Wolfenstein: The New Order (PC, Xbox 360, Xbox One, PS4, PS3)

 

Publié le Mardi 20 mai 2014 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Test de Wolfenstein: The New Order (PC, Xbox 360, Xbox One, PS4, PS3)

Une sacrée bonne surprise !

imagePremier FPS en 3D, Wolfenstein 3D garde encore dans le cœur de nombreux joueurs de la vieille école, une place toute particulière. Ce coup de génie signé id Software, précurseurs des Doom et autres jeux du genre, reste au firmament des jeux rétro.
Après quelques suites plus ou moins réussies, la licence Wolfenstein a certes largement perdu de son aura, mais reste encore assez appréciée. Du moins son nom soulève-t-il quelques sourcils et ravive-t-il la flamme des joueurs, fusse-t-elle plus proche d’une flammèche que d’un véritable brasier.

Aujourd’hui sort Wolfenstein : The New Order. Le nouvel opus de la série a été donné au studio Machine Games. Un nouveau studio bâti sur les ruines encore fumantes de StarBreeze Studios, à qui l’on doit notamment les jeux Darkness et Riddick. De quoi s’attendre au meilleur comme au pire. Et malheureusement, les premiers retours, notamment lors de notre preview, le pire était à craindre.

Du coup, Wolfenstein : The New Order, on en fait quoi ? Autodafé ou y’a-t-il quand même quelque chose à sauver ?

Nous sommes en 1946. Vous êtes un soldat américain. William Joseph "B.J." Blazkowicz. La Guerre n’a pas pris le tournant qu’on lui connait. Grâce à des découvertes extraordinaires, l’Allemagne a construit des armes surpuissantes, à base de robots géants et de chiens cybernétiques. Même les USA peinent à repousser l’invasion. L’assaut de l’île du Boucher, un docteur nazi particulièrement retors, ne se passera bien entendu pas comme prévu, et seule une poignée de vos soldats réussiront à s’en sortir vivants. Vous aussi. Mais pas entier : touché à la tête, vous échouez dans un asile où, véritable légume, vous restez prisonnier pendant 14 ans d’un corps qui ne répond plus à vos sollicitations.


screenLe prologue de Wolfenstein : The New Order est long. Très long. Dans tous les sens du terme puisque bien bourrin, très dirigiste, peu inspiré au demeurant, il vous entraîne dans des affrontements où les ficelles sont grossières et qui montre immédiatement les limites du jeu : portes qui ne s’ouvrent qu’une fois la salle nettoyée de ses ennemis, choix imposés qui froissent votre libre arbitre et vont à l’encontre du personnage…
Bref, au bout d’une bonne heure, on se dit que le jeu ne va être qu’une longue souffrance et une longue déception vidéoludique…

Vous arrêter au prologue serait une grosse erreur. Vraiment. Car Wolfenstein : The New Order prend petit à petit tout son intérêt, toute sa substance, et explose rapidement dès les premiers niveaux de jeu situés après ce prologue. Il manquait l’étincelle pour mettre le feu aux poudres, c’est un véritable feu de Bengale qu’il va vous apporter pour tout faire sauter.

screenCertes, le scénario prend quelques raccourcis qu’on aurait préféré ne pas subir : Blazkowicz se réveille de 14 ans de « coma » pour défourailler à tout va sans atrophie musculaire ni souci d’élocution particulière. Certes, les coéquipiers, le héros, les méchants, tout le monde est terriblement stéréotypé. Du gros bras au ricanant pourri, du héros pas si solitaire que ça, mais terriblement taciturne au pote peureux… tout y passe. Seulement avec un tel enrobage, on n’en a que cure, finalement.
Car Wolfenstein : The New Order a pour lui un vrai scénario. Un vrai bon scénario, réellement développé. Avec de très nombreuses cinématiques, là aussi pas forcément réussies, mais qui ajoutent à chaque fois un peu plus de profondeur non seulement aux personnages mais à l’histoire. Une vraie bonne durée de vie, aussi. Comptez une quinzaine d’heures en mode normal. On montera à une vingtaine au mode le plus difficile.
L’ambiance est également captivante. Elle vous happe petit à petit sans que vous vous en rendiez compte. Ce mélange de steampunk et d’Uchronie, ce monde dirigé par les nazis, un monde sans liberté, sans autre loi que celle de la Race Pure… on étouffe, on prend chaque goulée d’air frais comme une vraie source de jouvence, on se lance à corps perdu dans l’aventure pour soutenir la Résistance…


screenLe tout est surtout très intelligemment dosé. Les niveaux s’enchaînent et ne se ressemblent pas. D’un lieu clos avec de larges pièces à une usine aux couloirs resserrés, en passant par de larges zones très ouvertes ou des hangars plus petits… en alternant les passages d’infiltration, les bourrinages purs et durs et les combats plus subtils à peine armé d’un couteau… vous alternez les ambiances et les objectifs, le tout plutôt bien mis en scène.

On se retrouve devant un excellent FPS à l’ambiance bourrine, et au gameplay très années 2000. Comprenez par-là qu’un minimum de touches est utilisé et qu’il s’agit d’un pur FPS, sans chichi. A peine quelques évolutions sont disponibles au fil de vos succès. Plus vous remplissez certains objectifs (headshots, grenades, deux armes…) plus vous gagnez certaines compétences. C’est anecdotique, sachez-le. Un jeu bien bourrin, bien basique, avec des ennemis dont l’IA est limitée, mais avec une excellente ambiance, un vrai level design (il existe toujours des petits chemins de traverses pour contourner ses ennemis ou les prendre par surprise) et des personnages qui s’avèrent, au final, plus attachant qu’on pouvait le croire au début du jeu.

screenExclusivement solo, ce qui est peut-être dommage, Wolfenstein : The New Order est donc une bien belle surprise. Si graphiquement le jeu ne démérite pas, il est loin de tutoyer les sommets offrant quelques horizons et quelques textures crados, voire quelques animations un poil rigides. Malgré tout, on y plonge. On n’attendait pas grand-chose du jeu. Et le plaisir en est finalement d’autant plus grand. Bien ficelé, bien rythmé, bien fichu, bien pensé… C’est efficace. Bigrement efficace. Et donc, particulièrement réussi. Un vrai coup de cœur, en quelque sorte.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Wolfenstein: The New Order (PC, Xbox 360, Xbox One, PS4, PS3)

Plateformes : PC - Xbox 360 - PS3 - PS4

Editeur : Bethesda Softworks

Développeur : Machine Games

PEGI : 18+

Prix : 70 €

Aller sur le site officiel

Wolfenstein: The New Order (PC, Xbox 360, Xbox One, PS4, PS3)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 8/10

 

 

Images du jeu Wolfenstein: The New Order (PC, Xbox 360, Xbox One, PS4, PS3) :

0