FIFA 22 (PC, PS4, PS5, Xbox One, Xbox Series, Nintendo Switch)

 

Publié le Mardi 19 octobre 2021 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Test de FIFA 22 (PC, PS4, PS5, Xbox One, Xbox Series, Nintendo Switch)

Un air de déjà-vu...

imageComme chaque année, FIFA revient. FIFA 22, donc. Qu’il soit bon ou mauvais, à vrai dire, peu importe : les fans de foot n’ont plus guère le choix après le fiasco eFootball qui semble avoir définitivement enterré la licence PES.

Bref, oui, on vous conseillera forcément FIFA 22 si vous êtes en manque de ballon rond. Mais est-ce que ce nouvel opus mérite qu’on lâche le précédent ? Rien n’est moins sûr…

FIFA reste, quoi qu’il arrive, un jeu qui propose de très nombreuses options et modes. Vous pouvez toujours faire des matchs rapides, organiser des petits tournois, voire jouer des championnats dans votre salon.

Le mode FUT, ou Football Ultimate Team, n’a rien de vraiment nouveau et les afficionados retrouveront leurs marques. A peine quelques mineures modification, comme par exemple l’ajout prochain de cartes d’anciens grands joueurs ou le système de progression modifié en Division Rivals (des paliers sont désormais à atteindre et vous ne redescendrez plus même en cas de défaite) et en FUT Champions (désormais même un match nul ou une défaite vous donne des points).

Le mode Clubs pro permet de créer des équipes mixtes, sans différence de niveau ou de compétences selon le sexe. Une avancée très intéressante, que l’on salue totalement. Il est désormais plus riche et mieux construit, plus lisible dans sa progression et le gain d’expérience.
La ligue des Masters
Quant au mode Volta, il est uniquement basé sur le multijoueur.


imageIl y a pléthore de choses à faire et à découvrir dans ce FIFA 22, à l’instar des précédents opus. Tout n’est pas réussi, certes. Le mode Volta s’avère totalement sans intérêt et l’absence d’innovation dans le mode FUT relève plus de la paresse qu’autre chose. D’un point de vue personnel, l’intro longuette et chiante m’a bien gavé et le mode carrière ne représente qu’un intérêt limité. Mais ces deux derniers points sont totalement liés à ce que j’attends ou recherche personnellement dans un jeu de foot. Parce que globalement, ça reste bien fait, solide, bref, pas de quoi crier à l’arnaque ou au raté, bien au contraire.

On pourra pester, par contre, sur le contenu des équipes. Quand 4 des plus grosses équipes italiennes (Juventus, Lazio, AS Roma et Atalanta) disparaissent de l’équation, ça la fout mal. Quand une petite vingtaine d’équipes nationales manquent à l’appel, comme l’Uruguay ou le Cameroun, ça fait tache.

Reste qu’un jeu de foot, ça s’apprécie sur le terrain avant tout. Peu importe l’enrobage.

Et là, FIFA souffle le chaud et le froid. Sur PS4 et Xbox One, on reste dans le déjà-vu et les changements par rapport à l’année précédent, notamment en termes de graphismes, sont minimes. Ça reste très feignant au global. Là où les versions PS5 et Xbox Series apportent plus de finesse, plus d’animation, plus de fluidité. Ces versions ont également moins de bugs de collision. Bref, optez pour la next-gen si vous pouvez.

imageAu niveau de l’IA, les gardiens font moins de merdes ou de sorties pourries. C’est bien. Les défenses sont plus en place. C’est bien aussi. Même s’ils oublient trop souvent les ailiers. C’est moins bien. Et lesdits ailiers prennent plutôt bien leur couloir. C’est bien. Personnellement, je reste nettement moins convaincu par la gestion des tacles. J’aurais préféré qu’ils soient plus assistés : la plupart du temps, ils finissent en faute et donc en carton. Résultat, on ne les utilise quasiment plus. La meilleure technique, finalement, pour prendre la balle, reste de foncer dans l’adversaire. Et franchement, c’est moyen. Les matches, au final, ne ressemblent plus trop à de vrais rencontres, mais à des « je bloque l’adversaire pour soit qu’il fasse une mauvaise passe, soit qu’on se rentre dedans pour lui prendre la balle ».

imageEnfin, on évoquera brièvement les commentaires, complètement à la rue, d’Hervé Mathoux. A la rue en raison non pas de ce qu’il dit, mais en raison d’une programmation hasardeuse. A chaque match, j’ai eu droit à des ratés. Systématiquement. Un but annoncé de la tête alors qu’il est au pied, un but annoncé alors qu’il n’y est pas, une faute annoncée… sans qu’il y ait eu de contact… et j’en passe. C’est pénible et ça sort totalement du match. Un vrai travail mériterait d’être fait à ce niveau et il est consternant de voir qu’aujourd’hui encore, les développeurs ne sont pas foutus de caler les bons commentaires au bon moment.
Tiens, d’ailleurs, au passage, et c’est arrivé plusieurs fois, quand la balle a déjà franchi la ligne mais que le défenseur se jette dessus… dans le but… pour tenter (sans succès) de vous empêcher de marquer, s’il la touche, le but sera annoncé comme un contre-son-camp. Ridicule.

Bon. Ça peut paraître sévère comme ça, au final. Ça l’est sans doute un peu parce que les années se suivent et on a l’impression qu’EA Sports ne se donne pas forcément les moyens de faire vraiment progresser sa licence qui est, pourtant, une des plus vendues au monde et sans doute celle qui lui rapporte le plus.
Mais ça reste un jeu de foot qui fait le job. Agréable à jouer entre potes. Avec plein d’options. Plein d’équipes. Et de quoi passer des heures à s’engueuler parce que, sur FIFA, on est tous un peu mauvais perdants, non ?

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

FIFA 22 (PC, PS4, PS5, Xbox One, Xbox Series, Nintendo Switch)

Plateformes : PC - Xbox One - PS4 - Switch - PS5 - Xbox Series

Editeur : EA Sports

Développeur : EA Sports

PEGI : 3+

Prix : 60 €

FIFA 22 (PC, PS4, PS5, Xbox One, Xbox Series, Nintendo Switch)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 6/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

0