, on se retrouve avec 14 cartes dont 4 sont des versions mises au goût du jour d’anciens opus.
Rien de très nouveau au final. Call of Duty Black Ops 4 se contente de faire ce qu’il sait bien faire. On se retrouve donc avec les modes que l’on connait bien, tels Domination, Kill Confirmed, Deathmatch, Team Deathmatch ou même Hardpoint, pour ne citer qu’eux, ainsi que deux nouveaux modes : Heist et Control.


screenLe premier, Heist, est un affrontement entre deux équipes. Il faut récupérer un sac de billets et l’extraire dans une zone précise. Les joueurs doivent acheter leurs armes, équipements, perks et munitions. Chaque victoire, chaque action spéciale réussie, octroiera des finances supplémentaires pour la manche suivante. Pas assez pour déséquilibrer la partie, mais suffisamment pour donner un petit avantage… Et la bonne nouvelle, c’est qu’il n’y a pas de respawn dans ce mode de jeu. Heist est plus tactique, plus lent que les modes classiques, généralement très rythmés et à l’action frénétique, et offre une vraie bouffée d’air frais au multi.

Le second, Control, se déroule aussi avec deux équipes. Il s’agit d’une sorte de King of the Hill revisité. Le but est de capturer deux points sur la carte, points assez éloignées l’un de l’autre. Chaque zone nécessite trois paliers de capture, et il faudra donc résister durant de loooongues secondes avant d’entériner chaque capture. Ok, sur le papier, ça a l’air relativement basique. Mais manette (ou souris) en mains, c’est fun, la partie évolue vraiment durant son déroulement, au niveau de l’évolution du comportement en coop aussi, savoir si l’on doit plus être sur la défense ou l’attaque, sans négliger l’un ou l’autre, selon l’avancée de la capture… bref, c’est plutôt fun au final.

Donc, globalement, un multi toujours aussi maîtrisé, avec deux nouveaux modes intéressants et bien pensés, mais qui reste malgré tout classique dans son ensemble.

screenLe célèbre mode Zombie est donc là encore un des points forts, ou du moins l’un des points largement mis en avant par Treyarch sur son jeu. Encore une fois, 4 héros vont se frotter à une invasion de morts-vivants qui débarquent par vagues successives de plus en plus nombreuses et résistantes. Toujours avec cette ambiance de film d’horreur de série B, ce débarquement de zombies se déroule cette fois-ci sur le Titanic. De quoi se faire plaisir niveau architecture, avec ses coursives étroites et ses salles plus larges, sans oublier les différents étages du navire. Gare au glaçon.

Si vous préférez une carte bien plus salée en termes de difficulté, tentez la carte Blood of the Dead, version revisitée de Mob of the Dead, qui se déroule à Alcatraz, ou la carte Declassified, qui vous envoie au Pentagone. Cette dernière est exclusive à ceux qui s’offrent le Season Pass.
A contrario, si vous êtes novices dans le mode Zombie, la carte IX vous emmène dans une arène où les combats seront à la gloire de différentes divinités. Cette introduction légère au mode permet de se familiariser avec l’ambiance et le genre. Et est bien plus accessible.

Bref, globalement, ce mode Zombie, bien que fourni, ne révolutionne pas le genre. C’est un peu du déjà-vu… mais c’est tellement maîtrisé et tellement bien ficelé que ça fonctionne toujours autant. Du tout bon, donc.

screenLa grande nouveauté de ce Call of Duty Black Ops 4 est donc, indéniablement, le mode Blackout. Un mode Battle Royale. A ce niveau, il est de bon ton de préciser que votre serviteur commence déjà à en avoir légèrement ras-les-noisettes des jeux de type Battle Royale que l’on vous sert à tout va. MineCraft a eu du succès ? On a eu droit à du MineCraft-like à toutes les sauces. PlayerUnknown’s Battlegrounds a eu du succès (dépassé depuis par Fortnite qui lui a piqué l’idée) ? On mange du Battle Royale à toutes les sauces. En attendant d’avoir un MineCraft Battle Royale qui ne manquera sans doute pas d’arriver, ce « nouveau » genre est surexploité ad nauseam. Autant dire que le jeu partait, à mes yeux, avec un vrai handicap (me virer le mode solo pour un Battle Royale).

