Batman Arkham VR (PS4)

 

Publié le Lundi 10 octobre 2016 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Test de Batman Arkham VR (PS4)

Batmauvais ?

imageFort de la popularité de sa trilogie Batman, le studio Rocksteady a imaginé une aventure en réalité virtuelle, pour le casque PlayStation VR. Une aventure qui vous plonge carrément dans la peau du justicier masqué.

Alors ? Je suis Batman ou pas ?

Le « jeu » commence avec un flashback… le meurtre des parents du petit Bruce Wayne. C’est évident, quelque part, mais on ne s’y attendait pas forcément. Et les perspectives, avec une vue « basse » comme si vous n’étiez qu’un gamin, sont parfaites. Voir ses parents mourir sous ses yeux, être totalement impuissant, c’est… assez captivant. Dès la première scène, Rocksteady nous happe dans l’histoire. Une petite introduction réussie. Vous êtes Bruce Wayne. Et vous êtes désormais orphelin.

On se dit alors qu’on est prêt à vivre une expérience hors du commun… et le jeu vous plonge directement dans la deuxième scène. Vous voilà dans le hall du manoir. Alfred vous bafouille quelques trucs… Et là, vous n’aviez pas forcément fait attention au premier abord, mais le jeu est en anglais sous-titré. Et rapidement… ça vous gonfle. Lire les sous-titres, si vous n’avez pas un bon niveau d’anglais, s’avère fastidieux et vous coupe de cette réalité virtuelle, affichant les phrases au premier plan, sans forcément que vous n’ayez le temps de les lire toutes.
L’absence de vf est totalement préjudiciable au « jeu ». Notez-le bien.


Mais bref. Vous voilà dans le manoir. Vous pouvez explorer quelques petits trucs. Conseillé au PS Move, il suffit d’appuyer sur la touche supérieure pour vous téléporter automatiquement d’un endroit à un autre (selon des lieux prédéfinis). Vous regardez une photo, un magazine, pianotez deux notes et… hop, vous voilà propulsé dans la Batcave. L’ascenseur descend peu à peu. Fun. Impressionnant quand vous arrivez à destination. Vous tournez dans tous les sens pour voir, apercevoir, vous nourrir de l’ambiance des lieux.
Une fois le costume enfilé (mouais…), vous êtes bel et bien dans la peau de Batman.

Bon. Qu’est-ce que je fais ensuite ?

Ensuite, il va falloir chercher à retrouver Nightwing et Robin. C’est là que le bât blesse. Ecoutez bien les conseils d’Alfred, screensinon vous allez être perdu. Il faut analyser les fiches de personnage, sur l’ordinateur, vous pouvez même consulter celles de Batman et des personnages que vous aurez débloqué lors d’une précédente partie (si d’aventure vous avez envie de rejouer).
Ce passage n’a pas grand intérêt, si ce n’est de vous faire évoluer dans la bat-cave, avec toujours cette ambiance particulière, les chauves-souris qui passent, la cascade qui s’écoule…

Bon. On va donc maintenant aller dans Gotham pour enquêter. Batmobile ou Batwing ? Allez. J’ai envie de conduire la Batmobile, pour le plaisir. Cliquons donc dessus et c’est part… hein ?
Ecran noir. Bruits de Batmobile. Le « jeu » vous amène directement sur une scène de crime.

Première grosse déception : on ne conduit pas. On ne pilote pas. Rien. On ne gère aucun déplacement. Et ça, c’est un coup dur pour l’intérêt du jeu.
D’autant plus qu’à partir de cette mission, on va étudier la scène de crime, analyser les éléments, chercher des preuves… même par la suite, une fois dans la morgue, ce sera à vous de chercher les indices, trouver comment ouvrir tel coffre qui contient telle clef, reformer un objet à partir de ses différentes parties éclatées…

Ce n’est plus Batman, c’est les Experts à Gotham.

screenscreenscreen

Et quand on part sauver Robin, c’est la même chose : on tire sur des boutons, on ajuste des fusibles, on récupère des engrenages avec un grappin… Batman Arkham VR n’est qu’un putain de « jeu » d’enquête et d’énigme.

Finalement, c’est plongé dans l’antre de l’Asile d’Arkham que les choses évoluent un peu… enfin, c’est ce que l’on croit. Les délires du Joker, des personnages qui arrivent d’un seul coup, les murs qui changent autour de vous au fur et à mesure que vous tournez la tête… c’est impressionnant et bien foutu, mais pour le coup, on n’est que spectateur.

Et quand on se dit qu’on va enfin pouvoir se lancer dans l’aventure… clap de fin. Le « jeu » est fini.

screenEuh… non mais attend, là… Je n’y ai passé qu’une heure, dessus. Ou un poil plus si l’on considère que j’ai tenté plein de conneries et de trucs bizarres, comme enfoncer mes doigts dans le nez d’un monstre (ça ne marche pas), crever les yeux du Joker (ça ne marche pas), toucher les couilles de Robin (ça ne marche pas), lancer un batarang sur Alfred (ça ne marche pas)…

Donc on me vend un « jeu » qui n’a de Batman que l’habillage, mais qui se rapporte plus à une mauvaise et ridicule enquête des experts, et qui dure une heure à tout péter ? Et on me propose en plus d’y rejouer pour « résoudre les 30 énigmes supplémentaires de l’Homme Mystère » à la fin ? Vous déconnez j’espère ?

Alors je veux bien : les environnements sont sublimes. Perché sur un gratte-ciel, dans les égouts ou dans la bat-cave, même la morgue est sublime, et on passe un peu de temps à regarder partout, à tourner autour de soi pour admirer les décors. Ça doit prendre 5 minutes tout cumulé.
L’ambiance est impressionnante. J’avoue.
Mais ça ne mérite pas le nom de « jeu ». D’où l’utilisation de guillemets depuis le début de ce test. C’est juste une courte démo décevante et terriblement frustrante. Pas d’action. Des énigmes ridicules, des situations mal exploitées et très peu de possibilités d’interaction au final. Si on doit s'extasier sur ça, c'est que le jeu vidéo en VR est bien mal barré. Et si c’est ça, la VR, je revends mon casque dès demain.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Batman Arkham VR (PS4)

Plateformes : PS4

Editeur : Warner Bros. Games

Développeur : Rocksteady

PEGI : 12+

Prix : 20 €

Aller sur le site officiel

Batman Arkham VR (PS4)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 4/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

0