Final Fantasy XV (PS4, Xbox One)

 

Publié le Mardi 29 novembre 2016 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

TEST de Final Fantasy XV (PS4, Xbox One)

De l'art ou du cochon ?

imageQu’il aura eu du mal à venir, ce Final Fantasy XV. Après un épisode XIII décevant (heureusement sauvé par des suites bien plus réussies), après un épisode XIV en forme de MMO loin d’être convaincant, né sur les ruines de Final Fantasy Versus XIII… finalement, après un long développement, il débarque enfin.

En premier lieu, il faut bien avouer que voir le film Kingsglaive : Final Fantasy XV, sans être indispensable à l’expérience, apporte un vrai plus et aidera très certainement le joueur à mieux cerner certains évènements relatés dans le jeu. Certes, le film est loin d’être un chef d’œuvre et souffre d’un scénario à l’emporte-pièce, relativement creux, mais il vous servira au moins à appréhender la base.

Et la base, c’est l’histoire de Noctis, jeune prince du Royaume de Lucis. Son père, le Roi Regis, l’envoie avec ses trois potes à la rencontre de Lunafreya, une jeune femme avec laquelle il doit se marier. Un mariage politique et arrangé avec une amie d’enfance, pas repoussante qui plus est, ce qui finalement est plutôt de bon augure. Mais la traîtrise des ennemis de toujours, l’Empire Niflheim, qui attaque le Royaume de Lucis alors même qu’ils devaient signer une trêve, marque un nouveau tournant dans la vie du héros.
Maltraité, laissé pour mort, Noctis va devoir cravacher pour prendre son destin en main et monter sur le trône pour succéder à son défunt paternel.

Voilà grosso modo l’histoire de Final Fantasy XV. Et on vous rassure… enfin, le mot est mal choisi… mais disons que le scénario assure le strict minimum. Loin d’être totalement captivant, bourré d’incohérences ou de choix très discutables, c’est sans doute l’une des grosses déceptions de cet épisode.


screenHeureusement, Final Fantasy XV a d’autres atouts en poche. Son univers, pour commencer. Vous allez découvrir les contrées d’Eos. Et c’est beau. Certes, c’est vide. Ça manque cruellement de vie, à tel point qu’on s’emmerde quand même un peu lors des déplacements, d’autant plus que la conduite est automatique : les déplacements se font en voiture, un véhicule de classe royale dont vous n’aurez à choisir que les directions. Un choix franchement très discutable tant faire du hors-piste dans les champs aurait pu être propice à quelques moments funs et pourquoi pas, quelques rencontres sympathiques (arbres, buissons…). Mais non. Là, la voiture colle à la route. C’est con. Heureusement que les paysages sont quand même beaux. Pour ne pas dire sublimes. Des décors variés et dépaysants, une vue qui porte au loin, le tout bercé par de superbes effets de lumière. De la forêt à la plage, de la campagne à la montagne, chaque lieu visité est un enchantement visuel (même si peu varié au final). Sans parler de la gestion de la météo et du cycle jour/nuit. Et tant pis si on peut distinguer un poil de clipping par-ci par-là ou un brin d’aliasing notamment sur les personnages. Final Fantasy XV est un jeu qui vous en met plein la vue.

screenEt c’est une bonne chose, d’ailleurs, puisque vous n’allez pas rester tout le jeu le cul vissé sur votre siège en cuir à manger de l’asphalte. Vous pourrez, à pieds ou en chevauchant un chocobo plumes au vent, parcourir les différentes régions d’Eos, et visiter les environs. Il y a différents villages qui vous attendent et où vous pourrez vous ravitailler, notamment en armes, mais aussi où trouver des quêtes… Des quêtes qui sont de différents types : chasse, pour aller tuer des ennemis, nettoyage de zones, objets à trouver, infiltration… Elles sont très nombreuses. Très redondantes aussi. Disons qu’elles permettent de gonfler une durée de vie qui est sans doute l’une des autres déceptions du titre : une vingtaine d’heures, c’est très faible par rapport à ce à quoi la saga nous avait habitué. Même s'il faut relativiser, hein : ça reste d'un point de vue général, relativement honnête.
Outre ces quêtes, vous tomberez régulièrement… très régulièrement… trop régulièrement… sur des soldats ennemis. Voire des monstres pas gentils, surtout la nuit où ils peuvent être vraiment puissants, comme les démons qui vont vous donner du fil à retordre : une solution, aller au pieu dans un hôtel. En plus, dormir vous permet d’acquérir l’expérience glanée durant la journée.