Bref, Blackout permet à un grand nombre de joueurs, entre 80 et 100, de s’affronter sur une carte. La zone se réduit au fil du temps et tous convergent vers une zone finale où les derniers survivants devront combattre jusqu’au dernier.


screenAssez classique dans sa construction, le mode Blackout s’appuie toutefois sur quelques bonnes idées… et d’autres un peu moins…
Au rang des bonnes idées, le gameplay, bien maîtrisé. Il faudra trouver des armes, des objets bonus pour avoir quelques avantages sur l’ennemi, tout en faisant gaffe à son entourage. Les alliances sont bien entendu possibles, et vous pourrez même « emprunter » quelques véhicules, comme des hélicos, des quads, des zodiacs voire des camions… idéal pour se déplacer vite, ces véhicules ont toutefois une résistance très maigres et rien n’est plus énervant que de mourir bêtement alors que vous étiez assis tranquille dans votre hélicoptère…

Des caisses mystères apparaissent sur la carte, protégées par des zombies ce qui ajoute réellement du piment à l’aventure, d’autres sont larguées par des avions de ravitaillement… avec toujours la crainte de vous faire dézinguer alors que vous cherchez à en récupérer une, genre le gros salopard bien planqué qui attend que vous fassiez le boulot, avant de vous aligner et aller récupérer la caisse une fois que vous êtes mort… 

screenIl va y avoir des crises de nerf, des déceptions, des cris de rage pour ce mode Blackout dont le principal défaut n’est ni la carte (plutôt sympa et variée), ni le gameplay (rythmé) mais la courbe de progression, franchement déconnante.
En fait, il n’y a quasiment que les frags qui vous rapporteront de l’expérience. Et encore, à condition d’être dans les derniers survivants. Ce qui au final n’évite ni la campe de certains joueurs, ni le comportement parfois très pourri d’autres. Le beau jeu (un headshot, un frag alors que vous êtes à deux doigts de mourir voire le fait de « soigner » vos potes abattus) n’aura strictement aucune incidence sur votre score. Et il n’est pas rare d’avoir le sentiment d’avoir fait une bonne partie et de ne rien récolter du tout sous prétexte que vous n’avez pas survécu assez longtemps.
Rien pour encourager les novices non plus, donc, et au final, augmenter de niveau s’avère long, difficile et est un chemin parsemé de frustrations.

Au final, donc, le mode Blackout est plutôt agréable dans son ensemble, bien ficelé au niveau rythme et gameplay, mais pêche par son manque de gestion de personnage, au niveau des récompenses et évolution.

Enfin, un dernier mot sur le moteur graphique, le même que Black Ops 3 un brin amélioré pour l’occasion et qui accuse toutefois le poids des ans. Ça passe, quand même. Mais ce n’est pas le plus beau jeu sur PS4, Xbox One ou PC, sachez-le.

Bref. Il y a de quoi être tiraillé sur ce Call of Duty Black Ops 4. Ce n’est pas l’épisode révolutionnaire auquel on était en droit d’attendre vue l’absence de mode solo. Un mode solo qui manque quand même cruellement à l’ensemble. On restera indulgent quand même car ce qui est proposé est bien maîtrisé et de qualité. Pas parfait, à l’image du mode Battle Royale, mais bien rythmé, bien géré, bien pensé. Au final, ça reste un très bon jeu… multi. Si vous n’attachiez pas d’importance au solo de la série, foncez, ça reste une vraie valeur sûre. Sinon…

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Call of Duty: Black Ops 4 (PC, PS4, Xbox One)

Plateformes : PC - Xbox One - PS4

Editeur : Activision

Développeur : Treyarch

PEGI : 18+

Prix : 60 €

Aller sur le site officiel

Call of Duty: Black Ops 4 (PC, PS4, Xbox One)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 8/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu Call of Duty: Black Ops 4 (PC, PS4, Xbox One) :

0