Brink (Xbox 360, PS3, PC)

 

Publié le Lundi 18 juillet 2011 à 12:00:00 par Vincent Cordovado

 

Test de Brink (Xbox 360, PS3, PC)

Un jeu de brank

imageAnnoncé fin mai 2009, Brink est le nouveau bébé développé par les petits gars de chez Spash Damage, à qui l'on doit des titres sympathiques comme Wolfenstein : Enemy Territory ou plus récemment Enemy Territory : Quake Wars. Forcément, vu le CV très correct du studio, on se dit que le développement du titre était entre de bonnes mains et que le résultat devrait être tout aussi sympathique. Mais que nenni. Brink ressemble à un beau soufflé, bien gonflé au four, mais qui fait la gueule dès qu'on le sort et qu'on commence à le déguster.

Nous sommes en 2045, la majeure partie du monde est recouverte par les eaux à cause de la fonte des glaces. L'Ark est une île artificielle flottante capable de s'auto-suffire et conçue pour accueillir quelques milliers de personnes. Le léger souci, c'est que l'île est prise d'assaut par des réfugiés et que finalement, ce sont plusieurs dizaines de milliers de personnes qui se retrouvent à son bord. La tension entre les autorités mandatées par les fondateurs et les travailleurs pauvres qui réclament une vie plus juste est à son paroxysme. Et vous allez pouvoir incarner tour à tour un personnage, que vous allez créer, issu des deux factions. Je vous arrête tout de suite, la narration est hyper mal foutue. On enchaine les missions sans trop de logique et le titre laisse la désagréable sensation que l'Ark et l'univers qui en découle sont sous-exploités. Bon, c'est en partie dû au genre du titre, qui est un FPS multi, mais quand même. Un peu de ciment là-dedans n'aurait pas été de refus. Reste que si le jeu est faisable en solo, c'est véritablement vers le multi qu'il faut se tourner tant jouer seul est un véritable calvaire. La faute à une IA véritablement en carton, aussi bien du côté des ennemis que des coéquipiers.

screenscreenscreen

L'essentiel du titre se trouve donc en ligne, dans des parties à huit contre huit... qui malheureusement, là encore, sont loin d'être convaincantes. Entre des problèmes de connexion, un framerate bien pourri et des serveurs en mousse, on ne se retrouve que très rarement dans des parties à 8 contre 8 avec que des joueurs humains. Et comme je vous l'ai dit, l'IA étant bien mauvaise, le multijoueur en prend lui aussi un bon coup dans la tronche au niveau de son intérêt. Pour enfoncer le couteau dans la plaie, le titre ne propose pas de lobby, chose bien chiante sur console, ce qui ne permet donc pas de voir qui est déjà présent dans la partie, ou d'inviter des amis. On est donc obligé de se lancer dans une partie au hasard, en priant pour qu'il y ait un maximum de joueurs humains, puis seulement à ce moment on peut inviter nos amis. Et vous en conviendrez que pour un jeu multi, ça la fout mal.

screenEn ce qui concerne le gameplay de Brink, il est basé sur le travail d'équipe et surtout sur la complémentarité des classes des joueurs (quatre classes possibles, Soldat, Ingénieur, Opérateur et Médecin), en vue de remplir différents objectifs. Les cartes sont divisées en plusieurs parties, chacune consacrée à un objectif nécessitant l'intervention d'une classe en particulier comme par exemple pirater un coffre-fort, placer une charge explosive ou encore escorter un civil. Le but de l'équipe adversaire étant bien entendu d'empêcher l'autre équipe de réaliser ses objectifs. Les huit cartes disponibles pour se tirer la bourre sont variées, bien qu'au level design pas franchement réussi. En plus des objectifs principaux, des objectisf secondaires sont proposés et peuvent vous aider à faire basculer les affrontements à votre avantage. Par exemple en assemblant une barricade dans un lieu prédéterminé pour stopper l'avancée de l'équipe adverse ou de construire des escaliers pouvant être utilisés comme raccourci. D'autre part, des postes de commandement placés sur la carte peuvent être capturés à volonté, vous permettant non seulement d'y changer d'arme et de classe, mais également de gagner un bonus de santé ou d'approvisionnement. Dommage en revanche qu'ils n'offrent pas un nouveau point de respawn. Reste que voilà, généralement, les affrontements ressemblent plus à un gros bordel qu'à de véritables combats stratégiques. Tout le monde se rue vers l'objectif principal et s'étripe dans la joie et la bonne humeur. Adieu toute notion stratégique. Et pire encore, ces affrontements sont finalement assez mous du slibard, tant les armes n'offrent aucune sensation. Et ce n'est pas le fameux système SMART qui viendra réhausser le niveau des affrontements.

screenscreenscreen

Si, sur papier, ce système qui permet de se mouvoir à la Faith de Mirror's Edge, en sautant sur les rebords, selon la corpulence de notre personnage (le lourd ayant du mal à se déplacer mais à la santé accrue, le moyen étant... moyen et le léger pouvant se déplacer partout avec agilité mais à la santé fragile) semble alléchant, dans les faits, il est mal exploité. La faute justement à un level design bien trop convenu pour en profiter pleinement.

screenGraphiquement, le titre ne plaira pas à tout le monde. Le design étant assez particulier, il faut franchement accrocher. Mais c'est véritablement du côté technique qu'il y a un problème. Du moins sur console (Testé uniquement sur Xbox 360). Le jeu est laid. Le rendu général est assez flou, l'aliasing est omniprésent et l'animation des personnages est ridicule. On constate également des retards à l'affichage de certaines textures. Bref, c'est loin d'être brillant.

Au final donc, et vous l'aurez compris, Brink est bien loin de tenir toutes ses promesses. Loin d'être aussi dynamique que ce qu'on nous avait annoncé, le titre de Spash Damage est une belle déception qui semble sur certains points avoir été fignolé à grands coups de tronçonneuse. On passera son chemin. D'ailleurs, c'est ce que la plupart des joueurs semblent avoir déjà fait...

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Brink (Xbox 360, PS3, PC)

Plateformes : PC - Xbox 360 - PS3

Editeur : Bethesda Softworks

Développeur : Splash Damage

PEGI : {PEGI}

Prix : 40 € sur PC, 60 € sur consoles

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 5/10

 

 

Images du jeu Brink (Xbox 360, PS3, PC) :

Derniers Commentaires

- L'Edito du dimanche par Aces

- L'Edito du dimanche par Yutani

- L'Edito du dimanche par Cedric Gasperini

- L'Edito du dimanche par scudik

- Ruiner : Un shoot Cyberpunk ultra-violent par Yutani

- L'Edito du dimanche par Yutani

- L'Edito du dimanche par scudik

0