Dishonored : Lancement réussi !

 

Publié le Mercredi 10 octobre 2012 à 09:59:00 par Cedric Gasperini

 

Dishonored : Lancement réussi !

Le jeu indispensable de cette fin d'année

Comme vous le savez, Dishonored est notre gros coup de coeur de cette fin d'année. En attendant d'autres qui ne manqueront pas de suivre, nous ne pouvons que vous conseiller, à nouveau, de vous pencher sur cet excellent jeu.

Autrement dit, si vous ne l'avez pas encore acheté, courrez-y. Et si vous n'avez pas les moyens, braquez une vieille, rackettez un petit ou volez dans le portefeuille de vos parents. Certains jeux méritent qu'on mette sa morale de côté et que l'on fasse tout pour les avoir. Dishonored est de ceux-là. La preuve, une nouvelle fois, avec la bande-annonce de lancement :


 
image



 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Commentaires

Ecrit par Laurent B. le 11/10/2012 à 00:51

 

41

avatar

Inscrit le 21/12/2011

Voir le profil

Je trouve que le comparer à Bioshock (1er du nom) est tout de même un peu poussé. Bioshock avait une véritable atmosphère où chaque lieu était animé, vivant (malgré l'absence d'autres personnages) et nous plongeait dans l'histoire de des lieux visités. Je ne ressens pas vraiment la même chose ici, à part les gardes où les rats, pour l'instant, je n'ai pas vu quoi que ce soit qui me raconte l'histoire des lieux en dehors des quêtes, ce qui s'est passé dans telle ruelle ou autre.
Je ne vois pas en quoi Bioshock était mieux fourni côté ambiance et background. C'est même le jeu auquel je pense le plus pour l'histoire portuaire, l'huile de baleine, la pêche, la technologie et l'ambiance victorienne faisant écho au design de Bioshock...



D'ailleurs dans BS à part des psychopathes t'avais pas vraiment de vie dans la cité. Ici tu as aussi quelques civils éparses et inutiles, un gang...



Parce que si on compare point par point, Bioshock était encore pire dans sa partie FPS, et dix plus linéaire dans son level design. Seule la narration était plus poussée grâce aux scripts, ce qui faisait son charme (je ris toujours quand quelqu'un tente de m'expliquer que Bioshock est un "pur FPS" car "il est pas comme Merde Warfare, il a pas de scripts, il est ouvert".



Sinon je viens de me rendre compte que le Lord Pendigton était doublé par Christophe Lemoine dans la VF, aka Eric Cartman, donc ça me perturbe beaucoup. Comme il a toujours cet air frustré et pincé je m'attends toujours à ce qu'il pète une pile et se mette à hurler des "VA TE FAIRE FOUTRE SAC A MERDE, J'T'EMMERDE T'ENTENDS !" smiley 12



D'après Steam, ça fait 9 heures que je joue à Dishonored. Je viens de commencer... la 2e mission smiley 31



Bon j'ai énormément perdu de temps à fouiller la map pour tester la variété de progression et trouver tous artefacts (me manque un seul charme en os), j'ai fini par laminer tout garde vivant sur la carte, et je n'ai pas réussi à sauver le chef de la garde car le cureton l'a dessoudé dans son sous-sol avant que j'arrive, je suis classé gros bourrin (chaos semé : énorme smiley 31) mais je prends un pied monstre, le même que sur Thief, Deus Ex ou Hitman.



En raisonnement logique, jouer cette mission en se concentrant sur le ou les objectifs de jeu et non les items cachés, j'en aurais eu pour un peu moins de 3 heures je pense. J'ai du y passer 6 heures. Plus 3 heures comprenant l'intro, 2 intermissions et le début de la mission 2 (je suis allé négocier à la distillerie, et c'est marrant, si j'avais pas accompli les quêtes de la mission 1, aurais je eu celle ci ? pas sur, faudra que je réessaye).



Bref, les mecs qui rushent le jeu comme des gorets en fonçant sur la cible pour poster sur YT leur run de 4h sont des idiots. Ce jeu se savoure avec patience, observation et test de toutes ses possibilités. Un vrai jeu bac à sable dans le premier sens du terme, comme un Elder's Scrolls ou un Deus Ex.



