L'Edito du Dimanche

 

Publié le Dimanche 12 mars 2023 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

L'Edito du Dimanche

Journée Internationale des Droits des Femmes

imageCette semaine, mardi 8 mars, c’était la JIDF. La Journée Internationale des Droits des Femmes. Une journée mettant en avant la lutte contre l’inégalité entre les hommes et les femmes. Internationale, parce qu’elle est célébrée dans de très nombreux pays dont, certains, ne sont pas forcément réputés comme des modèles d’égalité, entre nous.
Si, si, je vous assure. Je ne suis pas spécialement calé en sociologie africaine, asiatique ou du Moyen-Orient… mais bon… sans trop m’avancer, quand on voit notamment que l’Afghanistan est sur la liste… j’ai quand même quelques doutes sur leur propension à lutter contre les inégalités hommes-femmes…

Notez, soit dit en passant, que selon le rapport "Women, Business and the Law", publié par la Banque mondiale chaque année, 14 pays uniquement offrent aujourd’hui les mêmes droits aux hommes et aux femmes dans le monde, en termes de lois. Donc ne croyez pas que c’est un problème qui nous touche de loin. Je vous rappelle que l’Union Européenne, ce sont 27 pays… et que les 14 n’en font pas forcément partie. Alors ça peut se jouer à des petites différences à la con. A des petites lois sans « réelle » importance. Mais elles existent quand même.

La France, elle, ne vous en déplaise, est l’un de ces 14 pays où les femmes et les hommes ont, légalement, les mêmes droits. Ça ne veut pas dire qu’en termes d’égalité, tout est nickel, loin de là, mais au moins, sur le papier, on est dans le top 14. Femmes et hommes sont égaux devant la loi.

imageReste que cette année, en France, la Journée Internationale des Droits des Femmes, tout le monde s’en est foutu. Mais d’une force… La Marche Impériale contre la réforme des retraites, à laquelle d’ailleurs on a tendance à vouloir ajouter plein de trucs comme la hausse délirante des prix de l’énergie, de la bouffe, de l’essence, a éclipsé toute la semaine la grande majorité du reste de l’information. Moi, perso, tant que le whisky n’inflationne pas, j’bouge pas de mon fauteuil. Et même si le verbe « inflationner » n’existe pas, on aurait dû l’inventer depuis longtemps.

Bref. Ça fait du bien de rappeler un peu tout ça, à une époque, justement, où les abrutis semblent chaque jour un peu plus nombreux et où quelques bas-de-plafond ont tendance à vouloir faire régresser les libertés des femmes. Et vous le savez, à Gamalive, nos prises de positions ont toujours été claires, carrées et fortes sur ces sujets. Le racisme, l’homophobie, le droits des femmes, le prix de vente du whisky, sont des fers de lance de notre ligne éditoriale. Fers de lance qui nous ont valu, parfois, quelques e-mails salés, quelques noms d’oiseaux (même si on doute qu’il y ait vraiment des oiseaux dans le monde avec ce genre de noms), voire même notre lot de menaces.

Mais nous n’avons jamais dévié de notre ligne éditoriale pour autant. Et notre petite troupe accueille ou a déjà accueilli une diversité de personnes qu’on aurait, je pense, du mal à retrouver dans de très nombreux autres sites. Et ça c’est une fierté.

Après, forcément, difficile de ne pas être féministe quand on vit avec trois femmes à fort caractère à la maison. J’étais ravi d’avoir deux filles comme enfants. Le coup de l’héritier mâle, perso, je m’en suis toujours foutu. Alors je ne dis pas que je n’aurais pas aimé avoir un p’tit gars pour jouer aux figurines Star Wars et à mon circuit TCR, mais il aurait été fichu de les péter, ce p’tit con. Donc finalement, deux nanas, c’est très bien aussi. Et puis, je me disais que deux filles, c’est l’assurance d’avoir toujours quelqu’un pour me servir mon Ricard. Le whisky, non, c’est une chose trop sérieuse pour laisser la bouteille entre les mains d’une enfants. Mais le Ricard, ouais. Et n’oublie pas les petits biscuits apéros. Avant d’aller t’occuper d’étendre le linge tandis que ta sœur passera l’aspirateur. Ta mère ne peut pas tout faire, elle est en cuisine.

imageNan, sur le papier, avoir trois nanas à la maison, ce sont des dizaines d’opportunités d’asseoir sa position de mâle dominant au sein du foyer.
Mais j’ai dû merder un truc quelque part. Parce que le Ricard, je me le sers tout seul. Quand je n’étends pas le linge assez vite, je me fais engueuler. Quand je l’étends, je me fais aussi engueuler parce que je ne l’étends pas comme il faut. Et d’ailleurs, soit dit en passant, aucun père, je dis bien aucun père, ne devrait avoir un jour à étendre les strings de ses filles. Jamais. Jamais. Et bien entendu, je me fais engueuler parce que je ne passe pas assez souvent l’aspirateur et quand je le fais, je le fais mal selon les critères familiaux féminins. Et je ne parle pas des bons petits plats que je mitonne pour ces trois ingrates qui ont tôt fait de préciser qu’elles n’auraient pas fait comme ça, qu’il y a trop de ceci ou pas assez de cela… Quant aux blagounettes misogynes, voilà longtemps qu’elles ont déserté les conversations. J’en tente bien une de temps en temps, pour essayer de rehiérarchiser ma position de mal dominé (la dernière en date : Pourquoi les gens préfèrent faire des bonhommes de neige plutôt que des bonnes-femmes de neige ? Parce que ça prend trop de temps de vider la tête...), mais à chaque fois je me prends un retour de flammes à faire pâlir Néron de jalousie.

Enfin bref, le droit des femmes, y’a aucun souci là-dessus à la maison. C’est le droit des hommes pour lequel on devrait s’inquiéter. Parce que tous les jours, sans exception, il est bafoué de manière ignoble et infâme. Farpaitement ! Tous les jours, mon droit des hommes est mis à terre et piétiné par ma chère, tendre et aimante épouse et ses deux tortionnaires de filles.
Mais ça ne va pas se passer comme ça, hein ! Je vais réagir ! Je vais lancer une révolte ! Je vais me rebeller ! Il faut que les choses changent ! A bas la tyrannie ! A bas la dictature ! Libérez nos camarades ! Hasta Siempre ! Sous les pavés la plage ! Vivere militare est !

Bon. Sur ce, je vous laisse, j’ai des strings à étendre.

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Commentaires

Il n'existe aucun commentaire sur cette actualité


Ajouter un commentaire

Vous devez être inscrit sur le site pour poster un commentaire

47782-droits-des-femmes-egalite-sexe-revolution