State of Decay Year One Survival Edition (PC, Xbox One)

 

Publié le Mercredi 13 mai 2015 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Test de State of Decay Year One Survival Edition (PC, Xbox One)

Zombie mon amour

imageLes zombies ont envahi le monde. Ok, c’est classique, me direz-vous. Vous avez l’habitude et la survie en épidémie de morts-vivants n’a plus aucun secret pour vous. Sauf que cette fois-ci, vous êtes en train de faire du camping dans la forêt. Avouez que question survie, il y a mieux pour se protéger qu’une simple toile de tente. Vous allez donc parcourir les environs pour trouver de quoi survivre, et surtout tenter de regrouper une poignée de survivants suivant l’adage : « L’union fait la force ». Bon. Le souci, c’est que l’union a besoin de manger aussi et que les denrées se trouvent précisément là où vous n’êtes pas. Vous ne pensiez quand même pas que ce serait si facile, non ?

Après une sortie sur PC et Xbox 360, State of Decay débarque en « Year One Survival Edition ». Sur PC et Xbox One. Au menu, deux DLC inclus, Breakdown et Lifeline, dispensables mais qui permettent d’augmenter un brin la durée de vie déjà conséquente du titre. Et bien entendu, un graphisme amélioré qui offre désormais de la HD.

Le jeu n’a, lui, pas changé d’un iota. Pour ceux qui le découvrent, il s’agit donc de gérer un groupe de 3 personnes et de leur permettre de survivre, tout simplement. Cela implique la construction d’une base et sa gestion : gestion des défenses, de la nourriture… On vous rassure, grâce à un scénario plutôt bien géré, vous apprendrez tout ça au fur et à mesure des missions principales. Des missions secondaires, qu’on devine rapidement indispensables, permettent de sauver des personnes, et donc de grossir votre groupe, mais aussi de récupérer pas mal d’objets, armes, équipements.


screenL’histoire se passe majoritairement, mais pas exclusivement, dans ce que l’on pourrait qualifier d’une petite ville campagnarde, avec son supermarché, sa pompe à essence… et bien entendu tout cela fourmille de zombies. Qu’on écrase d’ailleurs joyeusement à grands coups de voiture, ou au corps à corps. Les armes sont nombreuses, mais elles se détériorent vite.
Vous pourrez switcher d’un personnage à l’autre. Ce qui explique aussi l’importance d’aller sauver de nouveaux personnages. Chaque personnage aura d’ailleurs des compétences bien définies, et plus ou moins utiles selon les missions proposées.

screenLe moral de vos troupes sera primordial également. D’où la rapide nécessité de bien protéger votre camp, créer des zones médicales, agrandir les dortoirs, tenter d’éviter les conflits entre chacun et bien entendu, veiller à ne jamais manquer de vivres.

Se promener à plusieurs permettra également de transporter plus d’équipement (vous avez un sac à dos à espace limité), mais aussi de se protéger : fouiller un meuble ou un sac prend du temps. Voire peut être transformé en fiasco si vous faites trop de bruit et, du coup, attirez des zombies par dizaines.

screenscreenscreen

screenPlutôt varié, plutôt vaste, regorgeant de bonnes idées, ce State of Decay Year One Survival Edition était particulièrement prometteur. Malheureusement, d’innombrables soucis techniques viennent plomber l’expérience. Des soucis déjà rencontrés sur l’ancienne version et qui n’ont pas été corrigés, semble-t-il. Et ça, c’est inadmissible. Passe encore le graphisme assez moyen, ou l’aliasing parfois un peu trop présent. Plus problématiques, mais pas non plus rédhibitoires, les chutes de fluidité que l’on rencontre parfois en conduite rapide ou lorsque trop de zombies sont à l’écran. Passe même le gameplay rigide. Mais les bugs à foison viennent réellement plomber le jeu. Entre les bugs de collision (équipement qui reste coincé dans le sol et que l’on ne peut pas prendre), une IA plus que défaillante, tant du côté de vos amis (parfois étrangement passifs) que les zombies (qui restent juste devant la porte et n’entrent qu’un par un toutes les deux minutes, vous laissant largement le temps de les attendre, sans oublier même parfois certains bugs qui vous obligent à relancer votre ancienne sauvegarde.

C’est finalement assez dommage. State of Decay Year One Survival Edition avait tout pour séduire et proposer une expérience inédite. Malheureusement, le jeu est techniquement tellement à la ramasse qu’il en est presque rebutant.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

State of Decay Year One Survival Edition (PC, Xbox One)

Plateformes : PC - Xbox One

Editeur : Microsoft

Développeur : Undead Labs

PEGI : 18+

Prix : 40 €

Aller sur le site officiel

State of Decay Year One Survival Edition (PC, Xbox One)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 6/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Derniers Commentaires

- L'Edito du Dimanche par clayman00

- L'Edito du Dimanche par Cedric Gasperini

- L'Edito du Dimanche par Cedric Gasperini

- L'Edito du Dimanche par Citan

- L'Edito du Dimanche par jymmyelloco

- L'Edito du Dimanche par Citan

- A quoi jouez-vous ce weekend ? par clayman00

0