D'ailleurs j'ai toujours défendu la fraicheur de Human Revolution en 2011 Pour son level design, mais à côté de celui de Dishonored, il paraitrait presque couloir-isé.



Dishonored, c'est un peu ce qu'aurait dû être au final le gameplay de DX HR, avec un enrobage Steampunk et des graphismes faiblards (mais ceci est relatif).



Je devrais aller me coucher pour me lever tôt et être en pleine forme. Ca fait 6 heures que je joue. J'ai qu'un envie, c'est relancer le jeu.



Hahah, quand je pense que j'ai failli me lancer sur 70 heures répétitives de Borderlands 2.

911 Commentaires de news

Ecrit par Antiope le 11/10/2012 à 05:44

 

42

avatar

Inscrit le 22/05/2009

Voir le profil

Ecrit par Koma

...



Le jeu ne me fait pas du tout penser à Bioshock... Loin, très loin de là. Ce que je me souviens le plus dans Bioshock, c'était surtout l'ambiance. La cité était vivante. À peine mettions nous le pied quelque part qu'elle se mettait à nous causer, à s'animer, réveillant sans cesse les fantômes de tous ceux qui avaient vécu là. Rien qu'en se balançant, nous pouvions imaginer des scènes de vies qui animaient jadis les rues de la cité. Nous etions à la fois témoin de la grandeur de la cité (inventions technologiques, culturel, comme la musique qui sortait d'un vieux poste) et de sa décadence (aujourd'hui, il ne restait qu'une ville automatisée et vide). Des les premiers instants dans Bioshock, nous sentions la présence de cette ville qui nous entoure, qui respire, et delà de la ville, nous sentions en permanence le poids du passé qui ne cessait de tenter de nous écraser. Pas le meilleur FPS certe, mais toujours actuellement un des FPS qui a eu un des backgrounds les plus hallucinant qui soit. Tu devrais relancer le jeu... Et ensuite retourner sur dishonored... Là où je te rejoins, c'est qu'en effet, Bioshock est scripté à mort, c'est d'ailleurs ce qui nous donne cette impression oppressante que les fantômes de la cité nous suivent partout et que quelque part, nous sommes observés.



Là, qu'est ce que je vois...



Un jeu d'infiltration (la façon dont j'ai décidé de jouer) bas de gamme. Un espèce de Splinter Cell du pauvre (les textures des buissons par exemple, c'est juste pas possible, c'est d'une laideur sans nom) tout comme le choix "Assassin" des deux premières maps que j'ai la première fois exploré me faisait penser à un AC du pauvre (nous sommes loin des animations du produit de Ubi par exemple). La "vision" me donne l'impression d'avoir été ajoutée car aucune vue à la troisième personne n'a été ajouté, comme si la "vision" compensait le fait de ne pas pouvoir observer l'environnement dans un plan plus large afin de définir une stratégie d'avance. L'IA est totalement cloisonnée, dans le sens où je l'ai expliqué plus haut. Nous pouvons faire le singe et sauter dans tous les sens à dix mètres devant un garde sans aucune conséquence et devoir être au millimètre dans des bien plus grande distance des que son scripte est lancé. Côté immersion de la chose, c'est pas terrible. Le pompon est décroché par l'absence totale de gestion des ombres dans le camouflage. Jusqu'au palais du gouverneur, j'avais décidé de limiter l'utilisation des pouvoirs, j'avais l'impression de donner un sens plus concret au jeu, et j'y ai même trouvé une certaine difficulté. Ensuite, dans le palais, j'ai testé l'approche pouvoir. Se déplacer d'un point à l'autre (voir de lustre en lustre), traversant à une vitesse incroyable l'ensemble des pièces sans être détectée une seule fois. J'avais le temps, je savais que tant que les personnages étaient focalisés sur leurs scriptes répétitifs, je n'avais rien à craindre. Ça me fait l'impression du jeu du crapaud qui doit traverser plusieurs voies pour atteindre la chaussée en face sans se faire écraser par les voitures. Il faut juste attendre que "la voiture" passe...



