L'Edito du dimanche

 

Publié le Dimanche 19 mai 2019 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

L'Edito du dimanche

Oui aux lois anti-avortement !

imageJ’avoue que je suis assez stupéfait des réactions générées par la promulgation de lois dites « anti-avortement », qui viennent d’être votées en Alabama et au Missouri, par exemple. Il y a une vingtaine d’états (22 pour être précis) qui ont adopté des lois restrictives ou très restrictives en matière d’avortement aux USA. Mais ils suivent, en cela, un certain courant de durcissement des pratiques en tous genres, un certain recadrage de la société, salvateur à une époque où les gens n’ont plus de repères et font n’importe quoi. Il est de bon ton, aujourd’hui, de recadrer un peu les pratiques anarchiques et irresponsables qui s’inscrivent comme des habitudes détestables dans nos sociétés occidentales au bord de la décadence.

Après tout, à l’heure où la pilule est largement répandue, à l’heure où les préservatifs sont distribués un peu partout, tomber enceinte relève de la stupidité ou du manque d’attention, d’un manque de maturité ou d’une commodité pour certaines femmes. Aujourd’hui, dans les pays qui l’autorisent, l’avortement est si aisé d’accès qu’elles prennent ça comme une solution de facilité et vont avorter comme elles vont faire une journée shopping entre copines.
C’est clairement de l’irresponsabilité. Un mépris total de la vie humaine. Et il n’est clairement pas normal que la société, que le gouvernement, paie pour ces femmes-là. Elles doivent assumer leur responsabilité.

imageEt ne me sortez pas l’argument des victimes de viols. Je sais que le courant féministe veut museler toute pensée masculine ou toute réflexion logique ou honnête sur le sujet pour imposer son point de vue restrictif et totalitaire. Mais entre nous, quand on voit comment certaines femmes ou ados s’habillent, il ne faut pas s’étonner si elles ont des problèmes ensuite… Les jupes si courtes qu’on voit la naissance des fesses ou la petite culotte, quand ce n’est pas le string apparent ou le décolleté plongeant sur un soutif en dentelles affriolant… franchement… l’indécence n’a parfois pas de limite. Bref, des tenues clairement destinée à échauffer les sens et les envies. Il ne faut pas s’étonner, après, que certains craquent. Alors attention, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit, hein. Je n’excuse en rien les violeurs, qui sont tout à fait condamnables. Mais, sans parler de circonstances « atténuantes », avouez que certaines l’ont quand même bien cherché. Et c’est à clairement lier au sujet de la perte de la place de l’homme dans le couple, qui laisse sa femme sortir en tenue débraillée, ou du problème évident de l’autorité et de l’éducation parentale : je n’ai jamais laissé mes filles s’habiller comme des putes pour sortir dans la rue et du coup, elles n’ont jamais eu de problème. CQFD.

imageEnfin bref. Ce mouvement féministe insupportable initié par des chiennes de garde à l’aboiement aussi désagréable que celui d’un clébard oublié dans le jardin le temps d’un week-end me tape clairement sur les nerfs. Tout comme la vague du #Metoo m’avait ulcéré à l’époque : « oh j’ai couché pour avoir un rôle au cinéma et maintenant j’accuse le type de viol ». Faut juste arrêter de prendre les gens pour des cons. Le coup du « je n’ai pas eu le choix sinon ma carrière était foutue » est un argument franchement discutable. T’as fait le choix entre ta carrière et ton cul. Assume, maintenant. Parce que l’on parle beaucoup des femmes « victimes » de ce genre de « pratiques », mais je n’ai pas vu un seul article sur les hommes dont la vie a été détruite à cause de ces accusations venues de femmes qui ont clairement abusé de la situation pour se voir offrir un rôle.

Enfin bref. Au risque de passer pour un réac, et après tout, je m’en fous un peu, il faut être lucide : la cellule familiale a explosé depuis ces dernières années et la désertion de la femme du foyer, ouvrant la porte à une jeune génération sans repère, laissée à elle-même et dont le niveau laisse présager des lendemains catastrophiques. Après tout, je ne dis pas qu’il faudrait aller jusque-là, mais les pays les plus puissants et où le niveau de vie est le plus élevé, aujourd’hui, sont des pays comme le Qatar ou l’Arabie Saoudite, ou même en Chine, où la femme… est quand même légèrement remise à sa place. On ferait peut-être bien de s’en inspirer, non ?


imageAujourd’hui 19 mai 2019. Dans le monde entier. En France comme dans d’autres pays qui se disent civilisés. Il y a des personnes, des hommes surtout mais, pire, des femmes également, qui sont intimement persuadés et défendent les points de vue détaillés ci-dessus. Des personnes qui veulent imposer ces certitudes aux autres, dans une vraie volonté de régression sociale. Si vous étiez d’accord avec une seule de ces affirmations citées dans les paragraphes précédents, allez vous faire foutre. Profondément. Sincèrement. Je vous emmerde du plus profond de mon être.

Parce que vous ne croyez quand même pas que je pensais tout ce que j'ai écrit au début de cet édito, quand même ? Sérieusement ?

