Bioshock Infinite et l'histoire du racisme américain

 

Publié le Jeudi 20 décembre 2012 à 10:26:00 par Laurent Benoit

 

Bioshock Infinite et l'histoire du racisme américain

Touche pas à mon pays, enfoiré de juif !

imageContrairement à une majorité de FPS qui se veulent réalistes mais ne proposent pas un gramme de réflexion sur leur univers de jeu, la série Bioshock a toujours imprimé un ton bien plus lourd aux siens.

Alors que le premier dyptique baignait dans une dystopie mettant en relief l’objectivisme selon Ayn Rand, le volet Infinite qui arrive en 2013 soulève pas mal de questions sur l’atmosphère xénophobe liée à l’indépendance américaine, avec une forte allusion au rejet de tous ceux susceptibles de briser une Amérique nouvellement formée, encore fragile, et dont la ville de Columbia se fera le prisme à travers le jeu. Fanatisme religieux, ségrégation raciale, culte des leaders, tout y passe sur une période trouble de l'Amérique, perçue depuis nos vagues yeux d'occidentaux mordernes comme une simple "baston" à la Astérix entre anglais et indépendantistes, le trait choisi par Assassin's Creed III pour alimenter son univers. Pourtant, l'histoire est bien plus complexe que ça. 
Ken Levine explique, à travers une interview-fleuve pour nos confrères de PC Gamer US, sa vision de cette partie de l’histoire américaine qu’il a voulu faire resurgir dans son jeu.
« J’ai étudié l’histoire américaine à la fac, et c'est une histoire brodée de manière bien plus complexe que ce qui est présenté dans Columbia, mais je ne pense pas que ce soit le but ou la responsabilité de notre jeu d’avoir un point de vue sur l’histoire américaine.
Bien sûr il y a beaucoup de choses faisant référence à cette période, que ce soient les mouvements religieux charismatiques, ou un sens grandissant du nationalisme à travers le peuple américain, à l’époque très important. Ou du racisme et des classes sociales institutionnalisées à l’époque. Mais c’était tellement répandu…

imageLorsque vous revenez à cette époque et lisez les écrits de figures illustres comme Theodore Roosevelt, qui était très progressiste dans de nombreux domaines… Je n’utilise pas le terme progressiste comme on l’entend dans "Fox News vs MSNBC" (néologisme de Levine comme l’UMPS du FN, ndlr), mais plutôt que Roosevelt était impliqué dans des antitrust, divisant de grandes entreprises comme Standard Oil. Il était aussi un champion des droits des pauvres. Mais il était aussi ce que vous définiriez aujourd’hui comme un néoconservateur, dans bien des sens. Il était très attaché à l’expansionnisme américain.

Quand vous lisez ses écrits, vous remarquez que tout en étant un conservateur extrêmement compatissant envers ses compatriotes, il se référait aussi aux juifs et aux noirs d’une terrible manière, avec des termes affreux, c’était un homme de son époque.
Abraham Lincoln, si vous lisiez ses écrits aujourd’hui, les lui attribueriez-vous ? Même en étant le plus grand abolitionniste de l’histoire et un grand homme, lui aussi reste le produit de son époque, et il pensait malgré tout que les afro-américains étaient une race inférieure aux blancs, même si elle méritait la liberté.
Thomas Jefferson a possédé des esclaves. George Washington a possédé des esclaves. Ces gens vivaient dans leur époque, et ce jeu se situe juste dans cette période donc, si vous occultez tout ça dans le jeu, vous êtes juste complètement à côté de la plaque, vous saisissez ?

J’ai réalisé que dans Bioshock 1, nous n’avions aucune minorité dans les personnages. Ok, nous avions pas mal de juifs, des juifs est-européens qui viennent sans doute de mon propre background, que ce soit Ryan ou Tenenbaum. Et le jeu évoquait à un petit degré cette histoire de l’immigration juive aux Etats-Unis, à cause de l’époque et de l’idée de Rapture comme d’une nouvelle Amérique. Mais il n’y avait aucun afro-américain, ni chinois.

imageC’est important pour nous de se diversifier, pas parce que, euh, comment dire, je ne suis pas "oh il nous faut de la diversité car il faut représenter la réalité de notre monde actuel et faire bonne impression". Je veux représenter une réalité, mais cette réalité est une réalité particulière, à un niveau historique que la plupart des gens ne comprennent ou ne cernent même pas.
La plupart des gens ne savent pas comment les catholiques étaient perçus dans ce pays, comment l’étaient les irlandais… Ils étaient considérés comme… j’utilise ce terme de manière objective, il ne vient pas de moi : à l’époque, ils étaient considérés comme des sous-hommes par certaines personnes.