L'ambiance... J'aime bien le choix du Steampunk... Mais entre un design exploitant le genre et donner vie à ce design, il y a un monde. Pour reprendre la comparaison avec Bioshock (après tout, c'est vous qui avez choisi cette comparaison), les éléments de l'histoire étaient distillés d'une multitude de façon... Voix Off, film, musique, animation lumineuse etc... Ici, aucune de ces richesses. De temps en temps, une conversation nous met sur la voie de quelque chose (en nous indiquant bien précisément l'endroit où se trouve cette chose dans notre champs de vision, paramètre fort heureusement désactivable, m'en servant uniquement pour localiser globalement où sont situés les bâtiments puis les désactivants ensuite, au moins pour forcer l'aspect infiltration et découverte), des notes ou livres éparpillées ici et là nous donnent des renseignement sur les lieux visités, mais ça reste une nouvelle fois statique (voire carêment figé puisque le temps de lecture met le jeu en pause) alors que l'histoire ne se figeait pas dans Bioshock, elle était distillée de façon fluide pendant que nous avancions. Aucun temps mort. La narration du contexte faisait partie intégrante de notre avancée,, en gros, la mise en scène du développement des informations données nous mettait sans cesse en danger, attiré par ce qui venait soudain de se mettre en vie, nous devenions une proie facile aux éventuelles créatures qui hantaient les lieux. Dans Dishonored, le jeu se met en "pause"... Que ce soit à travers une discussion où les livres (ça ne me dérange pas plus que ça, mais c'est quand même très loin des efforts de mises en scène d'un Bioshock)...



Le jeu n'est pas mauvais, il n'est pas désagréable non plus, mais je n'ai même pas fini le niveau du Gouverneur que déjà, je suis lassée. L'IA est incroyablement trop prévisible : le garde fait sa ronde, il va pisser dans un coin, il va fumer sa cigarette dans un autre, et il recommence... Va pisser dans le même coin... Va fumer sa cigarette dans le même autre coin... Etc... D'où mon sentiment d'être dans le jeu du crapaud qui doit traverser une route... Faut juste attendre que ça passe (toujours en mode infiltration puisque qu'à part les trois brigands qui ont frappé à la porte de la mamie, je n'ai utilisé aucune arme). chaque "phase" commence par une discussion... La discussion est le point de départ de l'attention des gardes, un signal qui nous dit "attention, là, au moindre millimètre qui dépasse dans le "rayon" du faisceau du "radar" où au moindre pas que tu feras non camouflé, tu seras détecté.



Au final, je trouve que c'est un jeu très moyen, dans tous les sens du terme (scénario, graphismes, sons, gameplay) et je n'arrive toujours pas à comprendre la nuée de superlatifs qui lui sont attribués. Au final, tant que vous, il vous amuse, c'est le principal, j'aurai juste préféré un peu plus de recul histoire d'economiser 50€ et d'attendre une promo Steam, puisque c'est ce qu'il vaut à mes yeux (le jeu est à peine sorti qu'il me donne déjà l'impression d'un jeu qui a mal vieilli).

3201 Commentaires de news

Ecrit par Costello le 11/10/2012 à 06:48

 

43

avatar

Inscrit le 28/04/2009

Voir le profil

Ecrit par Antiope





Le jeu ne me fait pas du tout penser à Bioshock... Loin, très loin de là. Ce que je me souviens le plus dans Bioshock, c'était surtout l'ambiance. La cité était vivante. À peine mettions nous le pied quelque part qu'elle se mettait à nous causer, à s'animer, réveillant sans cesse les fantômes de tous ceux qui avaient vécu là. Rien qu'en se balançant, nous pouvions imaginer des scènes de vies qui animaient jadis les rues de la cité. Nous etions à la fois témoin de la grandeur de la cité (inventions technologiques, culturel, comme la musique qui sortait d'un vieux poste) et de sa décadence (aujourd'hui, il ne restait qu'une ville automatisée et vide). Des les premiers instants dans Bioshock, nous sentions la présence de cette ville qui nous entoure, qui respire, et delà de la ville, nous sentions en permanence le poids du passé qui ne cessait de tenter de nous écraser. Pas le meilleur FPS certe, mais toujours actuellement un des FPS qui a eu un des backgrounds les plus hallucinant qui soit. Tu devrais relancer le jeu... Et ensuite retourner sur dishonored... Là où je te rejoins, c'est qu'en effet, Bioshock est scripté à mort, c'est d'ailleurs ce qui nous donne cette impression oppressante que les fantômes de la cité nous suivent partout et que quelque part, nous sommes observés.



