Creed II, la critique du film

 

Publié le Mercredi 9 janvier 2019 à 12:00:00 par Sylvain Morgant

 

Creed II, la critique du film

Adieu Rocky

imageSous la tutelle de Rocky Balboa, Adonis Creed est devient champion du monde des poids lourds. Il marche ainsi dans les pas de son père et de son mentor.

Tout réussit au jeune boxeur. Bianca, sa compagne, et lui, attendent un enfant, ils vont se marier, ils ont un superbe appartement.

Jusqu'au jour où un promoteur de boxe arrive avec une proposition qu'Adonis ne peut refuser : un combat contre Viktor Drago, le fils d'Ivan Drago, qui tua son père sur le ring bien des années avant.

Si Rocky déconseille à Adonis de combattre, celui-ci passe outre. Et ne peut rien devant la force brute du boxeur qui est élevé et entrainé par son père avide de revanche et haineux envers Rocky et Creed.

Adonis sort du combat terriblement blessé et démoralisé.

Pour lui et sa famille, s'il veut remonter sur un ring et prendre sa revanche, il va devoir apprendre à guérir de ses démons…

Prenant la suite du film de Ryan Coogler, Creed 2 ramène l'adversaire sans doute le plus connu et charismatique (en plus d'être le plus caricatural) de l'étalon italien, Ivan Drago. Depuis sa défaite dans Rocky 4, le géant Russe a été abandonné de tous et en particulier de sa femme. Il voue une haine farouche envers Rocky et veut prendre sa revanche via son fils. Cet élément de l'histoire est le point plus l'intéressant du film. La relation Ivan/Viktor est, en quelques scènes et peu de mots, très bien présentée, aussi dure que belle et triste. Dommage que cela soit finalement un élément secondaire de l'intrigue…


Car hélas, les péripéties d'Adonis sont, et on va être mesuré dans notre vocabulaire, beaucoup plus chiantes.

screenSi le personnage est toujours aussi sympathique que dans le 1, et que Michael B. Jordan est toujours au top, le coup du « mais je ne sais pas si je suis à la hauteur de mon papounet que je n'ai pas connu, et la vie est dure parce qu'on a des épreuves à passer » a tendance à alourdir le récit. En fait, on a souvent l'impression de voir un "pauvre petit gars riche" qui ne sait pas quoi faire de sa vie. Alors oui, le couple que forme Michael B. Jordan et Tessa Thompson est adorable, les scènes avec le bébé sont toutes mignonnes mais on est dans un film sur de la boxe là, on voudrait bien voir de la boxe.

Heureusement, les combats Creed/Drago sont de haute volée. C'est surtout dû au boxer Florian Munteanu qui prête son impressionnante carrure à Viktor. Les combats sont brutaux, puissants. On ressent la haine/rancœur qui existe entre les deux boxers mais aussi qui permet de voir les doutes de Victor sur son père et sur sa raison de combattre.

Donc voilà, si on a apprécié Creed II, c'est pour une fois, dû en grosse partie aux adversaires mieux utilisés que le personnage principal

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Creed II, la critique du film

Plateformes :

Editeur : Warner Bros. France

Développeur : Steven Caple Jr.

PEGI : 7+

Prix : Cinema

Creed II, la critique du film

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 6/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu Creed II, la critique du film :

0