Quand nous avons eu notre premier Président catholique en 1960 (J.F. Kennedy reste aujourd’hui encore le seul Président catholique de l’histoire américaine, ndlr), beaucoup de gens ont imaginé qu’il allait devenir un exécutif du Pape. Il a fallu qu’il fasse un discours public pour expliquer qu’il ne le serait pas. Nous avons de la chance de grandir dans une époque où une grande partie de tout cela est derrière nous. Mais ce jeu n’aurait pas été honnête si nous n’en avions parlé dedans. Croyez-moi, je reçois beaucoup de tweets malgré tout à propos de ces polémiques ... Quand j'ai commencé à travailler sur ce jeu, plusieurs membres de ma famille ont été très offensés, parce qu'ils pensaient qu'il constituait une attaque contre le Tea Party. »
imageMais il y a mieux que la vielle belle-doche énervée de Ken ! Comme Internet est un lieu magique jamais à court de miracles à la douzaine, certains ont carrément réussi à tout analyser à l’envers, et suite à ces explications sur l'ambiance du jeu et les trailers publiés, Bioshock Infinite est devenu la cible des bas du front (rasé de préférence) fanas de bras tendus, et autres nostalgiques du bombers Schott, des rangers et des ratonnades le samedi soir après le match de foot local.

Ainsi, le tristement célèbre forum suprémaciste blanc Stormfront voit apparaître des messages de bons patriotes indignés par le fait qu' "avec son nouveau jeu Bioshock Infinite, le juif Ken Levine propose un simulateur de meurtre de blanc [caucasiens]".
Et durant des pages d’un topic à la base destiné au dernier trailer du jeu, les nazillons de seconde zone vont peu à peu expliquer que le jeu n’a pour but que de resservir un thème hollywoodien bien connu chez ces pleureuses, "tuer des blancs racistes".

Levin a d'ailleurs eu vent de l'histoire, mais a aussi essuyé des attaques de la gauche radicale et prolétaire :

