En eaux troubles, la critique du film

 

Publié le Mardi 21 août 2018 à 12:00:00 par Sylvain Morgant

 

En eaux troubles, la critique du film

Grande gueule

imageJonas Taylor est un ancien sauveteur en eaux très profondes. Il a définitivement tourné le dos à cette activité après un sauvetage qui a couté la vie à deux de ses collègues et amis. Selon lui, quelque chose d’énorme a attaqué le sous-marin nucléaire dans lequel il se trouvait.

Depuis, il profite de sa retraite pour s’adonner à son activité favorite : picoler.

5 ans plus tard, sur Mana One, une toute nouvelle installation scientifique située au pied de la fosse des Mariannes, le milliardaire Jack Morris ; qui a financé la station et les recherches ; vient rendre visite au Dr Minway Zhang pour assister à la première exploration de la thermocline constituée d'un nuage de sulfure d'hydrogène. Chao et sa fille Suyin, pensent que ce nuage n'est pas le fond réel de la fosse et qu'elle révèlera de nombreux secrets.

A peine après avoir franchi la thermocline et révélé un écosystème inconnu, le sous-marin que pilote l'ex-femme de Jonas, est attaqué par une bête immense venue du fond des âges, l'ancêtre de tous les requins : un Mégalodon.

Zhang n'a pas d'autre choix que d'appeler Taylor à la rescousse.

Mais comment sauver des gens d'un monstres de 25m capable de couper une baleine en deux d'un seul coup ?


screenRéalisé par Jon Turteltaub (Rasta Rockket, Instinct, Benjamin Gates), En Eaux Troubles ou The Meg en v.o. est donc un film de gros requins avec Jason Statham, Li Bingbing, Winston Chao, Jessica McNamee, Ruby Rose, Rainn Wilson, Cliff Curtis, Robert Taylor, Page Kennedy, Ólafur Darri Ólafsson, Masi Oka et Shuya Sophia Cai. Un casting international, pour une co-production Chine/USA, ce qui, si vous avez bien regardé le marché du cinéma aujourd'hui, devient de plus en plus fréquent. Du moins jusqu’à ce que Trump déclare la guerre à la Chine.

Librement inspiré du livre Megalodon de Steve Alten, le pitch du film avait des airs de combat du siècle. D'un côté, un acteur qui respire la testostérone, capable de se moquer de lui-même tout en cassant des gueules et de l'autre, un monstre préhistorique hors-norme, objet de tous les phantasmes. On pouvait donc s'attendre a du sang, des larmes, des cris, de la barbaque partout.

Hélas, il n'en est rien.

screenDans un but de toucher un large public estival et familial, les producteurs ont décidé de retirer un maximum de séquences gores et donc de faire un film « pour tout le monde ». Genre qui fait peur mais pas trop, qui rigole mais pas trop, qui fait pleurer mais pas trop... bref un film moyen.

Efficace mais moyen.

Il fait le job, certes, c'est un bon divertissement mais il ne devient jamais le "blockbuster" espéré. Ce n'est pas un nanar, une série Z et ce n'est ni un futur film culte ou un chef-d'œuvre. Tout y est lissé. Même les mises à mort…

screenA l'image de Statham, qu'on nous présente comme alcoolique buvant bière sur bière toute la journée et qui pourtant est frais comme un gardon. A l'image des dialogues type papa qui va mourir et qui dit à sa fille combien il est fier d'elle et qu'il reconnait qu'il ne lui a jamais dit, aïe, j'ai mal, je t'aime, je suis mort… On ne va pas se le cacher, nombre de séquences sont vues et revues. Nombre de clichés aussi… Et ce n'est toujours pas ce film-là qui fera émerger le talent d'actrice de Ruby Rose…

Bref, En Eaux Troubles avait tous les ingrédients pour faire un film complètement dingue à tous les niveaux. Sauf que l'on a eu un film totalement classique. Sympa mais classique.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

En eaux troubles, la critique du film

Plateformes :

Editeur : Warner Bros. France

Développeur : Jon Turteltaub

PEGI : 3+

Prix : Cinema

En eaux troubles, la critique du film

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 5/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu En eaux troubles, la critique du film :

0