24h Limit, la critique du film

 

Publié le Jeudi 18 janvier 2018 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

24h Limit, la critique du film

Ethan Hawke va mourir

imageTravis Conrad est un tueur d’élite. Le meilleur de sa catégorie. Il est employé par une organisation paramilitaire secrète dont les agissements louches en Afrique ont attiré l’attention d’Interpol. Alors qu’il veut se retirer, il accepte un dernier contrat : éliminer un collègue qui est passé à table et doit faire une déposition contre ses anciens employeurs.

Travis remonte sa piste. Il rencontre et séduit l’agent chargée de protéger sa cible. Il découvre alors où cette dernière est cachée. Alors qu’il part honorer son ultime contrat et qu’il ne doit laisser ni témoin ni indice derrière lui, il hésite à tuer l’agent avec qui il vient de passer la nuit. Elle, elle n’hésitera pas. Elle l’abat de deux balles dans le torse. Travis est mort. Il a échoué.

Il se réveille dans un container, sur le port, attaché à une table d’opération. Ses employeurs viennent de le ramener à la vie pour qu’il livre l’adresse où se cache son ancien collègue. Il apprend au passage que c’est une nouvelle méthode expérimentale qui lui permet de « gagner » 24h de vie supplémentaire avant de mourir pour de bon cette fois. Seulement une fois qu’il a livré ses secrets, Travis ne sert plus à rien. Ses employeurs tentent de l’exécuter. Il réussit à s’échapper et va passer son dernier jour à comprendre. Comprendre pourquoi il est mort. Et comprendre pourquoi il est en vie.


24h Limit est le premier film de Brian Smrz, auparavant coordinateur des cascades et réalisateur de 2nde équipe de tournage sur des films tels que Die Hard 4, Mission Impossible 2, Une nuit au Musée, Windtalkers ou Superman Returns, par exemple. Devant la caméra, Ethan Hawke, Xu Qing, Liam Cunningham ou encore, et c’est toujours un plaisir de le revoir, Rutger Hauer.

screenQuelques clichés scénaristiques, quelques facilités aussi, des ficelles un peu grosses… 24h Limit est loin d’être un chef d’œuvre, c’est clair. Se mêlent même quelques sentiments mielleux qui rajoutent un peu plus à un ensemble déjà cousu de fil blanc.

Mais cela n’en fait pas un mauvais film pour autant. Ethan Hawke, déjà, n’est jamais meilleur que quand il joue des personnages borderline, à vif, écorchés mentalement et physiquement. Les scènes d’action, surtout, sont particulièrement énergiques et, si elles n’ont pas la grâce et la chorégraphie de celles de John Wick, s’en rapprochent tout de même par leur efficacité et leur violence.

Bref, on suit 24h Limit sans passion particulière, certes, mais avec un intérêt sincère et une vraie envie d’aller au bout. Un bon divertissement, en quelque sorte.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

24h Limit, la critique du film

Plateformes :

Editeur : SND

Développeur : Brian Smrz

PEGI : 12+

Prix : Cinema

24h Limit, la critique du film

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 6/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu 24h Limit, la critique du film :

0