« J'ai parlé avec mes proches de l'histoire du jeu pour leur expliquer que ce n'était pas une attaque gratuite contre l'Amérique. Mais ensuite, quand nous avons parlé du mouvement Vox Populi (les résistants dans le jeu), j'ai ensuite vu beaucoup de sites de gauche qui ont dit "ce jeu essaie de démolir le mouvement ouvrier !" »
Kotaku s’est amusé pour sa part avec les meilleurs, l'élite des paranoïaques, nos amis les nazis. Un journaliste du site a relevé les perles de l’extrême-droite de rue qui se met à parler de jeu vidéo et de société. Sortez le pop-corn et le stylo bille, c’est beau, ça part dans tous les sens et il y en a pour tout le monde, et à ce niveau, les attaques de Claire Gallois et Jack Thompson sont des mots doux susurrés à l’oreille avec tendresse.
L'idée qui revient le plus souvent, c'est que Columbia symbolise évidemment l'Amérique blanche et aryenne, l'Amérique pure et gagnante, et que le héros juif va la souiller, en tuant des blancs pour la gloire d'Israël et au nom du Protocole des Sages de Sion...
« Le jeu se moque des thèmes pro-caucasiens et du patriotisme. Columbia est l'expression du génie aryen, du progrès, et de la créativité, le tout tourné en une pure utopie raciale et idéologique, mais comme par hasard, tout part en sucette et est fondamentalement voué à l'échec, alors le scénario du jeu n'a bien sûr rien à voir avec cette chute. Non, ce n'est pas le héros qui retourne la ville, non, bien sûr c'est comme par hasard  l'idéologie aryenne qui est la cause de l'échec de la ville. »
Les boneheads les plus cultivés ont même pris la peine de jouer au premier jeu et d'en conclure à un autre juif tuant des petites filles blanches :
« Un monde "raciste, violent, rétrograde" ? Oui, sans aucun doute. Les précédents Bioshock avaient aussi des thèmes borderline, dérangés, si ce n’est psychotiques, dealant avec des tonalités anti-blanc. Je me souviens dans le premier, le choix de tuer des petites filles blanches pour donner des pouvoirs au joueur. Les développeurs, Irrational Games, ont au moins un Cohen dans leur équipe… »
D’autres mélangent le jeu au problème israélo-palestinien, pourquoi pas :
« J’aimerais que quelqu’un fasse un jeu à propos d’une utopie ethnique juive, dont l’agressivité inhérente et la haine pour tous les non-juifs cause une extinction inévitable de toute l’humanité, juifs y compris. Cela sera bien plus en lien avec la réalité actuelle. »
imageNon, il y a pire. La vérité, c’est que Bioshock Infinite n’est que le prélude à une invasion de mexicains et de noirs sur Washington :
« Ce qui craint vraiment, c’est qu’ils ont donné ce thème du jeu pour détruire ce qui reste de l’Amérique. Au lieu de ça, ils auraient du laisser le joueur tuer un gouvernement fédéral ultra-puissant et les groupes raciaux non-blancs qui le soutiennent, et n’apportent rien sinon de la violence et veulent détruire l’Amérique pour la transformer en Afrique ou en Mexique. Et ils ont travaillé si dur sur ce jeu, c’est tellement nul, avec cette histoire 100% anti-américaine et anti-blancs. »
Pour certain, il faudrait des pirates somaliens :
« Alors tu te ballades en déboitant des patriotes blancs, je vois… Ils ne sont pas humains, c’est une "force" au travail, la Vox Populi en face n’est pas mieux. La ville entière est une arme de mort maléfique. Ils promeuvent l’eugénisme, ils détestent les étrangers, ils adulent Washington, leur utopie est une dystopie qui est due à… bah, qu’importe. Tout ce que je retiens, c’est que tu cours partout en explosant des patriotes blancs.
Je me demande combien de twists de science-fiction je devrais écrire avant de pouvoir librement créer un jeu sur une ville banale (traduction : blanche) du Midwest tirant sur des hordes d’immigrants somaliens (ndlr : ne nous demandez pas une corrélation logique entre somaliens et Midwest américain, nous aussi on cherche encore). »

Mais ce qu’il faut finalement retenir, c’est que Bioshock n’est que l’aboutissement d’une conspiration juive destinée à nous contrôler tous, et dans l’argent nous lier. Et le journalisme suprémaciste, ça connaît son boulot, monsieur :
« Le sentiment antinationaliste est plus qu’évident, vraiment. Ca ressemble à un juif pissant sur la vieille Amérique. Je ne suis pas surpris, le patron d’Irrational Games est Ken Levine, un juif. Lui et sa clique à l’esprit similaire arrivent avec ces idées, et ensuite engagent des designers 3D et des programmeurs blancs pour rendre ça attractif et marketable. Merci aux collabos de notre race de rendre possible ce genre de jeu. Grâce à leurs moyens, le jeu est beau, le jeu est fun, merci à Levine et les têtes de la propagande qui ont bossé sur cet aspect.

image99% des gens qui font les jeux vidéo sont des blancs, tous les designers, les programmeurs, les artistes, etc… Mais 99% du marché est détenu par des propriétaires juifs : Levine, Robert Kotick d’Activision (les mecs qui ont fait Grand Theft Auto), etc. Malheureusement l’industrie du jeu vidéo est de plus en plus contrôlée par cette caste. Chaque fois qu’un petit développeur rencontre un peu de succès, l’un des gros juifs qui possède les méga-compagnies les rachètent.

Depuis que les jeux sont distribués et publiés à travers les mêmes réseaux de distribution que les films d’Hollywood, les juifs ont acquis un avantage stratégique dans l’industrie, comme c’est un fait qu’ils contrôlent déjà toute l’industrie cinématographique américaine. Cela signifie que la concurrence peut être balayée d’un revers de main, et que leurs jeux sont destinés au succès. Ca me dégoûte de voir ça arriver. »
Bon allez, desserrez vos petits poings rougis par la colère et l’indignation de ne plus être le plus gros troll de la toile. Souvenez-vous que ceci est l’Internet, et donc, "il y a toujours quelqu’un de pire que vous".

