L'Edito du Dimanche

 

Publié le Dimanche 30 juillet 2017 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

L'Edito du Dimanche

Ma femme

imageMa femme m’a récemment fait une scène sur le fait que je… oui, bon, d’accord, ma femme me fait régulièrement des scènes tout court. Il n’y a rien ici autre qu’un comportement très féminin, je vous l’accorde, et pas spécialement de quoi en faire un édito, j’en conviens.

Mais cette scène-ci était assez particulière.

Il ne s’agissait pas d’un problème de poubelle non vidée : moi, tant que ça déborde pas jusqu’à s’étaler parterre, j’entasse les ordures dans le sac en les pressant comme un forcené. Jusqu’à la limite de le faire exploser, ce qui, soit dit en passant, m’est arrivé une fois et croyez-moi, retrouver un mélange de crevettes de 4 jours, de demi-pomme pourrie et de croûte de fromage moisie qui s’étale sur votre carrelage de cuisine dans une espèce de sauce nauséabonde marronnasse, c’est tout sauf glamour. Et ça vous flingue deux éponges, une serpillère et un demi-bidon de nettoyant pour le sol.

Il ne s’agissait pas non plus de vaisselle « oubliée négligemment » dans l’évier depuis trois jours (il faut dire qu’elle était partie en déplacement) alors que le lave-vaisselle est juste à côté. Vaisselle qui désormais abrite une colonie de fourmis. Même l’excuse « je suis devenu bouddhiste et ranger la vaisselle aurait pu mettre en péril ces petites bêtes enfants du Seigneur » n’a pas fonctionné. Ce qui souligne à quel point, d’ailleurs, ma femme a un cœur de pierre et une notion très vague de la religion bouddhiste.

imageEnfin, il ne s’agissait pas non plus de « je vais arrêter de plier ton linge propre parce que tu le laisses sur la commode toute la semaine et tu te sers dans la pile quand tu t’habilles ». Alors que oui, je conçois tout à fait que je pourrais ranger mon linge propre et fraîchement plié par madame (parce que je suis une parfaite tanche en pliage) dans mon armoire, mais avouez que c’est vachement plus facile ainsi, à choper les 3 mêmes t-shirts, 3 mêmes slips, 3 mêmes paires de chaussettes tous les 3 jours. Ça évite les « mais qu’est-ce que je vais mettre aujourd’hui ? » à regarder son placard pendant 20 minutes et à finalement sortir des trucs « tiens je ne l’avais pas mis depuis mes 18 ans » qui sont devenus bien évidemment trop petits et que vous allez soit déchirer en les essayant « mais je le garde quand même pour le recoudre la prochaine fois » soit entasser dans un coin façon « je replierai ça plus tard » sachant que « prochaine fois » et « plus tard » signifient ici « dans 6 mois / 1 an ».

Non, c’est à propos de mes éditos que ma femme m’a récemment fait une petite réflexion qui en disait long… « Tu parles souvent de tes filles dans tes éditos pour dire à quel point tu es fier d’elles et que tu les aimes, et les rares fois où tu parles de moi, c’est pour dire à quel point je suis chiante ».
Alors forcément, j’ai répondu que non, du tout, je ne dis jamais que suis fier de mes filles ni que je les aime, mais que, au contraire, j’explique à quel point elles m’emmerdent elles aussi et que je me prépare des nuits blanches et violentes quand elles seront en pleine fleur de l’âge des emmerdements et ce, que ces emmerdements s’appellent Kevin, Enzo, Jules, Nolan ou, pire, Mathéo.  Avec les variations d’orthographe à la con qui s’imposent : Jul, Djul, Djoule, Matteo, Matéo, Matthéau ou je ne sais quoi.

Et je me suis lancé dans un monologue sur le génie littéraire incompris, sur La tyrannie sociale du couple qui musèle la liberté d’expression, sur l’incompréhension des sentiments masculins face à la montée du féminisme pour finir sur une magnifique tirade concernant le musèlement de mon extraordinaire esprit par la pression sociale liée à la guerre en Syrie, la hausse du prix du whisky et la montée du fascisme sur Facebook chez les 13-15 ans.

imageJe me suis barré en concluant sur un « franchement, tu ne me mérites pas » et j’ai dû cravacher à base de nettoyage complet de la maison, préparation de bons petits plats, bouquets de fleurs et dîners au restaurant pendant 3 semaines avant qu’elle arrête de me faire la gueule.

La vérité, c’est que c’est moi qui ne la mérite pas, j’avoue. Oh, certes, elle a son petit caractère. Son petit côté casse-couilles. Mais avec l’âge et l’expérience, et en regardant vos femmes à vous, mes amis, je sais aujourd’hui que c’est inhérent aux femmes les plus intéressantes. C’est partie intégrante de leur charme qui, finalement, est peut-être l’une de leur plus belle qualité.
Mais ce qui est surtout vrai, et que je n’avouerai jamais face à elle, c’est que j’ai la chance d’avoir une épouse dotée d’une patience infinie que je ne cesse de pourtant émousser quotidiennement, d’une ouverture d’esprit rare, une épouse bien plus intelligente qu’elle ne le croira jamais, plus intéressante également qu’elle ne le comprendra jamais, une épouse douce, compréhensive, attentionnée et qui a toujours, malgré les doutes et les tempêtes, soutenu son mari contre vents et marées. Elle est un roc sur lequel je m’appuie bien plus souvent que je ne devrais, une île où se reposer et se recentrer. Ajoutez un corps de rêve qui – totalement naturellement je tiens à le souligner – en remontrerait à n’importe quel canon de 10 ans de moins.

Pour toutes ces raisons, et par pudeur bien entendu, je fais en sorte de parler d’elle le moins souvent possible dans mes éditos.

Ça et parce que je suis un putain de salopard, bien entendu. 

Sur ce, je vous laisse. Elle m’attend. Je vais aller mater son cul sur la plage. Son cul et… un peu celui des autres nanas, aussi, bien entendu. Hé, on ne se refait pas.

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Commentaires

Ecrit par Karim-DZ le 30/07/2017 à 16:24

 

1

avatar

Inscrit le 14/06/2012

Voir le profil

Je me suis barré en concluant sur un « franchement, tu ne me mérites pas »
smiley 26

355 Commentaires de news

Ecrit par Sly le 31/07/2017 à 12:12

 

2

avatar

Inscrit le 21/10/2013

Voir le profil

Une belle déclaration d'amour, avec le ton habituel certes, mais avec une jolie sincérité également.

797 Commentaires de news


Ajouter un commentaire

Vous devez être inscrit sur le site pour poster un commentaire

32172-femme-edito-mariage-pudeur-verite