L'Edito du dimanche

 

Publié le Dimanche 21 octobre 2018 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

L'Edito du dimanche

J'ACCUSE !

imageMonsieur le Président,

Me permettez-vous, dans ma plus humble position de citoyen de la République, soucieux du respect des institutions, soucieux du respect de l’Homme, soucieux du respect des valeurs de notre république, de vous dire que l’étoile si brillante où notre beau pays fait référence en matière d’éducation, de bon goût, de valeurs fortes et de traditions, de savoir-vivre, est menacée de la plus honteuse, de la plus ineffaçable des taches ?

Puisqu’ils ont osé, j’oserai aussi, moi. La vérité, je la dirai, car j’ai promis de la dire, si la justice, régulièrement saisie, ne la faisait pas, pleine et entière. Mon devoir est de parler, je ne veux pas être complice.

Et c’est à vous, monsieur le Président, que je la crierai, cette vérité, de toute la force de ma révolte d’honnête homme.

Non, Monsieur le Président, je ne veux pas ici dénoncer le scandale des pesticides, toujours largement autorisés et massivement employés et dont la dangerosité nécessiterait une interdiction totale et immédiate et non pas un « on verra dans trois ans » destiné à masquer l’asservissement politique européen à l’industrie, asservissement sans doute monnayé à grands renforts de transactions dans les paradis fiscaux.

Non, Monsieur le Président, je ne veux pas ici dénoncer le scandale de l’huile de palme dont tout le monde sait que la culture est une véritable catastrophe écologique sans précédent et que non seulement son utilisation n’est pas prête d’être bannie, mais en plus, elle est encouragée via des avantages fiscaux pour les agrocarburants.

Non, Monsieur le Président, je ne veux pas ici dénoncer le scandale de l’implication générale de nos députés dans une Assemblée Nationale dont le coût de fonctionnement est comparable à celui du PIB de la Dominique (plus de 73 000 habitants) et dont la qualité du buffet empêche sans doute la majorité d’entre eux de penser autrement que selon la bien-connue-en-politique « Règle de Panurge ».

imageNon, Monsieur le Président, je ne veux pas ici dénoncer les scandales à répétition qui souillent constamment notre République, qu’il s’agisse de l’influence malsaine des industriels dans la politique ; des innombrables scandales sanitaires ; des avantages fiscaux pour les uns, des désavantages fiscaux pour les autres et, bizarrement, ces uns et ces autres sont toujours les mêmes ;  des milliards jetés par les fenêtres que l’on récupère bon gré mal gré sous formes de taxes diverses et abusées (dites, Monsieur le Président, depuis quand n’avez-vous pas fait un plein d’essence vous-même ?) ; du copinage incessant qui dicte chaque action, chaque décision, chaque loi ; de la perte totale de confiance du peuple envers ses élus depuis bien trop longtemps déjà ; du manque de soutien – pour ne pas parler d’abandon pur et simple – du personnel hospitalier et du personnel de sécurité, tous deux en manque constant de moyens et d’effectifs ;  des gens qui nous font chier pour qu’on écrive candidat.e.s sous prétexte que le masculin ne doit plus l’emporter sur le féminin, alors que la majorité de la population française continue de balancer du « au jour d’aujourd’hui » à tire-larigot, et encore, même avec le correcteur automatique, bon nombre ne sont pas foutus d’écrire le mot « aujourd’hui » correctement ; de l’absence totale de contrôle – et de sanction, donc – sur Internet qui est aujourd’hui le plus gros vecteur de haine et d’incivisme, et qui, pire, devient le socle de l’éducation de la nouvelle génération ;

La liste pourrait être encore longue, Monsieur le Président, de désastres politiques, sociaux ou économiques qui nous rappellent chaque jour un peu plus que même du pied gauche, marcher dedans, ça n’a jamais porté bonheur mais, au contraire, ça colle aux semelles, sans parler de l’odeur qui vous suit…

imageEt c’est en parleur d’odeur, Monsieur le Président, que j’en viens à la véritable raison de ma missive. Vous qui ne voyagez qu’en jet privé ou voiture avec chauffeur et jamais n’allez arpenter les couloirs du métro, les rames de seconde classe du train, ni même les premières qui sont, cela dit, au même niveau, et dont les seuls bains de foule sont encadrés par un service de sécurité assurant une certaine zone de confort atour de vous.

Parce qu’il est des faits plus graves encore que le massacre organisé et consenti de notre planète par l’industrie. Parce qu’il est des faits plus graves encore que le comportement nauséabond de certains politiques ou de certains industriels. Parce qu’il est des faits plus graves encore que les scandales sus-cités, et qui renvoient finalement ces scandales au rang d’évènements mineurs tous justes bons à figurer dans les marronniers de nos journaux.

Je veux parler ici, et élever ma voix pour dénoncer un scandale pire que tout ce qui agite la sphère des médias. Je veux pointer du doigt et de la plume le marché du déodorant qui pollue de manière intolérable le quotidien de chaque français.

imageJ’accuse Monsieur Jean-Paul Agon de nous annoncer que le déodorant L’Oréal Men Expert Carbon Protect 4in1 « offre une protection de 48 heures contre les odeurs, de transpiration et de taches jaunes et elle laisse la peau calme, propre et confortable ».

