La traduction d'un jeu vidéo : contraintes et difficultés

 

Publié le Vendredi 24 juin 2011 à 12:00:00 par Christian Arno

 

La traduction d'un jeu vidéo : contraintes et difficultés

Un vrai métier

imageDepuis ses humbles débuts, l'industrie du jeu vidéo s'est développée pour devenir une vaste entité à l'échelle mondiale. Les superproductions ont tendance à sortir sur tous les principaux marchés (bien que pas toujours au même moment), et même les petits jeux indépendants sont de plus en plus susceptibles d'être localisés pour accroître leur potentiel de ventes.

Dans les premiers jours du jeu vidéo, la localisation était souvent réalisée après-coup sans y avoir réfléchi auparavant : l'adaptation européenne sur Sega Mega Drive du jeu d'arcade japonais Zero Wing est passée dans la culture populaire – en tout cas, celle des joueurs - avec des perles involontaires hilarantes telles que 'Someone set up us the bomb' ou 'All your base are belong to us', phrases qui donneraient à peu près en français 'Toutes votre base sont appartiennent à nous' ou 'Quelqu'un a installé nous la bombe'.

De nos jours, un processus bien plus important de planification et de réflexion entre en jeu. Certains jeux sont toujours traduits et adaptés de manière rétrospective, mais il peut s'avérer bien plus efficace de considérer les problèmes de localisation dès le départ. Et incorporer, ou du moins planifier, des versions localisées peut faire gagner du temps et de l'argent aux développeurs à long terme. De plus en plus souvent, les versions localisées sortent désormais en même temps que le jeu en langue originale.

Une traduction linguistique de base constitue évidemment une très grande partie du processus de localisation mais d'autres problèmes importants restent à considérer. Pour qu'un jeu ait du succès sur tous les marchés, il est également nécessaire de porter une attention particulière à des domaines tels que les perceptions culturelles et les préférences en termes graphiques et musicaux, et aux divers problèmes techniques.

image

Traduction du contenu

Une traduction de bonne qualité est sans aucun doute l'aspect le plus important de la localisation d'un jeu. Tous les dialogues parlés doivent évidemment être traduits, au même titre que les éléments comme l'interface utilisateur, les menus, les fichiers d'aide du jeu et les manuels.

imagePour maintenir une expérience totalement immersive, les informations écrites ne faisant pas partie intégrale du jeu mais qui forment une partie du contexte visuel peuvent aussi bénéficier d'une traduction. Cela peut inclure par exemple des éléments tels que des pancartes, des panneaux d'affichage publicitaire ou des coupures de presse, mais cela peut occasionner énormément de travail en plus et n'est pas forcément nécessaire. Un développeur peut souhaiter garder l'atmosphère japonaise d'un jeu localisé pour le marché américain ou vice-versa, et conserver des images d'origine peut être souhaitable dans le cas où les informations écrites tendent plus à contribuer à l'ambiance du jeu qu'à avoir une utilité précise.

Idéalement, toute traduction doit être effectuée par un locuteur natif du marché cible. La principale priorité de la localisation d'un jeu est de préserver l'expérience de jeu, et une traduction non seulement techniquement précise, mais qui capture également les nuances culturelles, est essentielle pour cela.

Lors du Tokyo Game Show 2010, Yoichi Wada, le Président du développeur japonais Square Enix, a déclaré : “Comment se mondialise-t-on vraiment ? Je pense que vous devez travailler avec des gens qui ont grandi outre-mer, en respirant la culture. Sinon, c'est impossible.”

Il faut souvent également choisir entre l'incorporation de doublages ou bien de sous-titres. Les sous-titres constituent parfois la solution la plus simple, en particulier si vous adaptez de manière rétrospective un jeu qui n'avait pas été conçu en réfléchissant à sa localisation, ou pour un marché n'ayant pas été considéré à l'origine pendant la phase de conception. Toutefois, des sous-titres peuvent distraire le joueur, particulièrement dans un jeu d'action intensive ou très rapide. Ils peuvent convenir pour les scènes, mais qui peut se permettre de lire un sous-titre alors qu'il négocie un virage serré à pleine vitesse ou combat une dizaine d'ennemis armés jusqu'aux dents ?

imageDes doublages peuvent mieux convenir, mais il faut qu'ils soient d'assez bonne qualité. Si des acteurs célèbres étaient utilisés pour le jeu original, les limites budgétaires peuvent ne pas permettre d'utiliser des voix aussi célèbres pour chaque version. Mais au minimum, il faut recourir à l'utilisation de doubleurs professionnels. Lorsqu'il s'agit de préserver l'expérience de jeu, qui reste la composante la plus importante, il n'y a rien de plus repoussant que des doublages manquant de naturel, peu professionnels, ou mauvais, tout simplement.
 

Problèmes techniques

Dans le cas d'une traduction linguistique, on doit également envisager des problèmes de conception ou d'ingénierie logicielle. Les lignes de textes traduites doivent être placées de manière appropriée dans le logiciel par exemple, et
les touches utilisées peuvent devoir être modifiées en fonction des différentes disposition de touches d'un clavier. Certains éléments de l'interface, tels que les menus déroulants et les boîtes de dialogue, ont des dimensions fixes, et des concessions doivent être effectuées pour insérer les scripts, qui peuvent prendre plus ou moins d'espace pour transmettre les mêmes informations.

Il ne fait aucun doute que les développeurs font face à de nombreux défis quand il s'agit de localiser un jeu. Cependant, avec un marché aussi mondial, cela en vaut la peine, et à ne pas douter, la localisation restera la norme plutôt qu'une exception ou une idée tardive mise en place à la hâte.

image

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Derniers Commentaires

- L'Edito du dimanche par Cedric Gasperini

- L'Edito du dimanche par Papa Panda

- L'Edito du dimanche par Cedric Gasperini

- L'Edito du dimanche par 10r

- L'Edito du dimanche par Papa Panda

- L'Edito du dimanche par Papa Panda

- L'Edito du dimanche par Papa Panda

0