Là, qu'est ce que je vois...



Un jeu d'infiltration (la façon dont j'ai décidé de jouer) bas de gamme. Un espèce de Splinter Cell du pauvre (les textures des buissons par exemple, c'est juste pas possible, c'est d'une laideur sans nom) tout comme le choix "Assassin" des deux premières maps que j'ai la première fois exploré me faisait penser à un AC du pauvre (nous sommes loin des animations du produit de Ubi par exemple). La "vision" me donne l'impression d'avoir été ajoutée car aucune vue à la troisième personne n'a été ajouté, comme si la "vision" compensait le fait de ne pas pouvoir observer l'environnement dans un plan plus large afin de définir une stratégie d'avance. L'IA est totalement cloisonnée, dans le sens où je l'ai expliqué plus haut. Nous pouvons faire le singe et sauter dans tous les sens à dix mètres devant un garde sans aucune conséquence et devoir être au millimètre dans des bien plus grande distance des que son scripte est lancé. Côté immersion de la chose, c'est pas terrible. Le pompon est décroché par l'absence totale de gestion des ombres dans le camouflage. Jusqu'au palais du gouverneur, j'avais décidé de limiter l'utilisation des pouvoirs, j'avais l'impression de donner un sens plus concret au jeu, et j'y ai même trouvé une certaine difficulté. Ensuite, dans le palais, j'ai testé l'approche pouvoir. Se déplacer d'un point à l'autre (voir de lustre en lustre), traversant à une vitesse incroyable l'ensemble des pièces sans être détectée une seule fois. J'avais le temps, je savais que tant que les personnages étaient focalisés sur leurs scriptes répétitifs, je n'avais rien à craindre. Ça me fait l'impression du jeu du crapaud qui doit traverser plusieurs voies pour atteindre la chaussée en face sans se faire écraser par les voitures. Il faut juste attendre que "la voiture" passe...



L'ambiance... J'aime bien le choix du Steampunk... Mais entre un design exploitant le genre et donner vie à ce design, il y a un monde. Pour reprendre la comparaison avec Bioshock (après tout, c'est vous qui avez choisi cette comparaison), les éléments de l'histoire étaient distillés d'une multitude de façon... Voix Off, film, musique, animation lumineuse etc... Ici, aucune de ces richesses. De temps en temps, une conversation nous met sur la voie de quelque chose (en nous indiquant bien précisément l'endroit où se trouve cette chose dans notre champs de vision, paramètre fort heureusement désactivable, m'en servant uniquement pour localiser globalement où sont situés les bâtiments puis les désactivants ensuite, au moins pour forcer l'aspect infiltration et découverte), des notes ou livres éparpillées ici et là nous donnent des renseignement sur les lieux visités, mais ça reste une nouvelle fois statique (voire carêment figé puisque le temps de lecture met le jeu en pause) alors que l'histoire ne se figeait pas dans Bioshock, elle était distillée de façon fluide pendant que nous avancions. Aucun temps mort. La narration du contexte faisait partie intégrante de notre avancée,, en gros, la mise en scène du développement des informations données nous mettait sans cesse en danger, attiré par ce qui venait soudain de se mettre en vie, nous devenions une proie facile aux éventuelles créatures qui hantaient les lieux. Dans Dishonored, le jeu se met en "pause"... Que ce soit à travers une discussion où les livres (ça ne me dérange pas plus que ça, mais c'est quand même très loin des efforts de mises en scène d'un Bioshock)...



