World of Final Fantasy (PS4, PS Vita)

 

Publié le Jeudi 10 novembre 2016 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Test de World of Final Fantasy (PS4, PS Vita)

Demain, le monde

imageUnivers riche et très largement étendu, pour ne pas dire un poil fourre-tout, Final Fantasy s’offre aujourd’hui un nouveau jeu baptisé World of Final Fantasy. Au menu, des graphismes mignons mignons mignons, mais une aventure qui n’est pas destinée aux enfants…  En effet, graphiquement, le style choisi pour le jeu est assez « enfantin ». On est à fond dans le manga et la culture graphique japonaise, avec tout ce que cela comporte : grosses têtes, gros yeux, expressions et comportements caricaturaux… sans oublier les couleurs, pimpantes et chatoyantes à outrance.

Malgré toute la réticence que l’on pourrait avoir face à ce style, il faut bien avouer que ça passe sans aucun souci. Et que Square Enix arrive, un peu à la manière d’un Kingdom Hearts, à nous plonger dans une aventure intéressante et mâture au milieu d’un univers clairement orienté enfantin. Un panachage joliment réussi qui finalement, jouit d’un capital sympathie important. Sachant que le style évoluera au fil de l'aventure.

Le jeu vous propose de pénétrer dans un mic-mac issu des divers jeux de la saga. Un mélange savamment dosé de rencontres et de (re)découvertes des histoires déjà parcourues, des personnages déjà rencontrés, des lieux familiers… World of Final Fantasy n’est d’ailleurs qu’une sorte de succession de mini-histoires sur fond de quête principale dont l’intérêt est nettement moindre. En effet, il vous place aux commandes de Lann et Reynn, deux (faux) jumeaux, un frère et une sœur, qui ont perdu la mémoire. Accompagnés de Tama, sorte de mignon lapinou, ils vont partir à la recherche de leurs origines et se rendre compte que leur histoire est liée à l’inévitable combat entre le bien et le mal. Ces deux humains évoluant au pays des lilliputiens ont toutefois un pouvoir très particulier : celui de capturer les monstres.


screenCes monstres, appelés Myrages, ne se laisseront pas facilement prendre dans votre escarcelle, croyez-moi. On n’est pas dans un simple combat à la Pokémon dont le but est d’assommer la bestiole pour l’enfermer dans une boule de 10cm de diamètre. Non, ici, on est dans le challenge et certaines conditions devront être remplies, comme par exemple utiliser un certain type d’attaque ou infliger un sort spécial. Il faudra donc bien choisir vos coups, vos attaques, vos actions…
Quant aux combats, ils utilisent une sorte de système ATB (Active Time Battle), sorte de tour par tour sans pause, malheureusement assez mal géré et avec des temps d’attente entre chaque tour assez longuets, plombant de manière importante le rythme des affrontements. Affrontements qui, cela dit, ne sont pas dénués d’intérêt et mettent en place une vraie stratégie liée à un jeu très orienté « JRPG ». Le jeu fonctionne suivant un système de pyramide, les personnages et leurs acolytes formant des trios d’attaque, permettant de cumuler leurs pouvoirs mais aussi leurs points de vie et leurs particularités.

screenIl faudra réellement bien penser sa pyramide, mélanger les myrages complémentaires, essayer de trouver les meilleurs combinaisons ou, du moins, celles qui conviennent le mieux à votre style de jeu. Ces choix seront d’autant plus cruciaux que vous serez également responsables de l’évolution de vos monstres. Vous distribuerez où bon vous semble, et à qui bon vous semble, les points d’expérience récupérés. Sachant que les myrages pourront évoluer, mais que cette évolution ne sera pas irréversible. Vous aurez donc non seulement à jongler avec la complémentarité de vos équipes, mais également les possibilités offertes selon les différents états de vos monstres…  d’autant plus qu’une évolution modifie la taille de votre myrage et la pyramide doit impérativement comporter des personnages de différentes tailles (petit, moyen, grand)…

screenscreenscreen

screenBref, il y a plein de possibilités offertes par le jeu, des dizaines de choix à faire, à tester, avant de maîtriser un tant soit peu son équipe.

On enchaîne donc les donjons, on s’égare parfois pour essayer de découvrir quelques secrets ou quelques monstres super-puissants (qui nous éclatent la plupart du temps), on rencontre quelques personnages phares de l’univers de Final Fantasy.

screenAu final, ce World of Final Fantasy jouit clairement d’un gros capital sympathie. De multiples clins d’œil que les fans apprécieront, ou que les novices découvriront avec plaisir. Un système de capture et combats bien pensé… Malheureusement, tout n’est pas parfait. On pourra par exemple regretter les niveaux en couloirs, un level design un brin mou et répétitif, une réalisation technique qui, au global, n’est pas parfaite et fait un peu passée… et même si on pourra s’accommoder de tous ces petits désagréments, on aura un peu plus de mal face à l’extrême facilité du jeu qui, finalement, ne permet pas de rendre tout l’intérêt, toute l’innovation et tout le charme du système de combat et de la nécessité de bien préparer son équipe : des choix bourrins suffiront largement pour aller au bout de l’aventure.
Malgré tout, World of Final Fantasy est bourré de charme et de bonnes idées, et mérite clairement le détour, pour tous les fans de JRPG.


 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

World of Final Fantasy (PS4, PS Vita)

Plateformes : PS Vita - PS4

Editeur : Square Enix

Développeur : Square Enix

PEGI : 12+

Prix : 50 €

Aller sur le site officiel

World of Final Fantasy (PS4, PS Vita)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 7/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu World of Final Fantasy (PS4, PS Vita) :

Derniers Commentaires

- L'Edito du dimanche par jymmyelloco

- A quoi jouez-vous ce week-end ? par dieudivin

- L'Edito du dimanche par dieudivin

- L'Edito du dimanche par Cedric Gasperini

- L'Edito du dimanche par jymmyelloco

- A quoi jouez-vous ce week-end ? par jymmyelloco

- A quoi jouez-vous ce week-end ? par dieudivin

0