screenscreenscreen

screenLes combats, nombreux, donc, demandent un vrai temps d’adaptation et surtout, une bonne maîtrise de la manette, voire un brin de chance… Très dynamiques, vous devez gérer les différentes attaques avec vos armes, différentes attaques selon la direction donnée étant disponibles, auxquelles il faut rajouter les combos et les attaques spécifiques à chaque arme… et bien entendu les défenses. Certes, les esquives automatiques sont d’un grand secours. Mais le timing pour parer peut être un atout et renverser le combat. Ajoutez les combos entre compagnons, et une certaine dimension tactique puisque contourner un ennemi sera toujours une bonne idée, Final Fantasy XV n’est vraiment pas de tout repos. Seul petit souci : même s’il y a du mieux par rapport à la démo, la caméra est toujours problématique, pour ne pas dire pourrie à certains moments, et la lisibilité des affrontements laisse réellement à désirer.

screenS’ils sont très fréquents (trop, on vous dit), les combats ont toutefois la bonne idée d’évoluer au fil de l’aventure, non seulement au gré de l’augmentation de vos capacités et aptitudes, de la puissance et de la variété de l’équipement trouvé, mais aussi d’armes spéciales dévastatrices, les fameuses « armes fantômes » à la vie limitée (mais rechargeable) et à l’efficacité diabolique.
Et il y a la magie. A base d’essences élémentaires, elle pourra être fabriquée et conservée par vos soins, jusqu’à son utilisation. On développe ses sorts, on les booste ou on les modifie à l’aide d’objets divers et variés, et on les lance durant les combats. Puissants, mais lents à se recharger, les sorts peuvent toutefois très largement décider de l’issue d’un affrontement s’ils sont utilisés à bon escient.

Cela dit, grosso modo, en gérant bien les évolutions de ses compétences, les bonus conférés çà et là notamment par les repas préparés par votre compagnon, et l’équipement, le jeu ne devrait pas vous opposer une si grande résistance que ça.

screenscreenscreen

screenQue dire de plus ? Ce Final Fantasy XV fourmille de bonnes idées. Il est beau, voire sublime par moment. Il est peut-être un brin moins barré et plus accessible que les épisodes du XIII. Même si son scénario reste très perfectible, les personnages, quoi que caricaturaux, ne sont pas dénués d’intérêt et sont plutôt attachants. Quant à la VF, elle est d’excellente facture. Malheureusement, de gros soucis techniques viennent entacher l’ensemble : Frame rate à la peine, temps de chargement longuets et très nombreux bugs. Entre personnages volants, bugs de collision, bugs de caméra… la liste est longue et même si certains opposeront le fait que « c’est souvent comme ça maintenant, il faut attendre les prochains patchs », ce n’est pas parce que la norme est au jeu mal fini qu’il faut l’accepter. Bref, c’est un autre élément à charge.

screenPour conclure, j’avoue être indécis quant au sort à donner à ce Final Fantasy XV. C’est un bon jeu, certes. Très bon, peut-être. Il est beau, l’ambiance est excellente, la musique est magistrale et formidablement employée dans le jeu… mais il y a tellement de petites choses qui ne m’ont pas convaincu… entre une réalisation technique souffreteuse, une caméra parfois foireuse, des combats parfois brouillons, un monde qui manque de vie et de détails, des quêtes annexes rapidement chiantes et surtout un scénario franchement perfectible… il m’a manqué cette petite étincelle, ce petit déclic pour personnellement succomber au charme du jeu. Pour devenir fan moi aussi. Les fans de la série, eux, devraient être satisfaits, très certainement. Conquis. Rester toujours aussi fans de l’univers. Et même le qualifier d’excellent jeu. Mais d’ici-là à parler d’incontournable, par contre, avouons qu’il y a encore un pas à franchir.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Final Fantasy XV (PS4, Xbox One)

Plateformes : Xbox One - PS4

Editeur : Square Enix

Développeur : Square Enix

PEGI : 16+

Prix : 60 €

Aller sur le site officiel

Final Fantasy XV (PS4, Xbox One)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 7/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu Final Fantasy XV (PS4, Xbox One) :

0