Le jeu n'est pas mauvais, il n'est pas désagréable non plus, mais je n'ai même pas fini le niveau du Gouverneur que déjà, je suis lassée. L'IA est incroyablement trop prévisible : le garde fait sa ronde, il va pisser dans un coin, il va fumer sa cigarette dans un autre, et il recommence... Va pisser dans le même coin... Va fumer sa cigarette dans le même autre coin... Etc... D'où mon sentiment d'être dans le jeu du crapaud qui doit traverser une route... Faut juste attendre que ça passe (toujours en mode infiltration puisque qu'à part les trois brigands qui ont frappé à la porte de la mamie, je n'ai utilisé aucune arme). chaque "phase" commence par une discussion... La discussion est le point de départ de l'attention des gardes, un signal qui nous dit "attention, là, au moindre millimètre qui dépasse dans le "rayon" du faisceau du "radar" où au moindre pas que tu feras non camouflé, tu seras détecté.



Au final, je trouve que c'est un jeu très moyen, dans tous les sens du terme (scénario, graphismes, sons, gameplay) et je n'arrive toujours pas à comprendre la nuée de superlatifs qui lui sont attribués. Au final, tant que vous, il vous amuse, c'est le principal, j'aurai juste préféré un peu plus de recul histoire d'economiser 50€ et d'attendre une promo Steam, puisque c'est ce qu'il vaut à mes yeux (le jeu est à peine sorti qu'il me donne déjà l'impression d'un jeu qui a mal vieilli).




Sed bibendum vulputate ligula, a adipiscing est malesuada vel. Sed rutrum, erat eget sodales condimentum, purus dolor ultrices mi, vitae vulputate risus mauris ut quam. Nullam volutpat lorem at augue lobortis viverra. Proin rhoncus dictum lacinia. Curabitur in dictum dolor. Sed non justo sed est lacinia lacinia. Donec quis fermentum lacus.



Aliquam erat volutpat. Vivamus vitae elit eu justo accumsan feugiat. Pellentesque ut erat id libero lobortis iaculis. Aliquam ut quam eu sem fringilla tempor vel vulputate felis. Nunc sit amet leo mauris, sollicitudin sagittis massa. Praesent scelerisque, ante quis interdum bibendum, nulla lectus semper elit, eu ultrices nulla turpis vel metus. Nulla facilisi. Vivamus nisl purus, condimentum sed lobortis ut, molestie sed orci. Ut tellus quam, feugiat sit amet iaculis non, laoreet quis massa.



Ut malesuada rhoncus nibh, facilisis convallis velit malesuada ac. Vestibulum porttitor nibh in mi ultrices non fringilla libero volutpat. Aenean euismod lobortis iaculis. Fusce pellentesque pretium mauris, sed sodales arcu ornare quis. Sed quis dolor cursus metus convallis pellentesque non nec urna. Mauris viverra tortor sodales neque tincidunt rutrum. Praesent cursus ligula metus. Vestibulum ante ipsum primis in faucibus orci luctus et ultrices posuere cubilia Curae; Duis interdum dolor bibendum nisi consequat ac blandit tortor vehicula.



Vestibulum eget augue nibh, et congue ipsum. Ut sit amet lacus tortor, ut adipiscing velit. Praesent odio mi, dignissim sed ullamcorper sit amet, ultricies eget felis. Suspendisse vehicula condimentum neque nec varius. Sed id turpis sed est volutpat tempor. Mauris nec nisl in nibh accumsan ultricies. Duis rhoncus, turpis quis viverra luctus, quam massa posuere lorem, sit amet malesuada sapien felis eu enim. Cum sociis natoque penatibus et magnis dis parturient montes, nascetur ridiculus mus. Aenean at rhoncus magna. In et diam lacus. Morbi odio mauris, imperdiet id lobortis eget, volutpat non metus. Integer ut ligula ut nibh tincidunt dapibus. Proin rhoncus, libero eget eleifend sollicitudin, quam ipsum consectetur sapien, a molestie mauris dolor ut nulla. Mauris porta mauris nec nulla rutrum nec aliquet felis pretium. Nam quis diam quis erat lobortis placerat vel non massa. Duis eget dui arcu, vel porttitor tortor.



