Le jeu vidéo responsable des homicides à la Kalachnikov

 

Publié le Mercredi 29 février 2012 à 14:00:00 par Alexandre Combralier

 

Le jeu vidéo responsable des homicides à la Kalachnikov

GamAlive a du sang sur les mains

Les hommes politiques du millénaire précédent et le jeu vidéo n'ont pas toujours entretenu des relations cordiales, enjouées ni même sympatoches. En cette campagne électorale, il eût été étonnant que personne dans le cénacle de nos bergers bienveillants ne vienne s'élever à la tribune d'une manière toute cicéronienne pour oser accuser en face le Malin vidéoludique. C'est chose faite.
 
Remercions donc Cédric Matthews, renommé pour être le Premier secrétaire du Mouvement républicain et Citoyen (MRC) à Marseille. Mais si, le MRC, vous savez, le parti de Jean-Pierre Chevènement qui, selon certains témoins, aurait été aperçu il y a quelques mois en train de déclarer sa candidature à l'élection présidentielle.
 
Cédric Matthews, dans un machin publié sur le site de l'hebdomadaire Marianne, s'interroge donc sur les raisons pouvant expliquer la fréquence alarmante des homicides AK47-style dans la cité phocéenne. Le bonhomme n'hésite pas à regretter le temps des gentils truands d'avant ou même à employer un vocabulaire freudien ou quelques formules latines, parce que ça va mieux en le disant en latin.
Il fût [sic : avec l'accent ; avant d'essayer de faire classe, il faut avoir fait ses classes] un temps où le banditisme avait fait son apprentissage des armes sur le théâtre de guerre. (...) Aujourd’hui, il s'agit plutôt d'une jeune criminalité, comme le dévoilent les nombreux assassinats perpétrés à Marseille. L’apparition de cette « génération spontanée » pourrait avoir son explication dans la possibilité de nouvelles modalités d’apprentissage, de terrains d’entraînement physiques et mentaux où la virtualisation insulte de plus en plus le réel.  Les jeux virtuels de guerre, de destructions (...) n’ont plus de limite grâce à la répétition ad libitum du cycle de vie et de mort de leur personnage, de leur avatar. On pourrait se demander si l’effet de la virtualisation d’un monde ne supprime pas de l’inconscient, les liens sociaux et les freins moraux et juridiques. La subjectivité est modifiée au profit du monde informationnel, par la perte ou par l’inexistence du récit de la guerre que détenaient nos anciens ou les professionnels de la guerre. (...) Il arrive donc que les jeunes guerriers numériques n’aient plus aucun frein moral dans le monde réel. Tous les récits, toutes les narrations historiques, toutes les dimensions de temps et d’espaces sont confuses, le non-sens règne, et le doigt léger appuie sur la gâchette.
Cédric Matthews cite tout de même l'explosion du trafic d'armes après la chute de l'URSS comme un second facteur déterminant. Mais il embraie de plus belle : 
Nous sommes donc à la croisée des chemins où la barbarie numérique peut s’amplifier dans le monde réel car elle aura de plus en plus d’armes pour se faire entendre. Nous pouvons aussi redouter que la gravité des tueries puisse être amortie par l’effet de leur répétition et de la démocratisation de la pratique régulière des jeux virtuels de guerre. 
Mais alors, comme le disait l'autre, que faire ?
Concernant les jeux virtuels, il devient urgent que le débat public s’ouvre car ils pourraient participer, sous de nouvelles modalités, au développement de l’insécurité. Devons-nous légiférer pour protéger le monde réel de l’invasion par le monde virtuel ? Des frontières entre ces deux mondes ne devraient-elles pas  être érigées ? Une première idée serait de limiter l’anthropomorphisme des personnages virtuels, les deux mondes auraient alors amorcé  la construction de frontières. L’industrie du jeu numérique n’en serait pas réellement fragilisée. 
Nunc est ridendum.

 
image



 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Commentaires

Ecrit par Mikis le 01/03/2012 à 14:44

 

21

avatar

Inscrit le 21/12/2011

Voir le profil

1 C'est vraiment prendre les gamers pour des débiles

2 Ce monsieur n'a sans doute jamais connu la guerre ou les missions militaires sinon il aurait conscience des différences et arrêterait de dire des conneries pareilles

3 Mea culpa, il a peut être raison, alors je vais dans son sens : à partir de maintenant seuls sont autorisés les jeux de sport et les jeux où les avatars tombent amoureux et vivent en harmonie. On deviendra tous des sportifs de haut niveau et de gentils romantiques tout en restant devant nos PC/Concsoles (voir les deux), elle est pas belle la vie. (Ok, il est de Marseille, fallait que je la fasse) Bon et bien, en fait non, j'ai peur que ça ne marche pas, ce serait trop facile.

4 En lieu et place de trouver un bouc émissaire (il y a eu avant lui la littérature, la peinture et le cinéma, entre autres), il devrait faire son métier : être au service des français et améliorer la société. Mais bon, c'est bien plus difficile...

5 Contrairement aux idées reçues, la criminalité est beaucoup plus faible dans nos sociétés modernes qu'au Moyen-Age, pourtant ce monsieur semble vouloir y retourner. Ce sera sans moi... (ou alors dans Skyrim !)

1444 Commentaires de news

Ecrit par AlexC le 01/03/2012 à 15:05

 

22

avatar

Inscrit le 27/04/2009

Voir le profil

Ecrit par Mikis

elle est pas belle la vie. (Ok, il est de Marseille, fallait que je la fasse) Bon et bien, en fait non, j'ai peur que ça ne marche pas, ce serait trop facile.



Hé ho. Hein. Bon.

3088 Commentaires de news


Ajouter un commentaire

Vous devez être inscrit sur le site pour poster un commentaire

12200-marseille-drogue-violence-mrc-politique