Uncharted : The Lost Legacy (PS4)

 

Publié le Jeudi 17 août 2017 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Uncharted : The Lost Legacy (PS4)

L'épisode de trop ?

imageAprès nous avoir enchanté pendant 10 ans avec sa saga Uncharted mettant en scène Nathan Drake, Naughty Dog ne voulait pas dire au revoir sans en remettre une petite couche.

Sauf que cette fois-ci, dans ce « petit » spin-off de la saga baptisé Uncharted : The Lost Legacy, point de Nathan, ses vannes pourries et son charme ravageur. Le jeu met en scène Chloé Frazier et Nadine Ross. Deux personnages que les fans de la saga connaissent bien. La première a été croisée dans Uncharted 2 et était l’une des premières complices (et amante, bien entendu) de Nathan Drake. La seconde était à la tête de Shoreline, une organisation paramilitaire que Nathan affronte dans le dernier épisode de la saga, Uncharted 4.

Le jeu débute en Inde, alors que Chloé cherche à rejoindre Nadine. C’est d’ailleurs Chloé que vous allez diriger pendant tout le jeu. La brune à fort caractère évolue dans une ville en pleine guerre civile. Et le moins que l’on puisse dire est que le jeu débute assez mollement : marche lente dans les rues, dialogues avec quelques autochtones ou militaires… c’est l’occasion de se souvenir des touches et commandes pour diriger son personnage. Car Chloé se dirige exactement comme Nathan, et aura d’ailleurs les mêmes particularités et compétences pour tout ce qui est combat, sauts, grimpette et combat à l’arme à feu. Un copié-collé pas si dérangeant que ça, notez bien.

Ce qui est peut-être plus dérangeant, c’est le montage des séquences. Certaines discussions se terminent de manière totalement abrupte, certaines scènes manquent de transition… le début du jeu laisse entrevoir clairement un Uncharted au rabais niveau scénario. Et à ce titre, on a bien du mal à s’intéresser aux deux héroïnes qui semblent plus dans la compétition que dans la complémentarité. Pas de connivence, pas d’empathie… le tout avec un adversaire au charisme très inférieur à ce que l’on a l’habitude de voir sur la série.


screenBref, les débuts sont poussifs. Ce n’est finalement que bien plus tard (beaucoup plus tard) que l’on apprendra les motivations des deux aventurières : l’héritage paternel. Toutes deux ont décidé de faire équipe et parcourent l’Inde à la recherche d’un artefact sacré : la défense de Ganesh, dont la légende dit qu’elle fut coupée par Parashuram, incarnation de Vishnu, lors d’un combat. Chloé a repris le flambeau de son paternel, obsédé par cette histoire à tel point qu’il a négligé sa famille, et Nadine espère qu’elle leur fera gagner suffisamment d’argent pour récupérer son organisation Shoreline, créé à l’origine par son père, et dont elle a perdu le contrôle suite à ses déboires avec Nathan dans Uncharted 4. Bref, un même but pour deux filles à papa.

Après une scène de poursuite plutôt explosive, les deux belettes se retrouvent dans un décor ouvert. Une sorte de cuvette entourée de montagnes et collines, qu’elles vont devoir parcourir pour trouver des artefacts et ouvrir la porte de la cité perdue d’Hoysala où serait cachée la fameuse défense.
Et là encore, mauvais choix de la part des développeurs : un monde ouvert dans un jeu comme Uncharted, ça ne fonctionne pas. Ou du moins, cela nuit grandement au scénario. La saga était écrite comme un film, avec un rythme détonnant, de la profondeur amené par les cinématiques, une écriture talentueuse associant avec brio action et émotion.
Ici, le fait d’aller d’un endroit à l’autre plombe totalement ce rythme et ne se résume finalement qu’en une succession de « missions » à remplir avant de passer à la séquence suivante. On se retrouve à se promener en jeep d’un point à un autre, comme la séquence d’Uncharted 4 (qui n’était pas forcément la plus réussie d’ailleurs). Sans oublier les inévitables mais toujours lourdingues "tiens, un rocher facile à grimper... ah non, je ne peux pas, Chloé saute en l'air comme face à un mur invisible, bon, c'est que les développeurs n'ont pas prévu qu'on ait envie de grimper dessus...".

screenAlors attention. Soyons toutefois honnête : le jeu n’est pas désagréable pour autant, bien au contraire. Déjà, vous allez en prendre plein la vue. Les décors sont magnifiques. Intérieurs comme extérieurs. C’est beau. Les paysages sont grandioses. Les monuments sont époustouflants, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur. Une végétation parcourue par des cascades, des hautes herbes, des arbres… pas de doute, même si ça rappelle quand même bien Uncharted 4, ça n’en reste pas moins visuellement saisissant. Un vrai voyage, un vrai dépaysement.