J’ai toujours été consterné de voir à quel point une poignée de sombres connards archaïques tentent d’imposer leurs visions et leur morale aux autres, de se mêler de leur vie, de se mêler de leur corps, au mépris de toutes les règles les plus élémentaires de la tolérance.
Comme tous mes potes à l’époque, j’ai fait un ralenti sur le clip « Boys, Boys, Boys » de Sabrina pour apercevoir le bout d’un sein échappé au bord d’une piscine. Aujourd’hui, elle se ferait traiter de pute et serait censurée dans tous les médias et surtout, sur les réseaux sociaux. Et mes posters de Samantha Fox m'ont toujours parus autant sexy, même après son coming out.

Je n’envie nullement votre petite vie merdique et étriquée. Mais je me battrais de toute mon énergie pour qu’elle ne devienne pas la norme.

Je soutiens #YouKnowMe et je vous emmerde.

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Commentaires

Ecrit par Le_troll le 20/05/2019 à 20:11

 

1

avatar

Inscrit le 27/04/2009

Voir le profil

Cédric...

Ca fait un moment que je te lis, et il ne faisait aucun doute que ce premier paragraphe n'était que de la provoc, tant les valeurs affichées sont loin de celles que tu as pu dérouler ici même.

Ceci étant, et malgré l'absence de commentaire, la coïncidence avec des événements personnels était trop grosse pour que je ne laisse pas un commentaire à l'adresse de ceux qui pourraient adhérer pour tout ou partie aux arguments du premier paragraphe concernant l'IVG. Je laisserai le reste de côté tant la ficelle était énorme et ne concerne de toute façon pas mon propos smiley 7

Ma copine et moi sommes ensemble depuis un peu plus de 5 ans, et nous sommes parents d'une petite fille d'un an et demi.
Par un malheureux concours de circonstance, madame a eu un trou dans sa contraception sans qu'on en discute suffisamment et qu'on prenne les précautions d'usage... Evidemment, PAF ! Madame est tombée enceinte... Pour plein de raisons que je ne détaillerai pas ici (mais je vous invite à faire mentalement la liste des raisons qui pourraient, vous, vous pousser à prendre une telle décision), nous avons décidé que cette grossesse n'était pas raisonnable... Et le week end dernier était justement celui de l'IVG médicamenteuse.

Je peux vous affirmer une chose: même en tant qu'homme, l'IVG est tout sauf une solution de confort. Du moins, quand on fait preuve d'un tant soit peu de responsabilités.
Ca pose un nombre incroyable de questions et de cas de conscience... Mais à un moment, il faut aussi regarder la dure et froide réalité en face et tirer les conclusions qui s'imposent: malgré notre couple solide et le fait que nous ayons déjà un enfant, nous n'étions pas en mesure d'accueillir ce second enfant.

Si je n'avais aucun doute quand à la pertinence de ce choix pour notre famille (et ma copine également), je ne peux que dire à nouveau à quel point les questions morales que ça soulève sont importantes, que jusqu'au bout j'aurai eu cette petite voix intérieure qui me souffle "vous êtes sur le point d'arrêter une vie potentielle: est-ce le bon choix et en as-tu le droit ?".
Et je vous dis ça alors que je suis athée et quelqu'un de plutôt pragmatique, je n'ose même pas imaginer les pressions et conflits internes que peut endurer quelqu'un qui vit dans un environnement plus contraint (de par sa famille, ses traditions ou religions).

Le pire a quand même été pour ma copine. Elle s'est bien évidemment posé les mêmes questions que moi, mais en plus son corps s'est souvenu de ce qu'était une grossesse. Au delà de l'IVG en lui même et de ses effets évidents, le fait de l'interrompre, psychologiquement et physiquement c'était extrêmement dur. Heureusement, nous sommes soudés et nous sommes soutenus pendant ce week-end pour le moins morose.

Voilà, je ne vais pas développer d'avantage, sauf si ça fait réagir quelqu'un dans les jours qui viennent et qu'il est possible d'avoir une conversation adulte, responsable et argumentée (je sais, j'en demande beaucoup smiley 47)

C'étaient donc les 2 cents d'un mec qui est pourtant déjà papa (peut être que finalement ça rend la chose plus difficile ?), et qui est dans un couple solide...
J'essaye maintenant de me mettre à la place des femmes qui doivent faire cette démarche seules, ou à l'encontre de leur famille/conjoint...

Ca risque pas de me réconcilier avec l'humain moyen, malheureusement smiley 43

407 Commentaires de news

Ecrit par Papa Panda le 21/05/2019 à 09:09

 

2

avatar

Inscrit le 26/03/2014

Voir le profil

Ecrit par Le_troll

...
Pas forcément mieux et je compatis.

Moi le seul point qui me pose pb ,c'est que certains jeunes ou personnes l'utilisent comme moyen de contraception ...une hérésie et un reflet du niveau de QI de l'Humaminté.


M'enfin, ayant des enfants dont une fille, c'est mon rôle de Papa d'informer cette dernière au mieux tout en lui laissant ses choix à faire et à vivre ... plus facile à concevoir qu'à réaliser au final.

Après, ayant connu des fausses couches (ouais j'en ai encore des séquelles ^^"), à vivre, ce n'est jamais facile.

1419 Commentaires de news


Ajouter un commentaire

Vous devez être inscrit sur le site pour poster un commentaire

36570-lois-anti-avortement-metoo-youknowme