Sed at sodales quam. Sed elit metus, volutpat quis vestibulum id, venenatis eu odio. Fusce tristique tellus nec risus suscipit sit amet iaculis turpis dapibus. Sed ut sem eget ante scelerisque molestie sit amet sit amet est. Mauris faucibus ipsum at neque venenatis vel congue sapien malesuada. In facilisis gravida eros, et sagittis metus lacinia ac. Cras eu ligula mauris, vel vehicula odio. Quisque ut ante est. Maecenas facilisis, arcu a malesuada pellentesque, velit nulla sollicitudin magna, at lobortis lorem nunc at augue. Sed mauris arcu, pretium id molestie sit amet, pulvinar iaculis orci. Vestibulum id magna nec mauris molestie consequat id quis leo. In ipsum nunc, lacinia eget placerat id, faucibus eu tortor. Ut eu ligula eu elit lacinia imperdiet id nec arcu. Praesent quis placerat nisl. Fusce sit amet vulputate eros.



Fusce aliquam laoreet volutpat. Sed tellus enim, elementum at laoreet eget, viverra non ipsum. In hac habitasse platea dictumst. Cras adipiscing porta eros, accumsan sagittis velit malesuada sit amet. Phasellus vestibulum arcu sed magna interdum imperdiet. Suspendisse potenti. Phasellus convallis arcu nec odio dapibus eu rhoncus est faucibus. Cras quam ipsum, commodo id pellentesque sed, ullamcorper sed mauris. Sed id neque nec sem aliquet blandit. Duis volutpat tortor eget magna pulvinar dapibus. Etiam pretium mattis lectus vel gravida. Vestibulum ante ipsum primis in faucibus orci luctus et ultrices posuere cubilia Curae; Mauris ultricies rutrum placerat. Aliquam ultricies lacinia dapibus. Morbi sit amet eros rhoncus massa dignissim pulvinar at sit amet lacus.



Sed bibendum, elit vel consequat dictum, mauris orci pellentesque ante, eu tincidunt nisi urna id enim. Nulla facilisi. Maecenas aliquet lacus egestas turpis ultrices convallis. Sed arcu tortor, consectetur eu interdum nec, elementum eu dui. Integer pulvinar, lacus sed mollis posuere, nisi sem porta quam, ut posuere nisl leo ac ligula. Etiam vulputate dolor at augue vestibulum adipiscing. Ut ultrices pellentesque lectus, a viverra nibh auctor eget. Donec diam libero, ultrices ut tristique sagittis, bibendum quis quam. Mauris nisl lectus, pellentesque at iaculis sed, fermentum vel ipsum.



Il y a surement quelques personnes qui liront intégralement le post de madame ci dessus. Je suppose que ce genre de personnes sont assez éduquées pour comprendre le latin, je me permets donc d'étaler un peu ma connaissance de la plus belle des langues mortes. Vous êtes bien tombé en regardant la grande vadrouille, Bourvil est hilarant dans ce film. Et si vous n'êtes pas d'accord, écrivez à la rédaction et n'oubliez pas le rat mort dans le colis. Acceptable uniquement si vous l'avez conservé au réfrigérateur plus de trois mois. Comme la femme de Bill Gates. Tiens, je me demande si Woody sort avec Scarlett.



Nulla facilisi. Sed pulvinar erat est. In lacus lorem, volutpat sollicitudin interdum nec, venenatis id nisi. Nullam elit leo, euismod dignissim dapibus sed, pulvinar ut ipsum. Nunc condimentum faucibus leo, non porttitor augue lobortis eget. Nunc lacus dolor, sollicitudin id feugiat quis, placerat eget diam. Ut gravida posuere vulputate. Morbi iaculis accumsan congue. Duis diam nibh, semper eu interdum eget, condimentum et urna. Suspendisse gravida suscipit iaculis. Phasellus porta tempor nunc in fermentum.



Quisque consectetur, mauris eget bibendum vestibulum, ante dolor vulputate lectus, in molestie ligula leo id sem. Maecenas a venenatis sem. In ligula magna, dictum nec accumsan non, pellentesque viverra ante. Ut aliquet nulla vitae augue feugiat vehicula. Ut ut justo nec massa fermentum condimentum a ut nisl. Etiam dui ligula, pretium quis suscipit sit amet, ultrices eu magna. Quisque viverra tempus sapien ut bibendum. Etiam cursus nibh eu felis sollicitudin condimentum. Etiam congue adipiscing justo, ac suscipit nulla vestibulum nec. Morbi molestie pellentesque nunc vel pellentesque. Nulla faucibus euismod quam, sed iaculis odio tincidunt quis. Nam quis malesuada purus.

