Ryse : Son of Rome (PC)

 

Publié le Jeudi 16 octobre 2014 à 14:00:00 par Walid Hamadi

 

Test de Ryse : Son of Rome (PC)

Des hommes en sueur et en jupettes de cuir

imageVous vous souvenez de Ryse : Son of Rome ? Mais si ce jeu qui promettais monts et merveilles à la sortie de la Xbox One et qui s’est finalement révélé être un pétard mouillé. Pour tout vous dire, je faisais partie de ceux qui ont tout de suite craint à un jeu basé sur des QTE. Et je n’avais qu’à moitié tort.

Cette fois le jeu sort sur PC, presqu’un an après la version originale et son principal argument est la 4K. Tout comme l’année dernière, ce sont les graphismes qui sont les ambassadeurs de cet hommage aux gladiateurs.

L’histoire, vous la connaissez sans doute déjà si vous avez lu le test de Cedric, mais on va la faire à ma sauce cette fois. Vous incarnez Marius, un soldat romain fils de ponte qui voit sa famille massacrée par des barbares venus de Bretagne. N’écoutant que sa rage et une divinité un peu bizarre qui le guide on ne sait pourquoi, il va gravir les échelons dans la légion pour obtenir vengeance. Mais, sans doute à cause de son strabisme pas glam’ pour un sou, il ne voit pas la vérité qui se déroule sous son nez…

Oui Marius est moche. Pas à cause de polygones mal agencés non, ça c’est clair que le jeu est beau. Par contre les visages manquent cruellement de vie. Les yeux surtout. Ça ne choque peut être que moi, mais les cinématiques sont donc très dérangeantes quand on regarde une créature clairement pas humaine essayer de nous attendrir. Heureusement, le reste est irréprochable. Les animations sont crédibles, les textures sont dans ce qui se fait de mieux et les décors sont à tomber. Attention, malgré le salaire de ministre que je touche en étant chez Gamalive, je n’ai toutefois pas les moyens de me payer un PC de compet’ et ma modeste R9 280X ne me permet que d’afficher du 1080p sur mon petit 22 pouces. Si quelqu’un veut mon opinion sur la 4K, qu’il me fasse un chèque. Parenthèse fermée.

screenscreenscreen

screenLe mode solo est assez fade. En difficile, comptez 6 heures pour en voir le bout. Ce n’est pas énorme mais au moins vous remerciez le générique de fin qui signifie que vous n’aurez plus à vous taper une énième version d’un des 3 environnements du jeu. Rome, forêt, arène du Colisée. Tous déclinés en d’innombrables couloirs dans lesquels vous avancez en répétant les mêmes combos face aux mêmes ennemis. Car tout dans ce jeu se résume à un mot : la répétition. Les décors sont répétitifs, les ennemis sont répétitifs et le gameplay est répétitif. En gros, vous avancez tout droit, enchaînez X, X, Y et répétez ad nauseam. A chaque fois que la jauge vitale d’un ennemi atteint un seuil critique, vous pourrez choisir de l’exécuter avec une petite séance de QTE. Appuyez sur la touche bleue ou jaune au bon moment et vous gagnerez de la vie, des points d’XP ou de la rage.

La rage vous permet de bourriner encore plus pendant quelques secondes en rendant vos adversaires inoffensifs. Un peu comme dans God of War. Un jeu auquel on peut comparer celui de Crytek d’ailleurs. On peut s’apercevoir qu’il manque à Rome cette impression d’immensité malgré les décors somptueux, de violence malgré la découpe au glaive, d’épique malgré les quelques scènes de chaos.

screenscreenscreen

screenLe plus de cette version PC, ce sont les DLC sortis jusqu’à ce jour, inclus. Il y a 4 packs en tout qui fournissent des maps pour les modes en ligne ainsi que des skins (dont la nanosuit de Crysis pour le clin d’œil). Malheureusement, nous n’avons pu tester ni la survie, ni les arènes en coop, faute de joueurs (les inconvénients des tests avant sortie). Néanmoins, 11 maps sont disponibles en solo. Les objectifs sont toujours les mêmes, seule la longueur varie. Le but sera d’accomplir les objectifs qu’on vous donne au milieu du Colisée pour gagner de l’expérience et les faveurs de la foule. Si cette dernière est satisfaite de vos excusions, vous gagnerez en sus des pièces d’or pour acheter une meilleure armure. A noter qu’un message s’affiche toujours nous proposant de s’acheter de l’or avec de l’argent réel sur le marketplace Xbox si on est impatient.

screenVerdict ? Pas grand-chose de marquant dans ce Ryse : Son of Rome. Malheureusement le souffle épique des péplums d’antan ne se fait pas ressentir. Comme lors de sa première sortie en 2013, le titre de Crytek n’est qu’une courte démo technique qui ne met pas non plus à genoux les bons PC actuels. C’est beau, mais c’est court et plat. La difficulté n’est pas très élevée, la faute sans doute à un gameplay basique et répétitif. Aucun intérêt si l’on recherche du combat, le solo propose une petite histoire qui se laisse regarder si l’on veut poser son cerveau. Quant au multi, à moins de vouloir absolument monter son perso au maximum, vous vous lasserez assez vite de refaire sans cesse la douzaine d’arènes une fois un premier petit tour fait. Même avec les DLC, il reste un peu cher pour ce qu’il propose.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Ryse : Son of Rome (PC)

Plateformes : PC

Editeur : Crytek

Développeur : Crytek

PEGI : 18+

Prix : 40 €

Aller sur le site officiel

Ryse : Son of Rome (PC)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 4/10

 

 

0