L'Edito du dimanche

 

Publié le Dimanche 8 octobre 2017 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

L'Edito du dimanche

Ecran malade

imageJe sais qu’il est de bon ton de déclarer qu’on ne regarde jamais la télévision, histoire de se classer immédiatement dans la catégorie « élite » de la société, celle qui pense, celle qui sait, celle qui a l’intelligence de ne pas se laisser pervertir par l’imbécilité du petit écran, mais qui a contrario trouve tout à fait normal de dépenser plus d’un SMIC dans le nouvel iPhone.

Oui, et bien moi, je la regarde.

Bien mal m’en prenne, cela dit. Parce que je pense sincèrement que si notre société est malade, la télévision est le parfait reflet de cette maladie.

Notre société est malade, disais-je, parce qu’aujourd’hui, elle évolue dans l’apparence à outrance, la starification à cadence d’usine et le sensationnalisme pervers. Comme les émissions de télévision.

On exclura immédiatement le débat qui anime les colonnes du net chaque semaine, à savoir la guéguerre ridicule « Hanouna versus Barthès », affiche représentative de la télé d’aujourd’hui. Il y a des talents chez l’un comme chez l’autre (personnellement, j’ai toujours été un fan du travail de Jean-Luc Lemoine, par exemple), et beaucoup de choses à jeter aussi. Chez l’un comme chez l’autre. Il suffit de voir certains « sketches » affligeants de Touche pas à mon poste et de les comparer à certains reportages affligeants d’amateurisme et de parti-pris dans Quotidien pour comprendre qu’il s’agit, avant tout, de simples émissions de divertissement frisant, malheureusement, parfois, la décérébration.

Je n’ai rien, globalement, contre les émissions de divertissement dans leur ensemble, cela dit.

imageLe problème, comme je le disais précédemment, c’est que tout, aujourd’hui, n’est que divertissement, avec son lot de sensationnalisme stupide. La forme noie le fond, quand fond il peut y avoir. Et quand, auparavant, le téléspectateur pouvait se laisser aller avec quelques émissions « légères », il avait une contre-mesure avec des émissions plus profondes. Ce sont ces dernières qui ont disparu aujourd’hui. Et les téléspectateurs enchaînent Touche Pas à Mon Poste ou Quotidien avec Les Chtis à Hollywood/Ibiza/Mykonos/Las Vegas (barrez les mentions inutiles), et il suffit de remplacer « Chtis » par « Marseillais » ou « Anges » pour avoir le même degré de quotient intellectuel aussi élevé que la température anale d’un cadavre en antarctique.

La question qui reste en suspens finalement, est de savoir où sont les programmes qui vont venir contrebalancer cette stupidité ambiante ?

imageLe journal télé ? C’est un des points majeurs sur lesquels je voulais réagir, d’ailleurs, en écrivant cette chronique. Le journal télé est mort. Comparez un journal d’il y a 30 ans, ou même 20 ans, à un journal TV d’aujourd’hui. La différence est flagrante. Et consternante. Auparavant, le journal vous expliquait les faits importants qui s’étaient déroulés dans la journée, en France et dans le reste du Monde. Aujourd’hui, ces faits sont dilués dans une forme diarrhéique faits d’innombrables reportages. Je n’ai rien contre le fait qu’on me montre la fabrication des santons en Provence ou les difficultés des apiculteurs face aux pesticides, mais si ce n’est pas rattaché à un fait précis qui s’est déroulé dans la journée, on quitte l’information pure et immédiate pour se tourner vers le reportage.
Regardez les journaux télé. Ils sont bourrés de reportages aujourd’hui. Au dépend de l’info quotidienne. Et on tombe, du coup, dans une mise en scène de « divertissement » qui enlève toute importance au fond, quand ce n’est pas également tout intérêt. Les journaux télé, chantres du sérieux télévisuel il y a quelques années, ne sont devenus que des émissions de reportages insipides et déplacés.

Et la télé de mourir avec cet état de fait. Et d’emporter avec elle les enquêtes sérieuses dont, aujourd’hui, le fond est noyé sous du sensationnalisme putride.

Que les téléspectateurs, malheureusement, continuent de boire jusqu’à la lie. Et c’est ainsi que, dans un grand tout informe de débilité, la société poursuit sa longue descente vers la médiocrité. A résumé par ce célèbre mot de prof : « A atteint le fond mais creuse encore ».

Vivement le réveil collectif.

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Commentaires

Ecrit par Quantum le 09/10/2017 à 01:37

 

1

avatar

Inscrit le 08/05/2009

Voir le profil

je rêve qu'un jour on puisse voir une version réelle et française de News Night 2.0 ...

https://www.youtube.com/watch?v=-of95cVUW58

542 Commentaires de news

Ecrit par Costello le 09/10/2017 à 03:43

 

2

avatar

Inscrit le 28/04/2009

Voir le profil

c'est vrai que sur 35 ou 40 minutes d'un JT de france 2, y a la moitié de reportages sans lien avec l'actualité (sinon +)

peut être que c'est à cause de l'omniprésence des chaines d'info sur lesquelles l'info tourne en boucle toute la journée?

en tout cas, c'est sur que depuis l'avènement de la "télé réalité" les choses sont allé de mal en pis, y'en a à toutes les sauces, du télécrochet au secret story, et le pire c'est qu'il y a des gens pour regarder ça

1381 Commentaires de news


Ajouter un commentaire

Vous devez être inscrit sur le site pour poster un commentaire

32687-tele-television-journal-emissions-societe