1403 Commentaires de news

Ecrit par CyberJoJo le 11/10/2012 à 07:48

 

44

avatar

Inscrit le 26/12/2009

Voir le profil

Antiope, je suis d'accord avec toi sur le fait que ce soir vide. Mais c'est justement (je n'en suis qu'à la première mission) parce que ce secteur a été vidé à cause de la peste (d'abord on vide le secteur en envoyant les gens dans le quartier inondé, puis "l'armée" arrive, pille, puis la milice pille, puis les gangs...).

Je ne sais pas si ça continue par la suite, mais il y a le contexte a prendre en compte. C'est sûr que dans une ville contaminé tu ne vas avoir autant de personnes qu'un 14juillet sur les Champs...



Tu trouves que l'univers n'est pas aussi bien représenté que dans Bioshock (avec l'histoire des lieux, etc...). Je la trouve tout aussi bien représentée, mais de manière plus subtille. Quelques dialogues, des affiches, le coeur qui te raconte aussi des choses. C'est plus ouvert pour l'imagination. Mais on en apprend tout autant je pense.



Je vais continuer d'avancer un petit peu en espérant que je resterais dans cet état d'esprit. Manquerait plus que tu me sape mon plaisir d'y jouer smiley 54

1579 Commentaires de news

Ecrit par Antiope le 11/10/2012 à 08:11

 

45

avatar

Inscrit le 22/05/2009

Voir le profil

Ecrit par CyberJoJo

Antiope, je suis d'accord avec toi sur le fait que ce soir vide. Mais c'est justement (je n'en suis qu'à la première mission) parce que ce secteur a été vidé à cause de la peste (d'abord on vide le secteur en envoyant les gens dans le quartier inondé, puis "l'armée" arrive, pille, puis la milice pille, puis les gangs...).

Je ne sais pas si ça continue par la suite, mais il y a le contexte a prendre en compte. C'est sûr que dans une ville contaminé tu ne vas avoir autant de personnes qu'un 14juillet sur les Champs...



Tu trouves que l'univers n'est pas aussi bien représenté que dans Bioshock (avec l'histoire des lieux, etc...). Je la trouve tout aussi bien représentée, mais de manière plus subtille. Quelques dialogues, des affiches, le coeur qui te raconte aussi des choses. C'est plus ouvert pour l'imagination. Mais on en apprend tout autant je pense.



Je vais continuer d'avancer un petit peu en espérant que je resterais dans cet état d'esprit. Manquerait plus que tu me sape mon plaisir d'y jouer smiley 54


Ce n'est pas mon but. J'essaye juste de comprendre ce que la majorité trouve à un jeu que je trouve quelconque. Et surtout, pourquoi ce que je trouve perfectible (et qui l'est réellement puisque testé dans diverses circonstances) n'apparait pas dans la majorité des tests que j'ai pu lire un peu partout sur la toile. J'ai comme le sentiment, sans doute à tort, que l'on m'a trompé sur la marchandise (encore une fois, c'est un ressenti personnel).

3201 Commentaires de news

Ecrit par clayman00 le 11/10/2012 à 09:36

 

46

avatar

Inscrit le 03/01/2012

Voir le profil

... j'ai lu tous vos pavé... (si si meme celui en latin ... enfin ... la part en francais de celui en latin ...)



ce jeu a tout de meme le merite de vous faire discuter... ^^



(le mien devrait arriver pour ce weekend ou pour lundi ... )

6773 Commentaires de news

Ecrit par Laurent B. le 12/10/2012 à 11:34

 

47

avatar

Inscrit le 21/12/2011

Voir le profil

Pour ma part je commence la mission de Dunwall Tower. J'ai un peu peur de voir le phénomène du développement des deux premières missions se tasser un peu sur la suite. J'espère que non.



Le jeu est magnifique, les dévs se foutaient pas de notre gueule en vantant leur direction artistique et en disant qu'on se baladerait dans une "peinture" en permanence.



L'univers est ultra-détaillé, sans fausse note, chaque objet/affiche/boite de conserve semble à sa place, c'est super-crédible et génial pour l'immersion et c'est ce que j'avais déjà apprécié dans Deus Ex 3 (malgré la répétitivité des appartements).



