Limbo (XBLA)

 

Publié le Jeudi 22 juillet 2010 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Test de Limbo (XBLA)

Promenons-nous, dans les bois...

screenLe Limbo.
Pour les incultes, le Limbo n’est pas seulement le titre d’une chanson de David Hasselhoff, c’est aussi, et surtout, une danse. A mi-chemin entre une torture et une danse, en fait. Mais si, vous connaissez sûrement : deux péquenauds tiennent un bâton. Et un troisième péquenaud doit passer dessous, de face. Il doit se pencher en arrière, jambes écartées, et procéder par petits bonds, sans ni toucher le bâton, ni se viander comme une truffe. Et tout autour, plein d’autres péquenauds applaudissent en cadence. Et plus ça va, plus on baisse le bâton.
Le jeu s’arrête généralement quand la plupart des danseurs ont les reins cassés et décident de rentrer se coucher, non sans avoir réclamé un massage au camphre auparavant.

Aujourd’hui, pourtant, quand on vous parlera de Limbo, ce mot aura une toute autre signification pour vous.

screenscreenscreen

Développé par Playdead, un studio de danois, Limbo est un petit jeu sorti sur le Xbox Live. Un de ces petits jeux qui claque comme un petit plaisir acidulé. Qui vous pique la langue de bonheur et qui s’inscrit directement parmi les petits jeux indépendants bien sympatoches.

Visuellement, déjà , Limbo est une petite merveille. Entièrement en noir et blanc, il vous place dans la peau d’un petit garçonnet aux yeux bien lumineux. Il va traverser, sans que l’on sache vraiment pourquoi, la forêt, des cavernes, les toits d’une ville, les égouts… Tout y est représenté en « ombres ». Comprenez par-là que tout n’est que formes noires, et décors grisâtres. Une ambiance exceptionnelle pour un jeu vraiment agréable. Il s’agit d’un simple jeu de plateformes à scrolling horizontal.
screenEt notre petit garçonnet d’essayer de déjouer les pièges sur son passage. Il devra faire attention aux blocs qui menacent de l’écraser, sauter au-dessus des ravins, trouver un moyen d’échapper aux araignées géantes, déjouer les pièges et attaques d’étranges sauvages, éviter de se noyer, grimper aux cordes, glisser sur les pentes… et j’en passe et j’en oublie.
Chaque type de décor apporte son lot de nouveautés et de puzzles. Ici il faut pousser un piège pour que l’araignée s’y découpe les pattes. Là il faut pousser une caisse et la positionner sous une ouverture. Tirer un bloc pour agrandir ladite ouverture, puis tirer un levier pour inonder le niveau, vite grimper sur la caisse et se laisser hisser vers la sortie… Là encore il faut pousser un chariot sous une corde pour l’atteindre, mais avant, aller tirer une autre corde pour lever un poids qui bloque le chemin, puis redescendre, sauter, glisser, le tout avant que les blocs ne se remettent en place… Là aussi il faut sauter par-dessus une scie… Sans parler des symbiotes qui s’accrochent à votre tête et vous obligent à aller vers la gauche sans pouvoir vous arrêter… jusqu’à rencontrer une source de lumière et alors vous obliger à aller vers la droite… dans l’espoir ensuite de trouver une sorte de gros serpent baveux accroché au plafond et qui est friand desdits symbiotes, permettant alors de vous en débarrasser…

D’une originalité folle, Limbo est finalement un petit jeu ultra facile à jouer (outre la direction, seuls deux boutons sont à utiliser, à savoir le saut et celui pour agripper les choses), pas spécialement difficile à terminer (donc forcément trop court, comptez environ 5 heures de jeu), mais qui devrait très largement vous séduire par son ambiance. Glauque, adulte, un peu sanglant, un peu violent, mais bigrement accrocheur, voilà typiquement le genre de petite merveille que l’on aimerait voir plus souvent sur le Xbox Live ou le PSN.



 

Trouvez vos produits glauques moins cher avec Comparonet.com

image
 

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Limbo (XBLA)

Plateformes : Xbox 360

Editeur : Microsoft

Développeur : Playdead

PEGI : 16+

Prix : 1200 points MS

Aller sur le site officiel

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 7/10

 

 

Images du jeu Limbo (XBLA) :

0