Pokémon Écarlate / Pokémon Violet (Nintendo Switch)

 

Publié le Vendredi 25 novembre 2022 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Pokémon Écarlate / Pokémon Violet (Nintendo Switch)

Pokémouillé

imageOn ne va pas revenir sur la licence Pokémon dans son ensemble. Si vous ne connaissez pas ces petites bêtes ou si vous n’en avez jamais entendu parler, c’est que vous venez d’être décongelé et, dans ce cas, pas de panique, vous tomberez dessus à un moment ou un autre. En attendant, les nouveaux jeux, ou plutôt le nouveau jeu Pokémon est sorti. Au singulier puisque, même proposé comme d’habitude en deux versions, il ne s’agit ni plus ni moins que du même jeu, avec juste quelques infimes variations au niveau des Pokémons (ceux de départ et le Big Boss).

Pokémon violet et Pokémon écarlate s’inscrivent à nouveau dans cette volonté de faire évoluer la série au maximum. Monde ouvert en 3D, histoire un peu plus travaillée… alors ne cherchez pas non plus une révolution monstrueuse, hein. Ça reste un peu toujours la même chose : une mère indigne à qui on devrait envoyer l’Assistance Sociale tant elle semble vouloir se débarrasser de son gamin, façon : « vas-y, parcours le monde pour chasser des bestioles hideuses, parfois monstrueuses et te fritter avec une secte d’illuminés ». Même pas un petit message sur les messieurs en imper avec des bonbons. Au contraire, d’ailleurs : les bonbons, faut en récupérer plein…

Mais bref. Cette fois-ci, vous allez arpenter la région de Paldea. Dans un premier temps, vous êtes envoyé à l’école, pour devenir chasseur de Pokémon, mais sans fusil, alors que ça aurait pu être drôle. Entre la découverte du prof, d’une pote et d’un nouveau Pokémon (Koraidon pour la version Pokémon écarlate et Miraidon pour la version Pokémon violet), rapidement, vous êtes lancé dans la nature pour faire vos preuves, choper du Pokémon, devenir badass et battre la Terre entière tellement vous serez balaise. On ne change pas une formule qui gagne.


imagePour pimenter un peu votre école buissonnière, vous devrez remplir trois missions : récupérer, comme d’habitude dans la saga, tous les badges d’arènes en affrontant leurs champions, péter, comme d’habitude dans la saga, la gueule à tous les tarés de la Team Star et enfin, choper des épices secrètes en affrontant des Pokémon puissants. Même peu subtil, même prévisible, même très classique pour la série, le scénario est un peu plus travaillé, avec quelques petites surprises. Sans être non plus un truc dément, hein. Mais on soulignera l’effort.

On soulignera d’autres efforts, comme ceux de tenter d’insuffler de la nouveauté dans le jeu. La Téracristallisation, par exemple, est à la base une idée intéressante. Une version cristal puissante d’un Pokémon. On avait déjà les versions Mega, donc dans l’absolu, l’intérêt est limité, voire uniquement esthétique. Mais en plus, cette Téracristallisation a tendance à « cheater » le jeu : vous allez défoncer tous les adversaires sans trop de problème. Et cette nouvelle feature passe par la suppression, dans le jeu, des évolutions Mega, attaques Z et autres Dynamax… autant dire que ça fait quand même un peu tache.
L’organisation des pique-niques est peut-être la meilleure nouvelle idée de la licence : cela permet d’obtenir des œufs en y invitant deux Pokémon compatibles et de sexe opposé. Vous pourrez même créer des sandwichs pour leur faire gagner de l’expérience et autres bonus. Ça reste malgré tout assez limité.

imageEnfin, comme dans le précédent opus, on pourra participer à des raids multijoueur, des activités, et j’en passe. Il y a tout un tas de petits ajouts, par-ci par-là, de petites modifications, apportés par ce nouvel opus. C’est chouette de se promener dans le monde ouvert (même si le fait que le jeu ne s’adapte plus à votre niveau mais que les régions ont des niveaux de difficulté définis dès le départ peut poser problème), et la bande-son est réussie.

De bonnes idées, des nouveautés qui nous font dire que, même si elles ne sont pas toutes réussies, les développeurs essaient quand même de changer des trucs… Pokémon Ecarlate et Violet partait sur de bonnes bases. Malheureusement, le résultat global est raté.

Il faut dire ce qui est : Pokémon Ecarlate et Pokémon Violet ne sont pas de bons jeux. Techniquement, c’est une vraie catastrophe. Graphismes antédiluviens, bugs, aliasing, popping, ralentissements… c’est une très mauvaise surprise que nous ont réservé les développeurs de Game Freak sur cet opus. C’est moche, avec des textures parfois dégueulasses, et le tout avec un monde ouvert d’un vide abyssal en termes de vie.

imageL’absence de certaines mécaniques anciennes ou apportées par les derniers opus en date n’arrive pas à être compensée par les nouveautés. Quant au jeu, il manque finalement de contenu, voire de challenge, pour complètement convaincre.

La saga Pokémon a tout pour réussir, pourtant. Il faudrait juste exploiter ce monde ouvert, qui en 3D fonctionne vraiment bien, lui coller la base de ce qui fait le charme de la série, embaucher enfin de vrais scénaristes, embaucher enfin de vrais développeurs, embaucher enfin de vrais graphistes, et pas la peine d’aller forcément beaucoup plus loin. Ne me dites pas que la licence n’a pas les moyens de ses ambitions. A se demander si l’ambition de ce nouveau jeu n’était pas, au final, d’en faire le minimum, en-dessous du niveau acceptable. Grosse déception, donc.  

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Pokémon Écarlate / Pokémon Violet (Nintendo Switch)

Plateformes : Switch

Editeur : Nintendo

Développeur : Game Freak

PEGI : 7+

Prix : 59,99 €

Pokémon Écarlate / Pokémon Violet (Nintendo Switch)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 5/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

0