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Commentaires

Ecrit par clayman00 le 20/12/2012 à 10:38

 

1

avatar

Inscrit le 03/01/2012

Voir le profil

bel article
GG koma-koma

6232 Commentaires de news

Ecrit par kasasensei le 20/12/2012 à 10:42

 

2

avatar

Inscrit le 05/12/2010

Voir le profil

Mais donnez lui une tablette, qu'il écrive des articles moins long... smiley 50

10688 Commentaires de news

Ecrit par Pomme le 20/12/2012 à 10:44

 

3

avatar

Inscrit le 29/04/2009

Voir le profil

C'est quoi cette nouveauté de rafraîchir la page toute les 2 minutes sur gamalive ? Sa viens de chez moi ?

569 Commentaires de news

Ecrit par ethan le 20/12/2012 à 10:45

 

4

avatar

Inscrit le 27/04/2009

Voir le profil

Ecrit par Pomme

C'est quoi cette nouveauté de rafraîchir la page toute les 2 minutes sur gamalive ? Sa viens de chez moi ?

Non, c'est pareil chez moi. Et c'est très agaçant, surtout quand on lit les articles de Laurent qui sont assez long.

662 Commentaires de news

Ecrit par Pomme le 20/12/2012 à 10:54

 

5

avatar

Inscrit le 29/04/2009

Voir le profil

Ecrit par ethan

Non, c'est pareil chez moi. Et c'est très agaçant, surtout quand on lit les articles de Laurent qui sont assez long.

... ou qu'une vidéo YT est en lecture !

C'est pour faire grossir les stats ? smiley 12

569 Commentaires de news

Ecrit par Cedric Gasperini le 20/12/2012 à 11:18

 

6

avatar

Inscrit le 27/04/2009

Voir le profil

Ecrit par Pomme

... ou qu'une vidéo YT est en lecture !

C'est pour faire grossir les stats ? smiley 12
En fait, je crois qu'à l'origine - je n'ai pas tout suivi - , c'est pour une question de mise à jour des nouveaux messages sur les sujets.
Mais à la rigueur, ça ne devrait être effectif que sur la homepage.

En cas de souci de ce genre, n'hésitez pas à vous adresser à Kenji : dieu@gamalive.com

6669 Commentaires de news

Ecrit par 10r le 20/12/2012 à 11:34

 

7

avatar

Inscrit le 18/03/2010

Voir le profil

On ne pourrait pas les cantonner à wolfenstein 3D ?
smiley 9

4329 Commentaires de news

Ecrit par aurel_gogo le 20/12/2012 à 12:34

 

8

avatar

Inscrit le 04/02/2010

Voir le profil

smiley 50
Ha c'est cons ils osent tous, c'est même à ça qu'on les reconnait...

684 Commentaires de news

Ecrit par Walid le 20/12/2012 à 16:19

 

9

avatar

Inscrit le 03/05/2009

Voir le profil

C'est moi ou on a une vision très différente de celle de ces gens? Ce qui m'a frappé, c'est surtout deux choses:

1) Dans Bioshock 1, JAMAIS jusqu’à la lecture de cet article je n'avais fait attention à la couleur de peau des petites filles qu'on bute ou des ennemis qu'on nous oppose. Par contre ce qui m'a interpelé c'est de tuer des fillettes pour en tirer des bénéfices. Et peu importe leur couleur. (Et je en reproche rien au jeu parce que tout ça s'inscrit dans une démarche artistique et non purement sadique et gratuite.)

2) Du coup, il est vrai qu'il n'y a aucun noir ou chinois, mais du coup on dézingue du blanc à foison et ça ne me dérange pas plus que de dézinguer de l'allemand, de l'arabe ou de l'asiatique dans les jeux de guerre sortis à ce jour. Donc pourquoi râler maintenant parce que ces blancs dans Infinite sont un poil politisés? (politique arriérée qui plus est n'a plus cours dans aucune société qui se prétend évoluée).

Donc est-ce que c'est moi qui ait un problème en étant totalement aveugle ou c'est bien ce sont des gens à la mentalité tellement malsaine qu'ils jugent chaque action en fonction de la couleur des protagonistes?

