La Nintendo 3DS : Notre test de la console

 

Publié le Vendredi 4 mars 2011 à 08:30:00 par Cedric Gasperini

 

La Nintendo 3DS : Notre test de la console

Elle est arrivée à la rédaction !

screenC’est cette semaine que Nintendo a inondé toutes les rédactions de journalistes de Nintendo 3DS. Je vous calme de suite : la console seule. Les jeux arrivent dans quelques jours.
Mais déjà, nous avons pu la tripoter dans tous les sens, la tourner et la retourner, encore et encore, fouiller dans ses menus, jouer au foot avec, la mettre dans le micro-ondes pour voir si elle résiste ou, encore, lui faire faire un séjour dans la couche bien remplie de la petite dernière.
Bref, nous l’avons déjà entre les mains et sommes prêts à vous livrer nos premières impressions.
 
Toutes les consoles livrées étaient bleue. Bleu lagon, comme ils l’appellent.  On trouve dedans, des cartes de réalité virtuelle (6, dont 5 Personnages), un stylet, un socle de charge, un épais manuel et un chargeur.
 
Côté design, je dois avouer personnellement être entre le « c’est chouette » et le « c’est bof ». Avec ses deux caméras frontales qui ressemblent à deux yeux, ses connexions multiples, la possibilité d’utiliser un chargeur DSi pour la brancher sur le secteur, sa carte SD, son bouton de volume assez discret, elle est belle, la 3DS.
D’un autre côté, la moitié du bas de la console est bizarrement d’une couleur plus claire. Ça lui donne un aspect sandwich pas très glamour. De plus, la couleur brillante, c’est chouette, mais les traces de doigts s’accumulent vite… Et puis le stylet, collé à l’arrière de la console, c’est une mauvaise idée : pas très pratique à saisir au vol quand on lance une partie.
 
screenscreenscreen
 
Une fois ouverte, le constat est le même : l’écran supérieur, en 3D, est entouré de noir, pour plus de contraste : noir qui prend très rapidement les traces de doigts.
 
Juste sous l’écran du bas, de gros boutons, discrets malgré tout, Select, Home et Start, sont plutôt pratiques. Si l’arrivée d’un stick est une véritable bonne idée, j’ai tendance, personnellement, à le trouver un peu trop lâche. Pour autant, cela ne gêne pas forcément lors des jeux (oui, nous n’en avons pas reçu, mais il est compatible avec les anciens jeux DS).
 
screenUne fois allumée, la console vous entraîne sur un menu (en 3D s’il vous plait), proposant d’emblée plusieurs logiciels préinstallés. Notez que les menus se présentent de façon déroulé horizontal, dont les icones peuvent être choisies selon 6 tailles (ce qui permet d’avoir jusqu’à 60 icônes en page d’accueil !). On peut également régler la luminosité (5 niveaux) et choisir ou non un mode économie d’énergie.
 
Au niveau des logiciels préinstallés, vous aurez tout d’abord droit à un « manuel » d’informations sur la santé et la sécurité. L’appareil photo, en 3D s’il vous plait, est également disponible. Sa qualité, malheureusement, n’est pas exceptionnelle et nécessitera, pour de bonnes photos, des modèles totalement immobiles et surtout, une excellente luminosité. Il n’y a par contre plus de gadgets, genre déformation, ajout de cadre, et autres.
Le studio son, lui, permet d’enregistrer et modifier des sons.
Très intéressant, un éditeur de Mii permet de se créer son petit avatar. Un mode permet même de le créer (presque) automatiquement en vous prenant en photo. Le résultat, trèèèèès aléatoire, peut toutefois amener quelques bonnes crises de fou rire.
screenCes Mii seront utilisables dans la place Mii Street Pass. Cette place permet d’accueillir des Mii amis (ha ha ha) que vous croiserez lorsque la console sera en mode « Street Pass » (genre de veille qui permet aux consoles de communiquer entre elles). Deux jeux sont inclus dans cette place Mii. Un puzzle et un mini-jeu d’aventure. Chaque Mii ami (ha ha ha, on ne s’en lasse pas) que vous croisez vous apportera : 1 pièce de puzzle, et 1 guerrier. Passer des niveaux vous apportera quelques bonus (vêtements pour avatar). Sympa, en fait. Et surtout, cela vous oblige finalement à laisser votre console communiquer avec les autres, loin des « ohlala, on ne sait jamais, on va me pirater » ou autres peurs irrationnelles.
Un journal d’activité vous permet de découvrir le nombre de pas faits dans la journée et le nombre de logiciels utilisés, avec stats à l’appui. Le nombre de pas vous permettra, soit dit en passant, de récolter des pièces Nintendo qui vous serviront, dans les deux petits jeux de la Place Mii, d’acheter des pièces de puzzle ou d’engager des guerriers virtuels.
La guerre des têtes est un petit jeu dans lequel vous shootez les visages de vos potes ou de votre famille que vous avez pris en photo, et qui sont incrustés sur des ballons et autres objets.
Enfin, le logiciel de réalité augmentée vous montre, via la caméra, votre environnement et, grâce aux cartes fournies avec la console, y insère des personnages : Mario, Link, Samus de Metroid… En premier lieu, c’est un jeu de shoot, dans lequel vous devez tirer sur des cibles, grâce aux gâchettes et en faisant tourner la console pour bien viser (pas évident, on a tôt fait d’être trop près, trop loin, plus cadré… et le jeu s’arrête alors). Il y a plein de petits autres jeux à découvrir, comme du mini-golf, et j’en passe.
 
screenscreenscreen
screenscreenscreen
screenscreen
(Images fournies par Nintendo. Sur votre console, les logiciels seront entièrement en français)
 
Voilà pour le tour d’horizon. Les menus en 3D sont sympas, la 3D est plutôt agréable au final, et pas spécialement fatigante pour les yeux. Le fait de pouvoir, via un bouton, baisser son intensité est une excellente chose. Il faudra voir, toutefois, si sur les jeux on obtient le même confort. Tout dépendra sans doute du jeu, son rythme, le défilement de ses images, et surtout, le soin apporté à la réalisation.
 
Les petits jeux inclus ne pètent certes pas trois pattes à un canard qui a marché sur une mine, mais ont le mérite d’être là, d’être gratuits, d’être amusants, et, finalement, de tuer cinq minutes de temps. La console est agréable à prendre en mains. L’écran 3D est convenablement lumineux, bref, c’est une nouvelle fois tout bon pour Nintendo. Un bémol ? Ayant il n’y a pas si longtemps succombé au charme de la DSI XL, retourner sur un petit écran est, finalement, un peu gênant.
Mais désormais, j’attends avec impatience les premiers jeux pour voir ce qu’elle a vraiment dans le ventre.
 

L'avis supplémentaire de Vincent : Mon avis est très proche de celui de Cedric. Personnellement, je suis séduit par les courbes de cette petite machine. Je trouve qu'elle a de la gueule. Elle est facile et agréable à prendre en main, avec un stick qui tient la route. Je regrette simplement que le stylet se situe à l'arrière de la machine et non sur le côté. Absolument pas pratique. Si Cedric a expliqué en long en large et en travers le contenu de la console, j'ai personnellement été séduit par la réalité augmentée. De quoi imaginer des trucs sympathiques, notamment sur des titres comme Pokémon. En revanche, si la 3D est agréable, j'attendrai quand même de pouvoir jouer quelques heures d'affilées sur les premiers jeux de la machine avant de me prononcer dessus. Histoire de voir s'il faudra sortir ou non sa boite de paracétamol à chaque utilisation. Mais pour tout le reste, jusqu'à présent, c'est du tout bon.

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

0