Les Mondes de Ralph, la critique du film

 

Publié le Mardi 27 novembre 2012 à 12:00:00 par Sylvain Morgant (feat. Cedric)

 

Les Mondes de Ralph, la critique du film

Le meilleur film de l'année, tout simplement

imageDans la borne d'arcade du jeu « Fix-It Felix Jr » (Répare-le Felix Junior), cela fait 30 ans que Ralph La Casse détruit l'immeuble et terrorise les habitants. 30 ans que Felix Jr répare les dégâts et que Ralph finit la partie jeté dans la boue du haut du bâtiment par les locataires. 30 ans donc que Ralph est un méchant. Mais voilà Ralph en a marre. Marre de faire le méchant, de finir dans la boue, de dormir dehors dans une décharge de briques. Il rêve d'être un gentil, un héros, que les gens n’aient plus peur de lui. Mais ce n'est pas facile quand on fait 2.75m et 290 kilos.

Car oui, les héros de nos jeux vidéo, une fois les lumières de la salle d’arcade éteinte, prennent vie et se retrouvent tous. Mais mélanger gentils et méchants ? Surtout pas !

Alors, quand les personnages du jeu fêtent les 30 ans du jeu sans Ralph, ce dernier s'incruste à la petite fête. Et ce n'est pas du goût des habitants. Suite à une altercation, un pari fou est lancé : Si Ralph ramène une médaille de héros, il aura droit au plus beau des appartements de la résidence, à une part de gâteau et surtout, il sera considéré comme un gentil.
Car c'est bien connu, seuls les gentils ont droit aux médailles.

Ainsi, Ralph quitte son jeu vidéo et va parcourir les autres jeux de la salle d'arcade pour récupérer son trophée. Mais en allant de jeu en jeu, il va surtout mélanger des mondes qui n’auraient jamais dû se rencontrer et, pire, mettre en péril toute la survie de la salle d’arcade…

C’est dans un autre jeu qu’il va faire la connaissance de Vanellope Von Schweetz, un personnage « buggé » mis à l’index du jeu où elle habite. Et à eux deux, ils vont tenter de sauver tous les jeux vidéo…

screenscreenscreen

screenLe Disney de Noël est de sortie. Et cette année, le thème du film c'est les jeux vidéo.
Thème qui, normalement, devrait vous parler si vous venez sur GamAlive. Et comme nous aimons relever des défis pour vous, nous sommes allés, Cedric et moi, à l’avant-première du film qui s’est déroulé au Grand Rex lors d'une soirée spéciale.

Cette soirée débutait par un lâché dans la salle de deux gros ballons rebondissant extrêmement légers que les petits et les grands se renvoyaient. Même Cedric c'est prêté au jeu. Bon d'accord, il a essayé d'en faire manger un à un enfant qui passait par là mais c'était très marrant quand même. Ensuite nous avons eu droit au spectacle "La Féérie des Eaux", un jeu d'eau, de lumière (lasers) et de musique. Autant les performances techniques aquatiques et lumineuses étaient très sympas, autant les choix musicaux étaient… spéciaux. Que voulez-vous, les "tubes" de l'été 2012, David Getta et autres déchets acoustiques, mélangés à quelques vieux hits, ne font pas partie de mes préférences musicales. Mais voir les silhouettes lasers de Mario et Luigi danser sur Raspoutine de Boney M c'était quand même bien amusant. Une exclusivité Grand Rex, soit dit en passant.

Revenons au film.

screenCelui-ci se déroule donc dans un monde que l'on connaît bien, celui du jeu vidéo. Là où l'on pouvait craindre une parodie, il n'en est rien. Le film est un hommage au monde du jeu vidéo. Si l’histoire reste centrée sur ses personnages, le film fourmille de détails et d’anecdotes, de références que les joueurs, des années 80 à nos jours, ne pourront manquer de remarquer.

On y croise donc, au détour d’une taverne ou d’un chemin, nos héros et vilains préférés. Sonic, Ken, Ryu, Zanguief, Brower, Mr Zombie, le fantôme Pac-Man, et bien d'autres encore apparaissent au détour des scènes, sans jamais non plus tirer la couverture à eux. Et ces personnages ne sont pas les seules références aux jeux vidéo. Ce film en regorge. Il faudra surement plusieurs visionnages pour tous les trouver.

screenscreenscreen

screenLes principaux personnages et les décors sont aussi des références à cet univers vidéo-ludique. Comment ne pas voir en Ralph un Donkey Kong alternatif ? De même, les deux jeux qu'il traverse sont directement inspirés, pour Heros's Duty, par nos FPS actuels et pour « Suger Rush » par Mario Kart & Co. L'un est noir, brutal, furieux tandis que l'autre est plein de couleur, joyeux, sucré. Une petite pensée à Cedric qui n’avait pas dîné et s’est retrouvé en plein milieu d’un film aux décors faits de bonbons, chocolats et autres sucreries.

Bien que l'histoire du film soit basique, elle est malgré tout très tendre, et surtout très amusante. Les petits verseront leurs petites larmes pendant les séquences émotions. Quant aux plus grands, surtout s'ils sont joueurs, ils s'amuseront devant ce méchant qui veut devenir gentil.

screenAu final, le film est tout simplement une pure merveille. Pas besoin d’être un joueur non plus pour en savourer toute la magie. Bourré d’humour, bourré de bonnes idées, beau à en pleurer, avec une histoire qui malgré tout ne sombre pas dans la mièvrerie, doté de vraies trouvailles, de personnages très attachants, de situations gaguesques, Les Mondes de Ralph est peut-être l’un des tous meilleurs Disney de ces dernières années. S’adressant aux petits comme aux grands, aux garçons comme aux filles, il vous plongera dans un monde féérique passionnant, à ne rater sous aucun prétexte.

Le meilleur film de l’année. Si, si.

 
image



 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Les Mondes de Ralph, la critique du film

Plateformes :

Editeur : Disney

Développeur : Rich Moore

PEGI : 3+

Prix : Cinema

Les Mondes de Ralph, la critique du film

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 10/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Derniers Commentaires

- Tous aux chiottes ! par Papa Panda

- Tous aux chiottes ! par dieudivin

- Tous aux chiottes ! par kasasensei

- Tous aux chiottes ! par kasasensei

- Tous aux chiottes ! par kasasensei

- RPG Maker MV pour mars 2019 par Mikis

- A quoi jouez-vous ce week-end ? par Papa Panda

0