1243 Commentaires de news

Ecrit par Laurent B. le 20/12/2012 à 16:47

 

10

avatar

Inscrit le 21/12/2011

Voir le profil

Ecrit par Athot

C'est moi ou on a une vision très différente de celle de ces gens? Ce qui m'a frappé, c'est surtout deux choses:

1) Dans Bioshock 1, JAMAIS jusqu’à la lecture de cet article je n'avais fait attention à la couleur de peau des petites filles qu'on bute ou des ennemis qu'on nous oppose. Par contre ce qui m'a interpelé c'est de tuer des fillettes pour en tirer des bénéfices. Et peu importe leur couleur. (Et je en reproche rien au jeu parce que tout ça s'inscrit dans une démarche artistique et non purement sadique et gratuite.)

2) Du coup, il est vrai qu'il n'y a aucun noir ou chinois, mais du coup on dézingue du blanc à foison et ça ne me dérange pas plus que de dézinguer de l'allemand, de l'arabe ou de l'asiatique dans les jeux de guerre sortis à ce jour. Donc pourquoi râler maintenant parce que ces blancs dans Infinite sont un poil politisés? (politique arriérée qui plus est n'a plus cours dans aucune société qui se prétend évoluée).

Donc est-ce que c'est moi qui ait un problème en étant totalement aveugle ou c'est bien ce sont des gens à la mentalité tellement malsaine qu'ils jugent chaque action en fonction de la couleur des protagonistes?

Les deux mon capitaine.

J'ai choisi de traduire ces bouts d'interview et de relevés car selon moi, il était intéressant de voir qu'en parallèle de l'actuel débat sur les armes à feu, le jeu vidéo comme n'importe quel média est désormais récupéré par les partis politiques et idéologiques.

De la même manière que dans les années 80 les gros boeufs de l'armée française ont accusé Gainsbourg d'atteindre à un symbole de la nation via sa relecture de la Marseillaise, nous en arrivons aujourd'hui à des extrêmes politiques qui instrumentalisent tout et n'importe quoi pourvu que ça buzze.

Au début, je me suis dit que sur Gamalive, on était partisans, et qu'il était hors de question de faire de la pub à des nazillons de bas-étage (à Lyon on est spécialisés dans le genre, et malheureusement, il ne se passe pas un mois sans qu'ils décident de parader à la gloire du vin rouge-sauc' avec un prétexte bidon pour se retrouver beurrés dans les rues à brailler des chants nazis, ou qu'ils pètent une vitrine ou cognent sur un arabe pour rappeler que "Lyon est aux lyonnais").

Mais j'ai décidé de garder les extraits de leurs dires en intégralité, d'abord pour qu'ils ne viennent pas (s'ils sont assez cultivés pour parler et lire en français) dire que j'ai déformé leurs propos. Et aussi car finalement, c'est très drôle. J'ai commencé à vraiment me laisser aller et à me dire qu'ils étaient rigolos quand l'un d'eux a cité Kotick comme l'auteur de GTA. C'est dire le niveau de rigueur des mecs.

Ensuite le manque de diversité s'est fait remarquer dans Bioshock, principalement par la communauté noire, qui a remarqué qu'il n'y avait jamais de blacks dans les jeux vidéo depuis San Andreas, ou alors des seconds couteaux (le sergent brailleur dans CoD, le mec de The Walking Dead, etc...). Même les jeux comme Mass Effect te proposent des "races" mais chaque affiche marketing présente Shepard en blanc, qu'il soit homme ou femme. Après, tout a reste la remarque d'une partie des afro-américains les plus politisés.

Maintenant, de là à transformer le constat en "tuerie de blancs"... Levine a quand même rappelé que dans le tas des héros de Bioshock, il avait un paquet de juifs (sans doute venus s'exiler après la WW2 et recommencer une ère nouvelle) mélangés aux anciens docteurs nazis et autres cinglés. Et puis, d'un autre côté, Rapture est une cité eugéniste et libérale absolue, où le surhomme de Nietzche est un credo à développer via l'Adam. Alors en 1960, alors même que les juifs passent le relais de souffre-douleurs du monde aux noirs, voir des noirs impliqués dans la cité alors qu'elle a été fondée par une bande d'artistes et de scientifiques mégalos ultra riches ça n'aurait pas collé. Rapture est un paradis perdu qui a dégénéré, mais fondé par une élite blanche américaine.

