Kyn (PC)

 

Publié le Mardi 1 décembre 2015 à 14:00:00 par Walid Hamadi

 

Test de Kyn [PC]

Le jeun Kyn paie pas de mine

imageDans le monde de Heimr, tout est plutôt calme. Les humains sont en paix parce que les Aeshir sauvages qu’ils exploitent ou expulsent de leurs terres sont dociles et pacifiques. De plus, ils ne parlent pas la langue des civilisés, raison de plus pour les mépriser. Alors la guerre, ils ne connaissent pas vraiment. Mais un jour, certains Aeshir semblent vouloir se rebeller. Ou plutôt certains semblent infectés par une étrange maladie qui les rend belliqueux et les populations humaines s’inquiètent.

Vous contrôlez deux guerriers tout juste formés à l’art de la magie après des mois d’apprentissage, coupés du monde. Les Magnis sont des élus qui sont les seuls à pouvoir supporter une telle formation que les autres races maîtrisent toutes. Alrik et Bram sont donc les deux champions de leur village qui est déjà dans en danger dès qu’ils y reviennent. Vinborg est dirigé par Noma et Gizur qui vont alors vous envoyer exécuter des missions à travers le monde pour mettre vos semblables en sécurité et surtout veiller à la sauvegarde des Tri-Pierres réparties dans 3 villages (dont une dans le vôtre, bien entendu). Elles servent à ouvrir les portes vers le monde des dieux et seraient convoitées par l’ennemi.

C’est donc dans ce contexte que débute ce RPG stratégique sur des musiques fortement inspirées de Skyrim. C’en est d’ailleurs saisissant. Et après avoir lu à peu près tous les tutoriels on entre enfin dans le dur. Et c’est le moins que l’on puisse dire puisque la difficulté est très élevée même au plus faible des 5 niveaux proposés. Le côté stratégique est essentiel dans la mesure où il faut évaluer ses forces et planifier chaque attaque avant chaque combat qui vous oppose à plus de 5 mobs. Avec 2 personnages au début, vous pourrez vous retrouver avec une escouade de 6 Magnis au total. Et dans de tels moments, la capacité de ralentir le temps pendant une trentaine de secondes n’est pas du luxe.


screenSurtout que dans le feu de l’action, les clics semblent manquer de précision. Et si vous croyez que c’est à cause de mes doigts boudinés, essayez un peu de ramasser les loots après les combats sans cliquer sur vos personnages. Une gageure. Les loots, parlons-en. Vous devrez en collecter pas mal car Kyn met l’accent sur le crafting pour votre plus grand plaisir. Enfin si vous êtes adeptes de l’artisanat. On peut ainsi voir l’un des plus gros atouts qui se transforme en défaut du jeu : le contenu colossal. Des centaines d’objets et d’équipements sont à votre disposition dans le jeu et encore plus d’ingrédients pour les fabriquer. Plus chronophage, ce n’est pas possible. Et ce n’est pas non plus ce que l’on recherche dans un RPG tactique.

screenOn aurait préféré un meilleur développement des personnages et de l’histoire en général dans laquelle on a du mal à plonger. De plus, Kyn est entièrement en anglais et cela va peut-être en décourager plus d’un. La direction artistique est par contre un point fort. Si les environnements sont classiques, les couleurs chatoyantes et le design simple mais efficace ne vous lasseront jamais. L’ambiance dans les différentes villes est plutôt sympathique, sauf dans le vôtre. Entre chaque mission vous reviendrez à Vinborg pour gagner des niveaux et vous équiper, mais vous verrez que chez vous, c’est mort. Ce ne sont pas les cinq grouillots que vous croiserez qui vous donneront envie de rester.

screenscreenscreen

screenCôté développement des personnages, on a un arbre classique divisé entre la Force, l’Esprit et le Contrôle. Chaque branche équivalente au Physique, la Magie, ou la Stamina. En tout, près d’une centaine de compétences seront déblocables et vous pourrez les essayer sans risque puisque vous pourrez reset vos persos à tout moment.

Pourtant pas impressionnant d’un point de vue technique, Kyn souffre de quelques bugs d’inventaire, de validation de quêtes et surtout de chargements très longs à chaque changement de lieu ou reprise de partie. La caméra aussi peut frustrer, car le champ de vision est assez restreint et il vous faudra souvent changer d’angle pour vous repérer. Au niveau sonore toutefois, rien à redire.

screenPour conclure on peut donc dire que Kyn séduit visuellement et procure un peu de fun à jouer. Le contenu pléthorique peut être un argument d’achat pour certains, mais le crafting n’est pas pour plaire à tout le monde. La difficulté, bien que mal dosée, propose un vrai challenge et vous ne terminerez pas le jeu en moins de 20 heures en normal. Quelques soucis techniques vous gâcheront un peu l’expérience et l’histoire n’est pas franchement bien emmenée. A vous de voir donc quelles sont vos priorités pour une RPG tactique, mais pour nous c’est vraiment du 50/50. La demi-étoile en plus, c’est pour les choix de design plaisant à la rétine.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Kyn (PC)

Plateformes : PC

Editeur : Versus Evil

Développeur : Tangrin Entertainment

PEGI : 12+

Prix : 19,99 €

Aller sur le site officiel

Kyn (PC)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 6/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu Kyn (PC) :

0