Ensuite, les différents lieux, palais et grottes que vous allez visiter, vous offrent leur lot de puzzles bien pensés (certains bien chiants à réussir mais captivants), de leviers à tirer, de sauts, d’escalades… c’est peut-être finalement la fréquence des combats contre les mercenaires qui est vient baisser le niveau d’intérêt du joueur. L’IA est catastrophique (elle semble même en-dessous de celle d’Uncharted 4) et surtout, la présence de ces ennemis n’est pas toujours bien justifiée.

screenscreenscreen

screenEn tout cas, niveau gameplay, c’est du Uncharted pur jus. Puzzles, sauts, grimpettes, combats, duo de personnages principaux qui affrontent à eux seuls une armée. On retrouve nos marques.
Sauf que jusque-là, vues les critiques faites ci-dessus, vous vous rendrez sans doute compte que le jeu enquille les défauts et se retrouve à n’être, finalement, qu’un sous-Uncharted dans sa construction. Certes, il y a de beaux moments, quelques passages épiques, quelques (très) bonnes idées de gameplay… mais niveau scénario, c’est un peu la pataugeoire.

Heureusement, une fois passé cette succession de palais et ruines à visiter dans un monde pseudo-ouvert, les choses s’améliorent très nettement. Les deux héroïnes se livrent un peu plus et une vraie complicité s’installe. Même si les motivations et explications sont à la fois tirées par les cheveux et un brin basiques, il n’empêche qu’on se plonge enfin dans une vraie histoire, un vrai scénario, une vraie écriture, avec ses moments forts, ses moments spectaculaires. On commence enfin à trembler pour elles, à se régaler des anecdotes qu’elles livrent, à voir un vrai duo. Et le jeu s’envole enfin jusqu’à nous livrer une fin en apothéose. Il aura eu du mal à prendre son envol, mais il le fait quand même. C’est tout ce qui compte.

screenAu final, c’est une petite dizaine d’heures de jeu que proposera le titre, sachant que les développeurs ont eu la bonne idée d’inclure le multi d’Uncharted 4 dans la galette, avec les deux personnages principaux en bonus plus le méchant et un nouveau mode de jeu : le mode survie dans lequel vous allez devoir affronter 100 vagues d’ennemis. Ou du moins vous allez essayer de les affronter…

Bref, une première moitié du jeu poussive, sans rythme, et avec un scénario en-dessous de ce à quoi on avait l’habitude, un gameplay totalement copié-collé d’Uncharted 4 et sans aucune innovation, mais une aventure qui finalement s’envole et réussit à nous séduire réellement. Ce n’est pas du grand Uncharted, certes, mais ça fonctionne toujours aussi bien. C’est beau, grisant, fun, on retrouve de belles sensations et au final, si le jeu ne restera pas dans les annales du genre, il reste une belle expérience, à ne pas rater pour les amoureux du genre.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Uncharted : The Lost Legacy (PS4)

Plateformes : PS4

Editeur : Sony

Développeur : Naughty Dog

PEGI : 16+

Prix : 40 €

Aller sur le site officiel

Uncharted : The Lost Legacy (PS4)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 8/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu Uncharted : The Lost Legacy (PS4) :

Derniers Commentaires

- L'Edito du dimanche par jymmyelloco

- A quoi jouez-vous ce week-end ? par dieudivin

- L'Edito du dimanche par dieudivin

- L'Edito du dimanche par Cedric Gasperini

- L'Edito du dimanche par jymmyelloco

- A quoi jouez-vous ce week-end ? par jymmyelloco

- A quoi jouez-vous ce week-end ? par dieudivin

0