L'Edito du Dimanche

 

Publié le Dimanche 20 octobre 2013 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

L'Edito du Dimanche

No comment

imageMa femme et moi avons décidé de nous séparer. Ceci dit sans haine ni violence. Sans rapport conflictuel ni coups fourrés. L’important est de préserver les enfants à tout prix. Et avouons-le, deux parents séparés qui s’entendent bien sont plus à même de préserver pour leurs enfants une certaine plénitude familial.
C’est le genre de passage délicat qui arrive à plus d’un couple sur deux. Il n’y a pas à nous plaindre ni à en être désolé. Au contraire, puisque c’est une décision murement réfléchie, et surtout, intelligemment partagée. J’ai la chance d’avoir une épouse suffisamment ouverte, et intelligente pour comprendre les choses et savoir quand une décision, toute aussi difficile et pénible soit-elle, doit être prise.

Même si les problèmes couvaient depuis quelques temps, c’est l’édito de la semaine dernière qui a précipité les choses. Une bonne blague qui a tourné mal et mis fin à toute tentative de réconciliation que nous essayions de mener à bien ces derniers temps. Comme quoi, parfois, même née d’un bon sentiment, la blague s’est transformée en tragédie.

Oh, je ne blâme pas Stéphanie (ne jouez pas aux malins, je vous ai déjà parlé d’elle). Son texte était amusant. Ses intentions bonnes. Son amitié précieuse et touchante. Mais pour le coup, cet édito spécial est finalement tombé au mauvais moment et s’est avéré plus maladroit pour notre vie de couple qu’il ne le semblait au prime abord.

Malgré tout, le seul à blâmer reste moi. Je porte l’entière responsabilité de cet échec et je ne me cacherai pas sous un quelconque coup du sort ou mauvaise chance, ni ne tenterait de blâmer quelqu’un d’autre.
D’ailleurs, pour preuve de ce que j’avance au sujet de ma culpabilité, laissez-moi vous expliquer les évènements qui ont découlés de cet édito et ont directement menés à la fin de mon couple.

imageComme vous avez pu le lire la semaine dernière, Stéphanie s’est laissée aller à quelques vannes bien senties et a tenter d’écorner quelque peu l’image solide que je pouvais laisser paraître sur le site. Pour ce faire, elle a parlé d’une prétendue éjaculation précoce dont je serais victime. Bien entendu – dois-je réellement le préciser ? – il s’agissait d’une simple moquerie inventée pour l’occasion et sans fondement réel. Oh, non pas que si cela avait été le cas, je m’en serais caché, honteux. Ce problème est commun à de très nombreuses personnes, amplifié par le culte de la performance aperçu dans les films pornos. Mais toujours est-il que non, je n’en souffre pas.
Pourtant, une attachée de presse d’une boite de com’ dont je tairais – bien entendu – le nom, l’a pris pour la stricte vérité. Cette semaine, elle a pris son courage à deux mains et m’a contacté. Elle m’a expliqué que son ex-mari, avec qui elle est aujourd’hui séparée, sans avoir eu d’enfants je tiens à préciser au passage, avait ce « même » problème. Elle m’a expliqué qu’elle avait alors appris quelques techniques pour retarder l’éjaculation, et pour permettre d’avoir une sexualité « normale ».
Et elle m’a proposé de me les enseigner. Et pour ça, de coucher ensemble.

Je lui ai expliqué la vérité au sujet de cet édito et que je ne souffrais d’aucun problème de ce genre. Mais le mal était fait. Gênée, elle m’a avoué que je lui plaisais depuis longtemps et que, du coup, elle avait pensé que… ça aurait aussi été l’occasion de me rendre service… bref…
Le souci, c’est que moi aussi, elle me plait énormément. Une tentation difficile à réfréner quand votre propre couple boit la tasse depuis plusieurs mois – années ? – et que, forcément, votre vie sexuelle s’en ressent au point de s’éteindre.

Je suis le seul responsable. J’ai cédé à la tentation. L’édito a été le déclencheur et j’ai sauté sur l’occasion. Nous nous sommes vus. Nous nous sommes aimés. Et parce que si je suis un salaud, je ne le suis pas complètement – il y a peut-être encore un peu d’espoir – j’en ai parlé à ma femme.

Bien entendu, comme vous pouvez vous en douter, la discussion s’est terminée dans les larmes – et les insultes amplement méritées. Mais après une nuit de discussion, d’explications, et d’analyses, nous avons décidé de mettre un terme à notre relation.

Alors je pourrais vous dire que « c’est temporaire » et que « nous nous laissons le temps de la réflexion »… C’est en effet ce que nous nous sommes dits. Mais je ne pourrai jamais lui demander de me pardonner ma faute.

imagePour le moment, j’ai fui quelques jours. Vincent a bien voulu m’offrir le gîte et le couvert dans son fief de Blois. Le temps de me ressourcer. De faire le point. Son amitié est d’autant plus précieuse que Blois n’est pas si éloigné et que je pourrai, du coup, voir mes filles facilement.

Alors je sais que je n’ai pas forcément l’habitude de vous parler de choses aussi graves et aussi personnelles dans les éditos du dimanche. Si j’ai pris sur moi de le faire, de manière exceptionnelle, c’est aussi pour vous avertir que l’activité du site s’en ressentira fortement dans les prochains jours. Je sais que je peux compter sur l’équipe pour me soutenir et continuer à vous informer. Mais pardonnez-moi mes absences, si d’aventure il devait y en avoir. Pardonnez l’absence d’humour qui risque quelques temps de transpirer de mes textes. J’ai le vague à l’âme et l’humeur morose.

Sur ce, je vous souhaite un bon dimanche. Et souvenez-vous que même parties d’un bon sentiment, certaines blagues peuvent avoir des effets ravageurs. Partez en paix. Amen.

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Commentaires

Ecrit par Cedric Gasperini le 23/10/2013 à 10:24

 

41

avatar

Inscrit le 27/04/2009

Voir le profil

Ecrit par coolkat

[quote:189316:coolkat]Plein de trucs
Purée, c'est incompréhensible.
Quand on fait une critique - un art compliqué et, la preuve, pas à la portée de tout le monde - on fait un effort sur le style et sur la clarté !

Enfin bref.

Primo, ma femme avait été prévenue avant l'écriture même de cet édito de ce que je voulais faire.

Secundo, c'est marrant, tout le monde pense que ce que j'écris dans les éditos est majoritairement des conneries (même si la plupart du temps elles sont issus d'évènements réels), mais personne ne remet en doute ce que je dis quand je parle de mon "épouse tendre et compréhensible". Comme quoi, vous avez vraiment du mal à faire la part des choses, hein.

(appelez la Police, je suis un homme battu)

7013 Commentaires de news

Ecrit par Manga le 23/10/2013 à 16:38

 

42

avatar

Inscrit le 27/04/2009

Voir le profil

T'es vraiment un grand malade ma parole ^^

20 Commentaires de news


Ajouter un commentaire

Vous devez être inscrit sur le site pour poster un commentaire

18400-divorce-separation-enfants-adultere-fuite