Niveau zik pas de surprise, on tape pas mal dans le mélancolique, mais comme ça colle bien à l'esprit du titre, rien à redire. J'aime ni Dexter ni sa BO, mais ici, la musique sert de repère et d'indicateur sonore (claquement de piano quand un mec vous a repéré, violons angoissants quand on observe via une serrure et qu'un mec se rapproche, ou qu'une nuée de rats déboule à l'ouverture d'une porte) et ça fonctionne hyper bien pour renforcer l'immersion.



Le boulot sonore est épatant : les bruitages sont top, on entend bien les bruits de pas (qui varient évidemment en fonction de la surface) , on repère les gardes à l'oreille, on surprend des conversations, comme dans Thief on a quelques répliques plutôt amusantes avec des gardes qui se vannent, les sons des armes rendent le combat dynamique, le doublage est vraiment attentif... Rien à redire non plus à ce niveau, c'est propre. Y'a que les murmures du coeur et des runes qui sont un peu gavants sur la durée.



Mais le gros plaisir du jeu, ce qui en fait une réussite, c'est le body awareness de folie même sans ombre ni pieds comme dans Ridick.



On est pourtant pas une caméra flottante, comme dans Dark Messiah ou Mirror's Edge on a vraiment l'impression d'être un corps. Les mouvements de grimpette sont fluide et rapides, on se déplace rapidement avec une aisance déconcertante, c'est un régal. Idem pour les combats où l'on ressent bien les coups... et putain l'IA EVITE les coups de sabre en se penchant et vous fait reculer à coups de latte c'est trop bon !



Après y'a deux trois points dommageable que j'ai à nouveau relevé sur la 20aine d'heures de jeu :



-le héros muet ça passe pas trop. Me demandez pas pourquoi, dans Half-Life ça ne me gêne pas, mais là...Style mec accusé de meurtre et qui se fait arrêter sans rien dire, ça fait un peu teubé du village...Puis si on avait pu avoir un perso à la Garrett... d'ailleurs beaucoup de monde a réagi au silence de Corvo et fait le rapport à Freeman, et les devs ont réagi.



-quelques petits manque dans l'interaction des décors. J'ai par exemple été frustré, avec une telle liberté de déplacement, de ne pas pouvoir escalader verticalement un échaffaudage en acier ou une grille en bois.



-quelques textures qui font très cheap et peu inspirées , notamment en extérieur, au niveau "nature". Rien de bien méchant, mais c'est le passage pour râler alors bon.



-y'a beaucoup de bouffe qui traîne partout, quand même ... smiley 34.



-20h de jeu et pas une seule paire de boobs ! Et la seule scène de drague d'une nana à oilpé ne conclue même pas ! Remboursez!





Ce que j'espère VRAIMENT, c'est que le jeu marche au point d'en faire une suite. Je fais assez confiance à Arkane pour prendre les rennes d'une suite réussie et de ne pas se laisser écraser par les dogmes de la rentabilité d'une licence.



Et surtout, le jeu met en place un univers bien à lui : les livres, audiographes, histoires disséminées dans le jeu nous parlent de tout un Empire, des îles avoisinantes, des terres mystérieuses de Pandyssie (je crois) qui sont l'équivalent du Nouveau monde locale, des conflits, des factions, des villes, des créatures fantastiques, etc... de quoi refaire un nouveau jeu avec un max de contenu possible. Perso je kifferai ma race un Dishonored 2 par ex avec Corvo qui retourne dans son île d'origine et que le design du monde évolue pour s'adapter localement. Une nouvelle intrigue toussa toussa. Ca serait dément, même si ça doit sortir en 2017.

911 Commentaires de news

Ecrit par 10r le 03/12/2012 à 09:09

 

48

avatar

Inscrit le 18/03/2010

Voir le profil

Pour info belle promo sur Am...n, je ne donne pas le nom complet pour ne pas faire de pub, 35 roros sur console et 25 sur PC.

smiley 20

4873 Commentaires de news


Ajouter un commentaire

Vous devez être inscrit sur le site pour poster un commentaire

14291-dishonored-lancement-bande-annonce-video