J’accuse Monsieur Jean-Paul Agon de nous annoncer que le déodorant Mennen Intraçable est anti-traces blanches et jaunes, anti-cartonnage, sans alcool et sans sels d’aluminium et ce pour une durée de 72 heures !

J’accuse Monsieur Jean-Paul Agon (oui, mais L’Oréal a d’innombrables marques sous son égide) de nous annoncer que le déodorant Narta Bio-Efficacité à l'acticuteine sans alcool, anti-transpirant, est efficace 48 heures.

J’accuse Monsieur Giuseppe Casaretto de nous annoncer que le déodorant Roger Cavaillès Absorb+ « régule les transpirations même les plus intenses » pour une efficacité de 48 heures.

J’accuse Monsieur Hans Van Bylen de nous annoncer que son spray déodorant Fa Pink Passion « vous assure une fraîcheur continue pendant 48 heures et une protection efficace contre les odeurs corporelles ».

J’accuse Monsieur Marijn Dekkers de nous annoncer que son déodorant Axe Dark Temptation est efficace 48 heures et qu’il a « un parfum séduisant et envoûtant ».

imageEt la liste pourrait être encore longue des responsables d’entreprises vantant les mérites de déodorants efficaces 48 ou 72 heures. Le résultat, Monsieur le Président, est que le consommateur, dans son ignorance crasse – le mot est judicieusement choisi – va prendre ces affirmations pour la plus stricte vérité et ne s’administrer que tous les 2 ou 3 jours un parfum destiné à masquer la puanteur corporelle issue d’une harassante journée de labeur. Or, Monsieur le Président, les transports en commun sont le nid d’odeurs nauséabondes parce que non, un déodorant n’a jamais, à ma connaissance, réussi à effacer la transpiration de 3 jours d’une même chemise portée, ni même résisté à une douche ou un bain. Les transports en commun puent. Et je ne parle pas des salles de classes, des bureaux en Open-space et autres lieux où l’on retrouve toujours un gros con ou une grosse conne persuadé.e. (écriture inclusive de merde) qu’un simple « pschit » tous les deux jours suffit à le ou la garder au frais. Pardon, Monsieur le Président. Je perds mon sang froid. Mais merde. Les gens puent, bordel. Et il est temps de faire quelque chose. De mobiliser l’armée si besoin est.

En portant ces accusations, je n’ignore pas que je me mets sous le coup des articles 30 et 31 de la loi sur la presse du 29 juillet 1881, qui punit les délits de diffamation. Et c’est volontairement que je m’expose.

Quant aux gens que j’accuse, je ne les connais pas, je ne les ai jamais vus, je n’ai contre eux ni rancune ni haine. Ils ne sont pour moi que des entités, des complices de malodorance sociale. Et l’acte que j’accomplis ici n’est qu’un moyen révolutionnaire pour hâter l’explosion de la vérité et de la justice.

Je n’ai qu’une passion, celle de la lumière, au nom de l’humanité qui a tant souffert et qui a droit au bonheur. Ma protestation enflammée n’est que le cri de mon âme. Qu’on ose donc me traduire en cour d’assises et que l’enquête ait lieu au grand jour !

J’attends.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’assurance de mon profond respect.

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Commentaires

Ecrit par jymmyelloco le 21/10/2018 à 13:25

 

1

avatar

Inscrit le 03/05/2009

Voir le profil

smiley 33smiley 33smiley 33

Tu m'as tué. J'ai toujours pensé être le seul a me dire que c'est dégueulasse des 48h !!!!

Remarque avec "Si tu ne le porte pas vend le"
C'est peut être la raison qu'il y a autant de SDF !!!!

3178 Commentaires de news

Ecrit par dieudivin le 21/10/2018 à 15:02

 

2

avatar

Inscrit le 18/03/2011

Voir le profil

Je ne l'ai pas senti venir cette seconde partie d'Edito smiley 13

4265 Commentaires de news

Ecrit par 10r le 21/10/2018 à 22:06

 

3

avatar

Inscrit le 18/03/2010

Voir le profil

Emilie narta... Chapeau smiley 13

4616 Commentaires de news

Ecrit par NinjaNawak le 22/10/2018 à 02:48

 

4

avatar

Inscrit le 15/07/2009

Voir le profil

J'utilise depuis 4 ans du bicarbonate de soude.
Une pincée sous chaque bras.
Problème résolu.

318 Commentaires de news

Ecrit par Mikis le 22/10/2018 à 09:46

 

5

avatar

Inscrit le 21/12/2011

Voir le profil

Je ne comprends cet édito, je mets du déodorant une fois par mois après ma douche et tout va bien, je vois pas le problème.
En plus j'ai toujours de la place dans le métro, il y a plein de gens polis qui se lèvent et me laissent la leur quand j'entre dans la rame. smiley 42

1312 Commentaires de news


Ajouter un commentaire

Vous devez être inscrit sur le site pour poster un commentaire

35328-lettre-ouverte-president-de-la-republique-j-accuse-emile-zola