Farpoint (PlayStation VR)

 

Publié le Mardi 30 mai 2017 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Farpoint (PlayStation VR)

Enfin un vrai jeu pour le PlayStation VR ?

imageAlors que les casques à réalité virtuelle peinent à s’affirmer sur le marché du jeu vidéo, et que la tendance actuelle est plus au « pshiiiit » qu’au « wahooou », Sony tente de relancer la machine avec Farpoint. Un « vrai » shoot VR. Un FPS 100% réalité virtuelle. Le premier « pur » jeu vidéo pour la VR ?
Si Resident Evil 7, jouable en réalité virtuelle, a montré tout l’intérêt du casque pour le genre, le FPS devait à son tour montrer la voie. Mais le support est-il adapté à ce type de jeu ? Faut-il sortir les sacs à vomi ? Et surtout, le jeu en vaut-il l’éventuelle nausée ou n’est-ce encore qu’un ersatz de jeu vidéo pour contenter les possesseurs du PlayStation VR, en mal de bons titres ?

Vous êtes le pilote du vaisseau Wanderer. Vous escortez deux scientifiques, les Docteurs Eva Tyson et Grant Moon, en poste sur la station spatiale Pilgrim où ils étudient la formation et la disparition des étoiles. Seulement voilà : un incident vous projette dans un tour de ver et vous éjecte sur une planète inconnue. Vous vous réveillez au beau milieu d’un monde hostile peuplé de créatures insectoïdes particulièrement belliqueuses, et légèrement plus grosses qu’un moustique.
Vous allez tenter de retrouver l’épave de votre vaisseau et, accessoirement, les deux scientifiques qui font rien qu’à laisser traîner des mémos holographiques à scanner sur le chemin.


screenSi le scénario de Farpoint est assez banal et aurait très certainement mérité un approfondissement pour nous convaincre tout à fait, force est de constater qu’il a au moins le mérite d’exister et de proposer une vraie aventure. Il vous faudra environ 6 à 7 heures pour la boucler. C’est court. Très court compte tenu du prix du jeu, vendu 50 € seul ou… 120 € avec l’Aim Controller… Un Aim Controller qui se résume, grosso modo, en contrôleur en plastique, en forme de fusil, doté d’un PS Move au bout (enfin, d’une boule façon PS Move). Ajoutez une gâchette de tir, deux sticks, l’un sur le devant l’autre sur le manche, plus tous les boutons qui vont bien (croix directionnelle, carré-rond-triangle-croix et j’en passe). J’avoue. L’Aim Controller a de la gueule, semble solide, et on espère sincèrement le voir réutilisé le plus fréquemment possible dans les jeux de tirs. Petit point négatif toutefois : il est relativement lourd à la longue, obligeant à quelques pauses durant la partie.
Mais force est de constater, pour l’avoir essayé, que le jeu est vraiment pensé pour l’Aim Controller, et nettement moins pour la manette Dualshock. Ce n’est pas infaisable, certes, mais le plaisir est nettement moindre. Privilégiez donc le pack hors de prix…

screenSi graphiquement le jeu n’est pas particulièrement époustouflant quand on voit les réalisations actuelle, notamment en raison des limitations techniques dues au PlayStation VR, force est de constater que le boulot a été quand même très bien fait. Farpoint est d’ailleurs sans doute le plus joli jeu VR sur PS4. Il arrive surtout à installer au fil de votre progression une ambiance réussie. La VR réussit totalement à vous immerger dans l’univers. Vous êtes au milieu des décors. Et vous allez vivre pleinement et physiquement l’aventure : viser pour tirer, vous accroupir pour vous planquer, faire mime de balancer l’AIM Controller derrière l’épaule pour changer d’arme…
L’immersion est totale et l’expérience particulièrement grisante dans cet univers à mi-chemin entre Starship Troopers et Aliens.

screenscreenscreen

screenIl faut toutefois relativiser la réussite d’un FPS en réalité virtuelle sur PS4. Farpoint est un FPS basique, très couloir, très plan-plan, très prévisible en soi. Mais c’est surtout la définition du casque VR qui nuit à l’expérience de jeu. Notamment pour la visée : on peine à distinguer correctement quelques créatures et parfois, l’énervement prend le pas sur le plaisir. D’autre part, les boss ont des routines simples et facilement visibles : la qualité de l’IA en prend donc un sacré coup.

Au niveau des déplacements, vous aurez le choix entre la gestion classique d’un FPS avec les deux sticks, mais entre nous, l’expérience peut être rapidement « gerbouillante ». Même votre serviteur, pourtant peu sensible aux nausées lors de l’utilisation de la VR, a été parfois (et à la longue) incommodé et barbouillé. Vous pourrez sinon choisir l’option « saut » façon téléportation, bien plus docile pour votre estomac mais forcément moins réaliste et immergente.

screenEnfin, quelques défis et un mode coop en ligne où vous devez repousser des hordes d’aliens rajouteront à la durée de vie de Farpoint.

Au final, que penser de ce Farpoint ? Il s’agit d’un bon petit FPS sur PlayStation VR. On est d’accord là-dessus. Bonne ambiance, bon ressenti, bonne immersion. La réalité virtuelle joue pleinement son rôle et c’est un vrai bonheur que de partir à l’assaut comme si on y était.
Seulement voilà, il manque quand même pas mal de petites choses pour être totalement convaincu. La visée excellente de près, mais hasardeuse de loin en raison de la faible définition du casque. Il manque surtout une partie exploration, recherche, dans un monde un brin plus ouvert. Enfin, le prix du jeu seul est un poil cher pour le contenu… alors avec l’Aim Controller, n’en parlons même pas.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Farpoint (PlayStation VR)

Plateformes : PS4

Editeur : Sony

Développeur : Impulse Gear

PEGI : 16+

Prix : 50 / 120 €

Aller sur le site officiel

Farpoint (PlayStation VR)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 6/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu Farpoint (PlayStation VR) :

0