Japan Expo 2019 : Du cul ?

 

Publié le Mercredi 24 juillet 2019 à 12:00:00 par Arthur Deleye

 

Japan Expo 2019 : Du cul ?

Le commerce sexuel à la Japan Expo

# AVANT PROPOS #
Avez-vous plus de 18 ans
            O oui / O non            
 
Voilà la bannière passée, vous êtes prévenus, maintenant on va pouvoir parler de sexualité, masturbation et divertissement pour adultes.

1/ Les divertissements pour adultes

Dans la zone regroupant de nombreux éditeurs de manga et d’adaptations animé, on trouve, au détour d’une allée, ce que l’on nomme des Hentai.

imagePas besoin de faire la présentation, mais j’aime bien meubler mes articles :
« Le terme hentai décrit une catégorie de manga japonais, dans lequel les dessins et les dialogues sont explicites, à caractère sexuel, sans équivoque, décrivant des situations érotiques ou pornographiques. » L’internaute

Et il y en a pour tous les goûts, des classiques hentai hétérosexuels, aux Yaoi et Yuri pour les relations homosexuelles jusqu’à atteindre toute sorte de fétiches comme le furry, le lolicon...


2/ Le cul, plus qu’une passion, une collection
image
Vos étagères d’otaku semble vide ? Pas de problème, il existe plein de figurines à l’effigie de vos personnages préférés, dans toutes sortes de positions et tenues affriolantes, pour le plaisir des yeux.

imageVous vous sentez seul le soir ? Pas de soucis pour répondre à cela pas besoin d’être en couple, côtoyer d’autres êtres humains est bien trop chiant.
Achetez des Dakimakura ! Comment ça ? Vous n’en aviez jamais entendu parler ? Ok, je vous explique :
Les Dakimakura sont des oreillers à taille humaine avec lesquels vous pouvez dormir, jusque-là rien d’incroyable en dehors de la solitude de leur utilisateur. Mais là où la fantaisie arrive c’est dans les taies d’oreiller, généralement il y a d’un coté votre waifu ou husbando (bref des personnages sur lesquels vous fantasmez) dans une tenue et sur l’autre face le même personnage qui a perdu beaucoup du tissu qui recouvrait son corps.

Comme pour le hentai, tous les goûts sont dans la nature, mais surtout en vente.

3/ C’est marrant de fantasmer mais pas d’être frustré

Les figurines et les oreillers, c’est bien mais ça manque de « sensations ». Ne vous inquiétez pas, pour la première fois à la Japan Expo, Tenga pose ses couilles sur la table...attendez (bruit de page + relecture du script)...donc, Tenga pose ses vagins artificiels sur la table.

En effet, l’entreprise japonaise spécialisée dans la vente de sex-toys pour homme a tenue un stand.
Etant quelqu’un de très professionnel (si, si, je vous assure) j’ai donc pris la décision de m’y intéresser.
image

Et là, grosse surprise, je m’attendais à des vagins en silicone mimant vaguement la forme d’un vagin, mais non ! Ceux sont plus des sex-toys à part entière.
Ne vous inquiété pas mesdames, il y a aussi Iroha qui est la même marque mais pour les femmes, et là encore on n’est pas sur du bête dildo plus ou moins grand, on a un travail sur la forme, la matière...

L’objectif de l’entreprise est d'assurer le bien-être sexuel de chacun et de diffuser des connaissances correctes sur la santé sexuelle, la prévention des maladies et la sexualité.

J’ai pu avoir une interview avec Eddie Marklew, en charge des relations publiques et de la mise en avant de la marque dans le monde.

Quelle est l’ancienneté de la marque ?

Tenga a été fondée en 2005 au Japon. La marque s’est rapidement développée et s’est mise à commercialiser ses produits dans le monde entier en 2007. En 2018, on a installé notre première boutique physique en Europe, à Düsseldorf.

Est-ce la première fois que vous êtes à la Japan Expo ?

En effet, cela faisait déjà quelques années qu’on nous proposait de venir, mais nous n’avions pas la possibilité de transporter un stand depuis le Japon. Notre installation de l’année dernière à Düsseldorf nous a permis d’être enfin présent sur le salon.

Quelle est la réaction des visiteurs à propos de votre stand ?

Hum...  Je dirais qu’un quart des gens comprennent ou connaissent l’enseigne, mais ils sont assez timides. Cependant, certains achètent directement des produits. Un autre quart évite le stand et la moitié restante s’amuse à regarder nos produits, mais prennent quand même une carte de visite avant de repartir.

Comment sont organisées les gammes de produits ?
image
Pour Tenga, on a 2 catégories qui sont elles-mêmes divisibles en deux sous-catégories. On a les jetables, qui coûte moins chers et sont déjà lubrifiés. Les cups qui sont rigides et les œufs qui sont souples. Pour ceux qui sont réutilisables, on a les spinners qui sont souples et font un mouvement rotatif lors de l’entrée du phallus dans l’orifice et les flips qui s’ouvrent en deux afin d’être nettoyés et lubrifiés plus simplement.

Pour Iroha, on a 2 gammes, une qui privilégie la stimulation du clitoris et une autre privilégiant la pénétration. (Il pointe un dildo avec une forme en spirale) Celui-ci par exemple est conçu pour la pénétration. Il est inspiré du fouet en bambou utilisé dans la cérémonie du thé.


CONCLUSION
Oui, il y a du cul à la Japan Expo, mais cela ne concerne que quelques stands. L‘approche de la sexualité par Tenga m’a beaucoup intriguée et ils ont sorti une étude sur la masturbation dédiée à la France.
Si, comme moi, vous aimez les statiques alors prenez un peu de temps pour visionner l’étude :
http://www.feelmore.global/wp-content/uploads/2019/05/TENGA-BCW-2019-Global-Survey-France-Report-5.10.19.pdf

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Commentaires

Il n'existe aucun commentaire sur cette actualité


Ajouter un commentaire

Vous devez être inscrit sur le site pour poster un commentaire

37126-japan-expo-tenga-interview-sexe-vagin-artificiel-hentai