Sinon il y a une blague fort chouette que ne renierait pas Cedric (à fond en ce moment) : les afro-américains n'ont pas besoin de Rapture, ils ont leur propre cité sous-marine : la Nouvelle Orléans smiley 31

Enfin, je terminerai par le fait qu'au contraire, il faut donner de l'importance aux couleurs de peau et aux contextes pour créer quelque chose contenant des valeurs, des poids d'influence et une réflexion.

Si on se foutait éperdument de la race, tout ça n'aurait plus aucun intérêt. La réflexion de Levin et ses équipes dans leur jeu, les thématiques, l'ambiance, tout ce qui fait la beauté de Bioshock 3 n'aurait pas lieu d'être, et on aurait un simple shoot oldschool (combo flingue/grappin-grenades) qui ne serait qu'une décalque de Bioshock 1 ou Painkiller et tout ce genre.

Si GTA SA ne parodiait pas les ghetto-movies et n'avait pas tant de références aux blacks connus (rappeurs, artistes, politiciens) et à l'histoire de la crack-era des années 80 à Los Angeles, le jeu ne serait pas aussi intéressant, car il met en exergue une partie de l'histoire noire américaine et américaine tout court, etc etc.

A ce moment, si on ne prête plus du tout attention au racisme, on peut le banaliser. Faisons des jeux dans lesquels on tue chinois, arabes, blancs, reubeus, et tout le monde sera content, tout le monde pourra exterminer qui il déteste sans autre point de départ que "défoulez vous et tuez des gens".

C'est à mon sens comme la tradition américaine de la liberté personnelle, qui permet de porter des armes ou l'existence de partis néo nazis (dont un officiel depuis la fin de la WW2). Dans l'absolu ça reste la liberté (au delà de ne plus nuire à son voisin, on est dans la liberté absolue) mais on critique aujourd'hui ces faits. Alors pourquoi l'encourager dans le jeu vidéo ?

Désolé pour la dérive, je suis un peu à l'ouest là, donc c'est un peu long. Encore une fois, avis perso toussa toussa.

911 Commentaires de news

Ecrit par unbruitsourd le 21/12/2012 à 03:44

 

11

avatar

Inscrit le 21/12/2012

Voir le profil

Merci pour ces longs articles, ça me manquait cette intellectualisation critique dans le monde du jeu vidéo smiley 28

94 Commentaires de news

Ecrit par Marnus le 21/12/2012 à 12:01

 

12

avatar

Inscrit le 20/04/2010

Voir le profil

Article très intéressant, bravo!!
Je suppose normal que les jeux vidéos soit, comme pratiquement tous les sujets et supports, l’occasion pour des extrémistes d'y voir tous les messages les plus tordus que possibles.
D'un autre coté, c'est quand lesdits extrémistes (quels qu'ils soient d'ailleurs...) arrêteront de gueuler qu'il faudra se méfier.

Plus en rapport avec le sujet de base, c'est vrai que je ne m'était même pas rendu compte qu'il n'y avait que des blancs Bioshock 1er du nom. Je me souviens qu'il y en avait en revanche au moins une afro-américaine dans le 2.
De là à polémiquer...

Dans tous les cas ça me donne encore plus envie de découvrir Bioshock: infinite et surtout, j'y jouerais en faisant plus attention à ces détails smiley 11

279 Commentaires de news

Ecrit par Laurent B. le 21/12/2012 à 14:34

 

13

avatar

Inscrit le 21/12/2011

Voir le profil

Les polémiques peuvent aussi aller dans le sens de la bienséance inverse.

On se souvient tous de l'affligeante gueulante des bien-pensants sur "les pauvres noirs que l'on tue dans Resident Evil 5".

Bizarrement, Far Cry 2 qui nous faisait traquer un marchand d'armes en Afrique avec un mercenaire blanc juste présent pour l'argent, c'est passé comme une lettre à la poste. Et les noirs que l'on sniper dans le jeu (ou qu'on tue à la machette) aussi. Cela dit à ce moment je ne me souviens pas que les suprémacistes aient crié à l'assassinat de mercenaires blancs (plus nombreux que les africains dans le jeu x))...

Y'a des fois, faut pas chercher à comprendre...

911 Commentaires de news


Ajouter un commentaire

Vous devez être inscrit sur le site pour poster un commentaire

15056-bioshock-infinite-racisme-polemique-supremacisme