Anno 2205 (PC)

 

Publié le Mardi 3 novembre 2015 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Test Anno 2205 (PC)

En plein dans la lune

imageNouvel Anno qui, tel un Seigneur, vient tenter de les gouverner tous. Un petit test grâce auquel nous Sauron s’il réussit à imposer sa vision dans le monde des jeux de stratégie de type City-Builder…

Nous sommes en 2205. Puisque Anno 2205. Logique, quoi. Les ressources de la Terre sont épuisées. La colonisation de la Lune peut donc reprendre, après avoir été abandonnée il y a plusieurs dizaines d’années…
Et ce sont les corporations qui vont être chargées de cette nouvelle exploitation lunaire. Vous êtes l’une d’entre elles. Toute petite. Avec pour objectif de grossir pour dominer ce nouvel eldorado de ressources vitales pour l’humanité.
Après avoir choisi votre logo et le nom de votre Entreprise, vous allez être jeté sur l’une des trois zones disponibles sur Terre. Chacune est tournée vers un objectif précis : la construction d’un monument, la gestion énergétique ou la récupération de matériaux rares.  

Le jeu se déroule de manière classique. Une fois installé dans un lieu qui vous convient, vous développez vos bâtiments, vous attirez des employés et devez gérer la progression de votre cité. Il faut bien faire attention à garder un œil sur les ressources nécessaires à ce développement, les besoins énergétiques, les besoins financiers, tout en développant votre activité. Bref, patience et longueur de temps… Ne pas aller trop vite, et faire les choses dans l’ordre. Tout en continuant d’aller chercher vos ressources dans l’espace, grâce à un ascenseur orbital ou à des navettes spatiales.
Vos usines pourront être améliorées grâce à des extensions permettant d’en accroître la productivité. Rassurez-vous : le jeu vous offre la possibilité de bouger les bâtiments à proximité d’un seul clic, sans besoin de les démolir, histoire de faire de la place à vos futures améliorations. Un bien pour un mal : on gagne en simplicité ce que l’on perd en réalisme.


screenLes premiers colons de la lune voient toutefois d’un sale œil votre arrivée. Menés par un leader guignolesque, ils vont vous attaquer régulièrement, et vous devrez donc vous défendre. Une carte de combat vous permet d’assister et gérer ces conflits, tout en sachant que cela ne coupe pas le reste du jeu : vous continuez de gagner ou perdre de l’argent, selon l’état de vos finances, durant cette phase. Cela vous permettra également de récupérer sur les carcasses des vaisseaux ennemis, des matériaux rares, indispensables pour la construction de vos bâtiments. C’est d’ailleurs là le seul intérêt de ces missions ennuyeuses… tout en sachant qu’elles sont en théorie facultatives puisque lesdits matériaux pourront être achetés (à un prix toutefois prohibitif). En tout cas, ne pas les faire n’aura strictement aucune incidence sur le jeu. D’où la question de savoir ce qu’elles viennent finalement faire là…

Bref, cette soi-disant menace des premiers colons lunaires est dénuée de tout sens, de tout intérêt, et plombe complètement un scénario déjà faiblard au départ.

screenGraphiquement, le jeu est dans la lignée des précédents volets : c’est beau, ultra détaillé et les cartes sont relativement grandes. L’intérêt du jeu se démultiplie toutefois quand on vous offre la possibilité de diriger plusieurs colonies. Après une première cité développée dans un climat tempéré, c’est en zone arctique que vous allez tenter de remporter les mêmes succès. Sauf que l’Arctique a des contraintes bien différentes : attention au réchauffement, donc à la pollution de vos bâtiments et usines. Attention à placer les habitations en bordure desdites usines pour confiner les zones de réchauffement…
Puis viendra ensuite la conquête de la Lune. Avec la nécessité de construire des boucliers pour protéger vos constructions des pluies de météorites.

screenscreenscreen

screenUne carte tactique vous permet alors de gérer les différentes colonies et de pallier les manques des uns avec les excédents des autres, en créant des routes commerciales entre chaque.

Bref. Tout aussi bien fichu et offrant des mécaniques classiques et bien rodées soit-il, cet Anno 2205 déçoit. Tout à fait. Certes, graphiquement, même si on notera quelques soucis d’optimisation, il reste superbe, et doté d’une direction artistique de grande classe. Vous vous surprendrez parfois à observer tout simplement la vie s’écouler dans vos colonies. Le jeu est relativement simple, et donc accessible. Il offre aussi suffisamment de possibilités et de variété pour ne pas cloisonner le joueur dans un seul type d’approche ou type de construction.

screenSeulement les reproches sont trop nombreux pour être totalement convaincu. Outre son scénario passablement nul, ses protagonistes sans intérêt, il y a pas mal de petites choses agaçantes : les combats redondants et sans intérêt, facultatifs en théorie mais indispensables pour y glaner des ressources. Le système diplomatique très mince. L’absence de carte libre (mode bac à sable). L’absence de mode multijoueur, les seules fonctionnalités en ligne se cantonnant à l’achat de ressources dont le prix est bêtement fixé sur l’offre et la demande…

Bref, sans être un mauvais jeu, Anno 2205 risque de rebuter les fans de la saga par ses choix discutables et son évolution relativement grand-public. On s’attendait à mieux. Surtout à ce prix.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Anno 2205 (PC)

Plateformes : PC

Editeur : Ubisoft

Développeur : Related Designs

PEGI : 7+

Prix : 60 €

Aller sur le site officiel

Anno 2205 (PC)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 6/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu Anno 2205 (PC) :

Derniers Commentaires

- L'Edito du Dimanche par Cedric Gasperini

- L'Edito du Dimanche par Cedric Gasperini

- L'Edito du Dimanche par Citan

- L'Edito du Dimanche par jymmyelloco

- L'Edito du Dimanche par Citan

- A quoi jouez-vous ce weekend ? par clayman00

- A quoi jouez-vous ce weekend ? par jymmyelloco

0