Dark Void (PC/Xbox 360/PS3)

 

Publié le Lundi 25 janvier 2010 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Dark Void

Pigeon vole

imageEn ces temps troublés de suites à succès et de frilosité chez les éditeurs, voir apparaître une nouvelle licence forte st une chose assez rare. Et assez plaisante. En théorie du moins.
On saluera donc, en premier lieu, la prise de risque de Capcom qui nous dévoile un Dark Void développé par Airtight Games qui signe là son premier jeu.

Un héros avec un jetpack, un monde à sauver… Dark Void aurait pu être au jeu vidéo ce que Rocketeer a été au cinéma : une bonne petite surprise, pas le produit de l’année, mais un bon divertissement que parcourt avec plaisir et que l’on ressort toujours avec joie.
Sauf que là… euh… c’est un peu raté.

William Augustus Grey est un pilote d’avion cargo qui échoue dans le triangle des Bermudes. Et forcément, y’a une nana dans l’histoire. Une ex de notre héros, pour ajouter la touche ultra-vu et revue d’un scénario qui, tout au long du jeu, s’avèrera d’une minceur affligeante. Parce que William est transporté dans un monde parallèle où des humains primitifs prennent les aliens, sortent de robots pas spécialement amicaux, pour des Dieux. Une armée de résistants, menée par l’inventeur Nikola Tesla, tente de survivre face à cette invasion extra-terrestre tout en attendant l’arrivée de l’élu qui, selon la légende, boutera l’envahisseur hors de la planète. Et ça tombe bien, parce que vous v’la et que vous sentez bien le coup de devenir l’élu. De toute manière, hein, c’est ça ou chair à E.T.
Vous voilà donc chargé de mener la vie dure à ceux que l’on appelle les « veilleurs » et qui viendraient apparemment d’un passage entre la Terre et le Néant, passage qu’il vous faudra bien évidemment refermer.

screenPremier constat. Dans un univers cheap et old-school façon année 30, avec les prémices d’une ère de technologie, il y avait matière à faire un beau et bon jeu. C’est raté.
La faute à un scénario convenu et sans intérêt et, surtout, à des personnages aussi charismatiques que des endives. Et si vous en avez dans le réfrigérateur, regardez-les bien. Les endives, question charisme, ce n’est pas vraiment ça.
Dark Void s’inscrit donc dans la lignée des nombreux jeux plats et sans saveur.

Vous allez alterner les phases de jeux à pied dans des couloirs et des phases aériennes à dos de jetpack. Parce que notre héros va devenir le Dark Void ou je ne sais quel super héros et se trimballer un jetpack pour lutter contre les méchants zitis.
Autant être clair : les phases à pied sont d’un ennui mortel et d’une répétitivité déconcertante. Après un début laborieux dans des décors sombres et suivant une route tortueuse et pénible, les choses s’amélioreront grâce au jetpack qui vous permettra d’atteindre certaines corniches et prendre les ennemis à revers pour les achever d’un seul coup.
Plus excitant, les phases aériennes. On shoote de l’ennemi en virevoltant comme un pigeon sous ecstasy. Et ça, c’est sympa. Bon… ce n’est pas non plus révolutionnaire ou carrément dément, hein. On vole, on tire sur plein de méchants et pour pimenter le tout, les développeurs ont rajouté des montagnes ou érections rocheuses un peu partout et sur lesquelles vous risquez de vous planter si vous ne faites pas gaffe.

screenD’érection, justement, il n’y aura que les montagneuses. La faute à un gameplay loin d’être au point (les esquives, à réaliser en appuyant sur les deux sticks plus une direction, sont une vraie plaie), surtout sur PS3 où les sticks sont bien plus lâches que sur la 360 et rendent la précision terriblement plus difficile.
On s’ennuie ferme, donc, dans ce Dark Void sans saveur et qui aurait mérité un bien meilleur traitement. Et ce ne sont pas les quelques QTE qui viennent émailler l’action qui permettront d’améliorer les choses.

Finalement, on ne retiendra que le graphisme, assez honnête, quand bien même de gros pains viennent entacher les phases de vol avec du clipping, du tearing, du disapearing ou du chiing dans la colle.

Finalement, Dark Void est une sacrée déception. La bonne nouvelle c’est que votre douleur ne durera pas plus de 6-8 heures, soit une durée de vie que l’on jugera, pour le coup, quand même trop longue pour un soft réalisé avec les pieds, et avec trop peu de saveur et d'intérêt pour n'être autre chose qu'un jeu quelconque.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Dark Void (PC/Xbox 360/PS3)

Plateformes : PC - Xbox 360 - PS3

Editeur : Capcom

Développeur : Airtight Games

PEGI : 16+

Prix : 60 €

Aller sur le site officiel

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 4/10

 

 

Images du jeu Dark Void (PC/Xbox 360/PS3) :

0