L'Edito du Dimanche

 

Publié le Dimanche 18 avril 2021 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

L'Edito du Dimanche

Je vous présente Myrtille

imageJ’ai passé la semaine à l’hôtel.

Si vous avez suivi mes derniers éditos, vous vous êtes rendus compte que mes dernières frasques n’ont pas été du goût de ma chère, tendre et aimante épouse, ni de mes adorables, respectueuses et dévouées filles. Alors que bon, franchement, ce n’était pas forcément toujours de ma faute et je trouve ça quand même injuste parce que, hein, que celui qui n’a jamais tué un chien par erreur me jette la première pierre.

Bon, peut-être pas une pierre, d’accord. Un p’tit caillou suffira.

Nous en avons beaucoup discuté. J’ai fait mille fois mon mea culpa. Et d’un commun accord, elles m’ont suggéré de prendre quelques jours de congé seul, histoire de faire un « break paternel ». Quand j’ai protesté en disant que les congés, c’est pour les faibles, que je n’en ai pas besoin, que d’abord, merde, c’est qui le patron, et que d’ailleurs, ça fait 5 minutes que j’ai demandé à ce qu’on me serve un Ricard et quand ça touche au Ricard, elles devraient savoir depuis le temps que j’ai horreur de me répéter, elles m’ont expliqué que le mot « suggéré », c’était pour être poli, et maintenant, il était temps de partir, ma valise était déjà prête dans l’entrée.

imageJ’ai donc pris une chambre d’hôtel. De quoi leur laisser le temps de s’apaiser un peu et de se rendre compte que la vie sans moi, c’est quand même vachement moins bien.
Je ricanais intérieurement en pensant à mon imminente victoire et attendait avec impatience les appels du soir à base de « Papa, tu nous manques, reviens à la maison ». « Chéri, rentre maintenant, c’est stupide cette situation, je t’aime, j’ai besoin de toi, ta place est avec nous ».

Bon. En fait, j’ai surtout eu droit à « c’est super, on regarde les séries qu’on veut avec maman, on a même invité des copines à la maison, prends ton temps, reviens pas tout de suite, non maman me fait signe qu’elle n’a rien à te dire allez je te laisse, on doit se faire une soirée produits de beauté, moi j’ai prévu de me faire un masque revitalisant aux algues de la mer de Goheung enrichi d’un sérum organique aux 16 plantes ».

Après avoir cherché où pouvait bien se trouver la mer de Goheung et m’être demandé quel intérêt il peut y avoir à se tartiner la gueule d’algues venues de Corée du Sud, j’ai noyé ma peine dans du mauvais alcool. Mauvais surtout parce qu’il était plus de 19h, que tous les magasins étaient fermés et que je n’avais donc accès qu’à l’eau du robinet.

Le problème, en fait, c’est que je ne suis un type relativement incompatible avec les hôtels. Les hôtels, c’est comme le premier jour des soldes : ça fait rejaillir ce qu’il y a de pire en l’être humain et moi, ça me donne envie de donner des baffes. Et vas-y que je te gueule dans les couloirs, et vas-y que je claque les portes… et ça n’a pas raté. Sous les coups d’une heure du mat’, mes voisins ont cru bon de coller de la musique à fond. Alors ça aurait pu être pire. J’ai eu droit à « Human » de Rag’n’Bone Man. Ça se laisse écouter. Mais pas à une heure du mat’.

imageJe me suis donc levé et suis allé frapper à la porte d’à côté pour dispenser un cours de savoir-vivre et de savoir-souffrir par la même occasion, mais je vous rassure, toujours avec les gestes barrières, la preuve, j’avais quand même pris le temps de mettre mon masque FFP2.

Bon. Après, je peux comprendre leur stupeur. Enfin, pas forément « stu ». Leur peur tout court. Quoi que c’était plutôt une sorte d’effroi indescriptible que j’ai vu passer dans leurs yeux quand ils m’ont ouvert. Mais dans la précipitation et l’énervement, si j’avais bien pensé à mettre mon masque, j’avais oublié que je dors à poil. Donc franchement, je peux comprendre. Voir un mec complètement nu (mais avec un masque FFP2) qui débarque dans votre chambre à une heure du mat’ en hurlant que s’il entend encore un seul bruit, une seule note de musique voire un seul pet de mouche, il les défonce l’un après l’autre, ça a de quoi terroriser.

Cela dit, j’ai vachement bien dormi ensuite, bercé par les sanglots étouffés provenant de la chambre d’à-côté.

imageJe suis rentré à la maison vendredi, en conquérant, après un appel de ma chère, tendre et aimante épouse, et de mes adorables, respectueuses et dévouées filles, qui m’ont avoué que, quand même, je leur manquais. Un peu. Juste un peu. Mais que je leur manquais quand même.
Pour me faire pardonner, je suis arrivé avec un bébé chat dans une petite boîte en carton. Un mignon petit bébé chat, avec une adorable petite bouille.

C’est une femelle. Bon, j’avoue, j’ai préféré une femelle juste pour pouvoir, dans cet édito, vous raconter que j’ai joué avec la chatte de mes filles et de ma femme. Mais qui n’aurait de toute manière pas craqué devant cette petite bouille si mignonne ?

Mes filles ont décidé de l’appeler Myrtille.

C’est chouette, une petite chatte. Bon, ça fait un peu de conneries, mais ça apporte de la vie dans la maison. Une petite chatte très joueuse. Et moi, vous le savez, je suis très joueur aussi. Alors… j’ai passé la journée du samedi à jouer avec la chatte de mes filles et de ma femme. A caresser la chatte de mes filles et de ma femme. A faire des bisous à la chatte de mes filles et de ma femme (je ne m’en lasse pas).

imageIl faut juste prendre le temps de lui apprendre qu’uriner sur mon fauteuil de bureau, c’est une très très mauvaise idée. Que de faire caca sur mon clavier, c’est une très très mauvaise idée. Que mordiller mes chaussures, c’est une très très mauvaise idée. Que faire ses griffes sur mon blouson en cuir, c’est une très très mauvaise idée.

Et il faut aussi lui apprendre qu’aller chercher la balle rebondissante quand elle va sous la tondeuse, c’est une très très mauvaise idée.

Alors je suis désolé. On m’a encore accusé mais merde, cette fois-ci, ce n’est pas ma faute ! Certes, j’ai lancé la balle qui a rebondi sur la terrasse, Myrtille courant après pour l’attraper. La balle a ensuite rebondi sur un arbre, avant d’aller se planquer sous la tondeuse que ma femme était en train de passer dans le jardin.

Et si je me suis écrié « purée, Myrtille ! » c’était par réflexe et pas du tout pour faire un mauvais jeu de mot sur l’état du bébé chat une fois déchiqueté par les pâles de la tondeuse.

En attendant, ben… me revoilà l’hôtel.

C’est pas juste.

image

RIP Myrtille
(2021-2021)

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Commentaires

Il n'existe aucun commentaire sur cette actualité


Ajouter un commentaire

Vous devez être inscrit sur le site pour poster un commentaire

41691-chambre-hotel-nuisances-sonores-chaton-mignon