Japan Expo : Le Defrief !

 

Publié le Mercredi 10 juillet 2019 à 10:15:00 par Arthur Deleye

 

Japan Expo : Le Defrief !

Dépaysant en un seul mot

L’édition 2019 de la Japan Expo s’est achevée ce dimanche 7 juillet. Il est l’heure de vous donner mon avis sur cet événement.
On va d’abord commencer par ce qui me dérange :

- Certains stands ne savent pas ce qu’ils vendent, le meilleur exemple que j’ai croisé est un stand qui vend des cartes en KIRIgami (kiri qui vient de kirimasu = couper) et qui le présente comme des cartes en ORIgami (orimasu = plier).
Beaucoup de stands sont là par opportunisme. Ils revendent des produits, souvent de mauvaise qualité, achetés en gros lot pour les revendre beaucoup trop cher.
Ce qui fait du tort à d’autres, plus professionnels, qui vendent et font découvrir des produits artisanaux souvent de meilleure qualité… mais plus chers.
Pour vous donner un exemple, beaucoup de stands vendent des éventails à 5/10 euro qui sont très fragiles et se trouvent sur internet entre 50 centime et un euro. Tandis que certains stands proposent des éventails laqués faits mains à 25/30 euro. Oui, c’est 3 à 6 fois plus cher mais c’est un véritable éventail qui passera les années.

screenscreen

- Les stands de K-pop. Ils ne sont là que pour vendre des produits dérivés de groupes de musique qui font mouiller des lycéennes. Ces mêmes lycéennes qui prendront l’option Japonais LV3 car il n’y avait pas Coréen, comme si les deux langues étaient interchangeables.
Bon, j’avoue, je suis de mauvaise foi aussi parce que je ne supporte pas ces boys-band à la con, qui ne sont que des sous-versions asiatiques de groupes comme les One Direction.

- Pourquoi y a-t-il un stand de rugby ? Certes le Japon a déjà remporté quelques tournois de rugby, mais je n’ai pas l’impression qu’il y a un gros engouement autour… et puis, en France, quand on aime le rugby, on prend l’accent du Sud-Ouest, pas l’accent japonais… L’installation provenant de Société Générale, j’ai l’impression qu’ils réutilisaient une ancienne installation en espérant que ça ne se voit pas trop. Bref, cette présence dénotait.

screen

- Les stands de nourriture : grosse déception cette année, le stand qui faisait des takoyakis traditionnellement (des boulettes contenant du poulpe) n’est plus là. À la place, on a des boulettes plongées dans une friteuse, et on sent clairement la différence de goût.
Une pensée pour poulet karaage qui était sans doute le meilleur repas de toute la Japan Expo, sans pourtant être incroyable. Quant aux onigiris, ils ne sont pas fameux mais remplissent bien le ventre. Comme toujours les prix sont trop élevés, surtout que la qualité laisse à désirer.

screenscreenscreen

Malgré ces déceptions, la Japan Expo reste un très bon événement avec chaque année de bonnes surprises :

- Un stand qui vend du Yakult, le Yakult est un équivalent japonais de l’activia. Pour avoir gouté, le goût est similaire mais moins sucré avec un peu plus d’amertume. J’ai une préférence pour le Yakult + (qui est en vert) car il est moins sucré et possède une petite touche acide. Une petite découverte sympathique.

- Dans le même style, il y avait un petit stand de kendama, semblable à un bilboquet. Le kendama est un jeu d'adresse japonais. Le principe est d'effectuer des figures comme d’autre le feraient avec un yoyo ou un diabolo.

screen

- Autre découverte, le Hanafuda ou « jeu des fleurs ». Un jeu de cartes japonais où vous composez des paires vous permettant de récupérer des cartes qui vous permettront à la fin d’une manche de faire des combinaisons afin de marquer des points. Le jeu se joue en 12 manches symbolisant les douze mois de l’année. Le jeu a été mis en avant par l’association parisienne AsianEfrei, une association Parisienne. http://asianefrei.org/

screen

- Côté jeu-vidéo, beaucoup de jeu étaient testables dont Borderlands 3, Pokémon épée et bouclier... Je vais m’arrêter un peu sur Dragon Quest builder 2 que j’ai pu tester pendant une heure. Les nouveautés par rapport à l’opus précédant sont la personnalisation de votre personnage, une plus grande carte allant de pair avec des voyages rapides. Ce que je retiendrai avant tout c’est la gestion des liquides tels que l’eau et le mode multijoueur. Pour rappel, le jeu sort le 12 juillet et une démo gratuite est disponible sur le Nintendo e-shop.

- Un atelier Shuriken fléchette était présent, c’était une petite activité très sympathique et marrante.

screen

- Mais la plus grosse découverte fut l’animegao kigurumi. C’est un type de cosplay où l’on porte un masque afin d’obtenir une apparence la plus proche possible de personnage de manga. Ce qui donne des énormes têtes avec des yeux géants comme dans certains shojo.
Très populaire au Japon depuis les années 2000, ce type de cosplay a explosé vers 2010 et commence à atteindre l’Europe.
Tout comme les costumes de Furry… comptez tout de même 800 à 3000 euros pour vous offrir un costume.

screen

- En nouveauté, il y a aussi l’arrivée de Tenga, une marque japonaise de sex-toys pour homme. Leur gamme de produit est surtout composée de vagins artificiels mais on essaiera d’y revenir dans un prochain article (et oui !).

Mon avis global sur la Japan Expo est que c’est toujours aussi sympa et fun, mais il faut vraiment aller chercher les stands intéressants, souvent noyés parmi les autres. Et malheureusement l’intérêt se retrouve très vite limité. Au final, est-il réellement intéressant d’y aller plus d’une journée ? La question peut se poser.
Après si vous venez pour faire des achats, vous pouvez trouver de très bons produits à condition d’y mettre le prix chez des artisans traditionnels et de fuir les vendeurs de Japoniaiseries faites à la chaîne en Chine.

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Images du jeu Japan Expo : Le Defrief ! :

Commentaires

Ecrit par r2gf le 11/07/2019 à 10:15

 

1

avatar

Inscrit le 08/01/2017

Voir le profil

La Coupe du Monde de rugby 2019 a lieu en septembre/octobre au Japon. Cela doit expliquer le stand de rugby.

5 Commentaires de news


Ajouter un commentaire

Vous devez être inscrit sur le site pour poster un commentaire

36983-japan-expo-2020-avis-critiques