Trifox (Nintendo Switch, Xbox Series/One, et PC)

 

Publié le Lundi 7 novembre 2022 à 12:00:00 par Mohammed Yassine Azzouzi

 

Trifox (Nintendo Switch, Xbox Series/One, et PC)

Un renard ne se prendra pas deux fois le même piège

imageTrifox est le premier jeu de Glowfish Interactive, c'est un jeu de plateforme aux couleurs assez vives, qui s’inspire clairement des années 90. Mais contrairement à la plupart des jeux de plateforme, il se concentre sur le combat, assez particulier d’ailleurs puisqu’il prend la forme d'un twin-stick shooter.
C'est une tournure intéressante qui aide à le distinguer des autres plates-formes 3D rétro-teintées et crée une division claire dans le gameplay. Cela pourrait conduire à une expérience choquante, mais Trifox parvient à marcher sur cette corde raide pour être un jeu de plateforme / tireur engageant.

Alors, quelle est la configuration de Trifox ? Eh bien, notre renard est pris en embuscade chez lui par des pirates et ils… volent sa télécommande (le crime de lèse majesté !). Il faut donc les poursuivre pour récupérer le bien et leur botter le cul au passage. C'est mieux que de sauver une princesse, je suppose, plus utile en tout cas, en plus ça prend moins de place et ça parle pas.

Le jeu a un look low-poly couplé avec des lignes nettes plutôt que des textures plus floues. Cela donne à l’environnement un côté “pop” et c’est plutôt cool en action, le petit bémol étant que les personnages semblent quelque peu… étranges de près. Bon heureusement, cela n'arrive pas souvent, et ce style graphique laisse une impression similaire à certains jeux de la fin des années 90 comme Crash Bandicoot par exemple. L'influence de ce dernier se fait d'ailleurs sentir ailleurs que dans les graphismes, puisque je retrouve une ressemblance dans la bande son ainsi que dans le level-design.

On a un hub principal, où l’on peut accéder aux trois ensembles de niveaux, qui contiennent trois niveaux chacun, puis un boss, avant d'affronter le ravisseur de votre précieuse télécommande. On a également accès à votre arbre de compétences, qui contient 30 capacités réparties sur trois classes : guerrier, mage et ingénieur.


Tout d’abord, on choisit une classe, puis on reçoit notre arme de base et notre capacité de mouvement : ​​marteau et tiret pour le guerrier, boulons à tête chercheuse et téléportation pour le mage, et une mitrailleuse accompagnée d’une capacité de vol stationnaire pour l'ingénieur. Ensuite dans le hub, on va pouvoir mélanger et assortir les capacités à condition de pouvoir les acheter. On peut équiper quatre capacités, une sur chaque bouton d'épaule, pour aller avec notre choix d'arme de base et la capacité de mouvement. Lorsque l’on commence enfin à jouer, les phases de plate-forme sont dominantes, ceci pour nous permettre de prendre la main ce qui est agréable avant que les niveaux d’après qui sont plus axés sur le combat viennent nous challenger.

Trifox nous fait passer le plus clair de notre temps à courir et à tirer. Si le début peut laisser un goût de “manque d’action”, c’est normal, les choses ne démarrent pas sur les chapeaux de roue, car premièrement je pense que c’est pour nous familiariser avec le gameplay, mais surtout en raison du manque de capacités intéressantes disponibles au départ (je vous rappelle qu’il faut les acheter, et donc qu’il faut jouer sans la plupart d’entre eux au début).

imageMais une fois que l’on a débloqué / acheté des capacités que l’on apprécie et qui nous permet d’obtenir un kit avec une bonne synergie, on a alors plus à faire à un twin stick shooter assez dynamique.
Chaque classe a un mélange de capacités offensives et défensives, après quelques heures de jeu, on obtient suffisamment de pièces pour obtenir des armes beaucoup plus intéressantes.

C’est là que notre choix de classe va vraiment prendre de l’importance : La classe de guerrier se concentre sur les attaques de mêlée, et je suis bien éclaté à foncé dans le tas, à la Léonidas, pour tout casser. La classe avec laquelle je me suis le moins amusé est la classe d'ingénieur, donc le gameplay est largement basé sur l'invocation de tourelles, de bombes et d'autres gadgets mécaniques, attention je ne dis pas que la classe n’est pas bonne, bien au contraire, il s’agit juste de mes goûts. Et ma classe favorite, la classe de mage, qui a une variété d'éclairs magiques et de capacités de contrôle des foules (je suis plus type guerrier d’habitude, mais je me suis vraiment éclaté avec cette classe).

Lorsque j'ai débloqué quelques capacités de mage assez puissantes, j’ai vraiment kiffé, et cette classe a un truc en plus… un familier ! On peut invoquer un compagnon temporaire et qui se trouve être assez utile, il tire sur les ennemis et pose un piège au sol qui ralentit les vilains. Une fois qu’on a pris la main les combinaisons sont incroyables, le familier peut être combiné avec par exemple la tourelle cracheuse de flammes et c’était un festival. Un très bon point est qu’il n’est pas très dur de garder le contrôle des capacités de haut niveau, on aurait pu se dire que ça serait juste devenu un chaos incontrôlable, mais il n’en est rien.

image  image  image

Pour conclure Trifox est au final bien plus un twin stick shooter qu'un jeu de plateforme, contrairement à ce que je m’attendais. Est-ce une déception ? Pas du tout, car le jeu est très bon dans ce qu’il veut transmettre au joueur. On a une bonne courbe de difficulté et les niveaux finaux sont franchement très bons. Pour ceux qui recherchent un combo de ces deux genres, Trifox est définitivement le jeu que vous cherchez.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Trifox (Nintendo Switch, Xbox Series/One, et PC)

Plateformes : PC - Xbox One - Switch - Xbox Series

Editeur : Big Sugar

Développeur : Glowfish Interactive

PEGI : 7+

Prix : 19,99 €

Trifox (Nintendo Switch, Xbox Series/One, et PC)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 8/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

0