Borderlands 2, la preview solo

 

Publié le Lundi 16 juillet 2012 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Borderlands 2, la preview solo

Y'a bon (Banania)

imageOn ne va pas revenir dessus, si ? Si ? Bon, si vous y tenez alors.

Je n’ai pas aimé Borderlands.
C’est d’ailleurs une de mes plus grandes incompréhensions de ma carrière : comment ce jeu a-t-il pu avoir autant de succès avec tellement de défauts ? J’ai trouvé le jeu moche : les textures étaient affreuses. Vide : les décors était de vastes étendues sans rien. Le Respawn incessant des ennemis m’a sérieusement gonflé : vous faisiez un « donjon » et arrivé au bout, pour en ressortir, vous deviez vous retaper tout le chemin en sens inverse et latter les mêmes ennemis qui étaient revenus à la vie. Le scénario était nul. Les armes « par milliers », une vaste fumisterie : à peine cinq ou six modèles d’armes déclinés à l’infini grâce à des bonus et puissances différents.
Bref, je me suis terriblement ennuyé dans ce jeu. Vous, vous avez adoré. Je ne comprends pas et ne comprendrai sans doute jamais.

A tel point que c’est devenu un « running gag » propre au site. Cedric et Borderlands… J’en ai joué, vous aussi, les traits et l’inimitié ont été exagérées…

Nous étions en 2009.
3 ans plus tard, Borderlands 2 arrive…

Notez que je ne me suis jamais caché, auprès de l’éditeur 2K Games, d’avoir détesté son jeu. Mais on se connait depuis longtemps. Ils savent que je suis suffisamment intelligent, ou du moins ouvert d’esprit, pour ne pas leur en tenir rigueur et bloquer sur toute suite pour le jeu. Et eux sont suffisamment intelligents, ou du moins ouverts d’esprit, pour me proposer de venir tester cette suite.

Et se remettre en question, faire table rase du passé et aborder chaque nouveau jeu avec un œil neuf, se refaire une virginité à chaque instant, c’est essentiel dans ce métier.

Bref, j’ai joué à Borderlands 2.

screenscreenscreen

screenAprès avoir plutôt apprécié le multi, comme décrit dans une précédente preview, c’est le solo que j’ai pu tâter de près il y a quelques semaines.

Tout débute dans la ville de Sanctuary. Là, de très nombreux personnages vaquent à leurs occupations. Certains auront des missions à vous proposer. Des quêtes annexes – récupérer un objet, tuer un ennemi… - qui vous permettront d’engranger expérience et argent.
On retrouve d’ailleurs d’anciennes connaissances : Lilith, Roland, Mordecai et Brick seront vos guides. On retrouve aussi le petit robot débile, ClapTrap, qui vous offrira un coffre dans la digne lignée d’un Diablo : vous pourrez y ranger vos armes et objets, et ils resteront à disposition même si vous décidez de jouer une autre partie avec un autre personnage. Intéressant.

screenOn citera rapidement d’autres nouveautés : les machines Quick Change qui permettent de changer de nom et d’apparence à foison (moyennant finances tout de même). Enfin, innovation de ce deuxième épisode, les points « Bad Ass » qui récompensent vos exploits tels que faire un certain nombre de headshots, ou tuer un certain type d’ennemis, voire écraser en véhicule un nombre défini d’adversaires… Ces points « bad ass » vous offrent un large éventail de bonus associés à votre compte : même si vous changez de personnages, ils resteront. Bonus de dégâts, de rapidité, et j’en passe, vous devriez pouvoir là encore améliorer vos personnages selon votre bon vouloir.

On passera d’ailleurs rapidement sur le côté jeu de rôle de Borderlands 2 : un arbre de compétences vous permet d’attribuer des bonus selon votre niveau. Dégâts accrus, vie, résistance, armure, rapidité de recharge, vitesse de déplacement et j’en passe… Pour info, si jamais en pleine partie vous vous rendez compte que vous auriez dû développer plus telle ou telle compétence, le « Quick Change » vous permet également de redistribuer vos points.

screenscreenscreen

screenBorderlands 2 est donc très complet, limite complexe, quant à la manière dont vous pourrez créer votre héros. Pour rappel, plusieurs classes sont disponibles : Zer0 (assassin), Axton (Commando), Maya (Sirène) et Salvador (Gunzerker). Chacun a ses capacités spéciales. Zer0 peut par exemple invoquer un double holographique. Maya peut piéger ses ennemis dans une sphère flottante pour les abattre sans qu’ils ne puissent réagir.

Après Sanctuary, nous avons visité l’extérieur. Concentrés dans une petite vallée, on pouvait trouver : une ancienne carrière infestée d’insectes qui mutent sous vos yeux pour grossir et devenir encore plus mortels. Une base ennemie avec des vaisseaux qui vous canardent. Une mine abandonnée. Une maison isolée. Un camp de mercenaires affreux, sales, et méchants. Et une gamine capricieuse qui vit dans une caverne et va vous en apprendre sur la condition féminine enfantine dans Borderlands 2, ou comment jouer à la poupée avec une ennemi passé à la chaise électrique… Des personnages toujours aussi tordus, complètement psychopathes, des monstres à tire-larigot, des mines qui se déclenchent à votre passage, des soldats belliqueux…

screenVous aurez de quoi faire. Les armes sont plus nombreuses. Avec toujours tout un tas d’effets dévastateurs différents. Avec tout un tas d’objets à récupérer sur le corps de vos ennemis, à savoir nouvelles armes, munitions, bonus et argent.

Très rythmé, pas spécialement facile, et avec – enfin – un respawn plus intelligent : les ennemis ne se redressent plus toutes les 5 minutes, mais restent à terre. Ils ne seront ramenés à la vie que si vous relancez une nouvelle partie ultérieurement. Tant mieux.

Le jeu s’annonce donc plus comme un vrai jeu solo, avec un scénario plus réfléchi et moins un simple jeu de massacre, course insipide à l’XP.

Borderlands 2 s’annonce fun. Il est déjà bien plus joli. Bien moins vide. Les animations sont plus fluides. Mais l’ambiance déjantée et l’humour noir sont toujours présents. Plus d’armes, plus d’ennemis, des quêtes moins chiantes, un rythme plus soutenu, des quêtes plus variés… que demande le peuple ? Du pain et des jeux. Pour le pain, il se débrouillera, mais pour les jeux, Borderlands 2 devrait faire son office de fort belle manière.

 
image





 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Images du jeu Borderlands 2, la preview solo :

Derniers Commentaires

- L'Edito du Dimanche par Cedric Gasperini

- L'Edito du Dimanche par Cedric Gasperini

- L'Edito du Dimanche par Citan

- L'Edito du Dimanche par jymmyelloco

- L'Edito du Dimanche par Citan

- A quoi jouez-vous ce weekend ? par clayman00

- A quoi jouez-vous ce weekend ? par jymmyelloco

0