L'Edito du dimanche

 

Publié le Dimanche 25 novembre 2018 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

L'Edito du dimanche

La lettre au Père-Noël

imageLa fameuse lettre au Père-Noël. Tous les gamins la font. Oui, généralisons l’exercice. Oublions un instant les cathos furieux, les bobos péteux, les extrémistes et autres péraves qui fuient l’exercice pour des raisons pseudo-religieuses, pseudo-éthiques ou pseudo de mes couilles.
Noël, c’est Noël. Même les enfants juifs et les enfants musulmans, pour ne citer qu’eux, fêtent Noël. Ils en font simplement une fête populaire et non pas religieuse. Et c’est tant mieux. Donc ne nous attardons pas sur les cas particuliers, et lançons la place à un moment de douceur, d’amour et de bonté.

Bref. La fameuse lettre au Père-Noël. Tous les gamins la font. Et les adultes aussi, un petit peu. J’en connais plus d’un qui fait sa liste de cadeaux qu’il aimerait recevoir, laissant ses parents, frères et sœurs, voire même enfants s’ils sont en âge, piocher dedans pour leur choisir un truc sympa. L’avantage de la liste de Noël, c’est que ça limite les cadeaux de merde. Ça ne les évite pas forcément, notez-bien, parce qu’il y a toujours une tante, un oncle, une grand-mère ou je ne sais qui d’autre, prompt à vous offrir un truc qui n’y était pas mais « j’ai trouvé ça mignon, regarde, en plus, le vert, l’orange, le jaune et le marron, ça va bien avec tes yeux ».

Donc, je me suis dit que moi aussi, j’allais faire ma lettre au Père-Noël. Sauf que pour le coup, ça n’a pas tourné tout à fait comme je l’avais prévu au passage. La faute à cette stupide tradition de « y’a que les enfants sages qu’ont droit aux cadeaux ». Et là, forcément, j’suis dedans.


Cher Père-Noël,

imageCette année, j’ai été très sage, alors je voudrais… euh… d’accord, on ne te la fait pas. Tu as tes petites fiches sur chaque personne, à en faire pâlir d’envie la NSA. Avec les bonnes actions et les mauvaises de chacun. Pour ma part, les bonnes doivent tenir sur un recto. Les mauvaises, sur une sacrée flopée de versos.

Autant dire que pour ma part, c’est plus le Père-Fouettard qui risque de débarquer que toi. Cela dit, même le Père-Fouettard n’ose plus venir à la maison. Ou alors juste pour prendre conseil.

C’est vrai que cette année, j’ai fait fort. Mais je n’y peux rien. Les gens sont de plus en plus cons.

Alors d’accord, j’aurais pu expliquer gentiment au gogol de 15 ans qui bloquait les portes du métro en ricanant, juste pour faire le cake devant ses potes, qu’il faisait chier tout le monde et que ce n’était pas très cordial, ni très intelligent. Que des gens étaient peut-être pressés et qu’il retardait tout le monde. Seulement au bout de la troisième station à bloquer la fermeture des portes automatiques, j’ai eu un flash. Gerard Butler. 300. Et vlan, un coup dans les valseuses et hurlant « This is Sparta » et le débile a valsé sur le quai. Cela dit, le métro a pu reprendre sa course sans gêne par la suite.

imageAlors d’accord, le petit gamin  de 5 ans, insupportable au supermarché, qui foutait des coups de mini-caddie (quelle invention à la con soit dit en passant) à tout le monde tout en hurlant, pendant que son père, indifférent, faisait mine de poursuivre ses achats sans s’en occuper, j’aurais dû lui faire les gros yeux, voire sermonner son paternel. Je n’aurais pas dû le regarder méchamment et lui dire d’une voix caverneuse « ta mère suce des bites en enfer ». N’empêche qu’il avait du coup une bonne raison de pleurer. Et qu’il a lâché son mini-caddie.

Alors d’accord. La petite vieille qui poussait tout le monde dans les rayons et râlait quand on ne la laissait pas passer, quand elle m’a demandé de manière agressive où se trouvaient les cotons-tiges,  j’aurais pu lui répondre un truc du genre « Madame, vous faites erreur, je ne suis pas employé par ce magasin, et quand bien même, votre honorable âge ne vous dispense pas des formules de politesse en usage ». Au lieu de lui répondre, façon Colonel Trautman dans Rambo III, « ils sont tous près… dans ton cul ! ».

imageAlors d’accord. Le type qui allumait son smartphone toutes les cinq minutes au cinéma, juste devant moi, j’aurais pu fermement lui demander d’arrêter et lui expliquer, toujours fermement, que prendre la lumière de son téléphone dans les yeux, c’était gênant. Et pas lui choper et lui balancer dix rangs plus loin. Mais je l’avais déjà prévenu trois fois, quoi. Et la dernière, il m’avait répondu un « ouais bon ça va je fais ce que je veux, j’ai payé ma place » de manière agressive…

Et ça, ce n’est qu’un aperçu de mes trois derniers jours, Père-Noël. Alors si tu veux que je remonte plus loin et que je te fasse un récit de ces 11 derniers mois, on n’est pas couché. Et tu risques de rater ta tournée du 25 décembre au matin.

Donc oui, Père-Noël. Je n’ai pas été très sage. Et je ne vais pas m’abriter derrière un « c’est la faute des autres ». J’assume pleinement. Mais si derrière, tu estimes que les autres méritent quand même un cadeau alors que moi non, et bien c’est qu’t’es quand même un gros con, Père-Noël.

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Commentaires

Ecrit par Papa Panda le 26/11/2018 à 09:12

 

1

avatar

Inscrit le 26/03/2014

Voir le profil

moi ce n'est pas du père Noël dont j'ai besoin mais d'un miracle ...

1470 Commentaires de news

Ecrit par Mikis le 26/11/2018 à 09:44

 

2

avatar

Inscrit le 21/12/2011

Voir le profil

ça va, des jeux, tu en reçois toute l'année.

La voilà, ta liste :

- Une nouvelle paire de Doc coquées (parce que t'as pas fini de les user sur les culs de p'tits cons)

- un stock de cotons-tiges (à porter en permanence sur toi, comme les Doc Martens) parce que t'as pas fini de croiser des vieux dans les super marchés.

- Un an d'entraînement au lancé du poids au club d'athlétisme le plus proche de chez toi, parce que dix rangs avec un portable, c'est quand même un peu faiblard !

1395 Commentaires de news


Ajouter un commentaire

Vous devez être inscrit sur le site pour poster un commentaire

35526-lettre-pere-noel-enfants-sages