Assassin's Creed Odyssey (PC, PS4, Xbox One)

 

Publié le Lundi 1 octobre 2018 à 13:00:00 par Cedric Gasperini

 

Test d'Assassin's Creed Odyssey (PC, PS4, Xbox One)

Joey, tu aimes les jeux sur les gladiateurs ?

imageQue ce soit clair. Assassin’s Creed Origins était un excellent jeu, sublime et qui faisait voyager dans un décor que tout le monde affectionne particulièrement : l’Egypte. Courir sur les pyramides, se prélasser au soleil sur le dos du sphinx… le jeu nous emmenait de ravissement en ravissement. Mais je n’ai pas plus accroché que ça à cet épisode particulièrement pour deux raisons : son personnage complètement insipide et son scénario décousu, inintéressant et frisant parfois le ridicule.

Bref, tout comme l’épisode Unity m’avait subjugué uniquement pour sa découverte de Paris au XVIIIème siècle, Origins m’a séduit uniquement pour sa plongée dans l’Egypte ancienne.

Autant dire que je n’attendais pas plus de ce nouvel épisode, Assassin’s Creed Odyssey. Avec une pointe de retenue supplémentaire puisque je n’aime pas spécialement les films de gladiateurs. Même si oui, j’ai déjà vu un monsieur tout nu (comprenne qui pourra).
Bref, la Grèce Antique, c’est sympa, mais pas suffisamment pour me faire relever la nuit. Je m’attendais surtout, au final, au même effet qu’Origins : ne trouver d’intérêt dans ce nouvel opus que la visite des lieux ancestraux et la découverte de l’Acropole, du Parthénon, du  temple d'Héphaïstos et autres théâtres ou monuments célèbres, comme ils étaient à l’époque.

C’est dire si, finalement, Assassin’s Creed Odyssey a été une excellente surprise.

Sans être non plus un monstre d’ingéniosité et n’excluant pas de nombreux clichés et facilités scénaristiques, cette nouvelle aventure reste cependant bien plus intéressante et bien mieux construite que la précédente. Le jeu vous permet de choisir entre deux héros. Alexios ou Kassandra. Un frère et une sœur. J’ai personnellement choisi d’incarner la demoiselle. Sachez qu’il n’est pas possible de passer de l’un à l’autre et donc que tout choix est définitif pour le reste de l’histoire. A ce niveau, on regrettera que le scénario soit le même, quel que soit le personnage choisi. Il s’agit juste d’un jeu d’adaptation de type « elle au lieu de il, sœur au lieu de frère » dans les dialogues. Ça fonctionne bien mais on aurait vraiment, carrément, aimé avoir deux scenarii différents. Ça aurait pu être bien sympa.


screenSans trop en dire sur le scénario, on débute en Cephalonie. Notre héroïne a été recueillie enfant par Markos, un arnaqueur de seconde zone qui s’est attiré les foudres du Caïd local, le borgne, bourrin de service, qui use et abuse de son pouvoir et de ses richesses. Parce que vous avez quand même une petite envie de justice, vous allez vous opposer à lui et, parlons franchement, lui défoncer proprement la gueule. Par la suite, vous allez vous retrouver en plein conflit entre Athéniens ou Spartiates. Et vous allez pouvoir choisir votre camp. Quelques batailles dans lesquelles vous affronterez différents généraux dans un bordel monstrueux rythme l’aventure et font progresser le scénario, offrant l’avantage à l’un ou l’autre camp. Vos actes, décisions, choix, auront d’ailleurs une (légère) incidence sur l’histoire. Vous pourrez tout à fait, par exemple, décider de sacrifier une famille saine dans un village de pestiférés pour ne prendre aucun risque. Ou assassiner un général allié juste pour retourner votre veste… C’est au choix. Le jeu offre une certaine liberté, plutôt appréciable, à ce niveau-là.

screenAssassin’s Creed Odyssey pose les bases dès le début en vous envoyant effectuer des missions principales et secondaires relativement variées. Aller voler un truc, aller buter quelqu’un, découvrir un trésor… On est dans de l’Assassin’s Creed pur jus. Et même si d’un point de vue scénaristique, on se retrouve directement avec un personnage doué de tous les attributs d’assassin (saut de la foi, assassinat discret, vue par les yeux d’un aigle…) sans aucune explication logique, on passera cette facilité pour se focaliser sur tout ce qui a fait le succès de la saga : De l’action et des paysages à vous couper le souffle.

L’île grecque est plus vivante que jamais, avec des animaux et des habitants à la pelle. Graphiquement, le jeu envoie une nouvelle fois du lourd. Détails à foison, horizon magnifique, souci du rendu et de la beauté des décors… Odyssey est encore plus beau, plus incroyable et plus réussi qu’Origins.
Une petite précision toutefois : sur Xbox normale (pas X, donc) ou PS4 première génération (pas pro, donc), on note quelques flous, quelques textures peu flatteuses et pas mal de popping (objets qui apparaissent d’un seul coup). Ça reste magnifique, certes. Mais c’est vraiment sur Xbox One X ou PS4 Pro que le jeu envoie du très très lourd visuellement.


screenRapidement, le terrain de jeu s’ouvrira sur d’autres îles. Et ce terrain de jeu est énorme. Monstrueux. Ajoutez le retour des batailles navales. Vous pourrez gérer votre navire en recrutant des capitaines qui apporteront efficacité et puissance.

Il y a aussi un poil de gestion « RPG » avec le fait de récupérer des armes et morceaux d’armures sur les ennemis et, au fil de votre expérience glanée, développer un arbre de compétences pour trouver plus facilement les trésors, être plus efficace dans l’assassinat ou avec l’arc, voire développer des coups spéciaux par exemple. Rien de bien folichon non plus : on trouve généralement des objets et armes selon son niveau, on est loin d’une collectionnite aigue à la Diablo et il s’agira donc de voir si l’on est plus à l’aise avec une épée, une lance ou une masse, plus que de vouloir à tout prix trouver un objet unique ou spécial.

Quant au gameplay, on retrouve les mêmes mouvements, les mêmes possibilités que le précédent opus. On grimpe partout et facilement, on combat avec aisance, même si, petite nouveauté, vous devrez frapper, esquiver ou parer avec une nouvelle formule de boutons et un timing précis. Rien d’insurmontable cela dit.

screenPas besoin d’aller beaucoup plus loin dans la description du jeu. Certes, on retrouve encore quelques bugs et une IA pas toujours folichonne. Des critiques régulières quant à la série. Mais cela n’arrive pas à nous enlever notre bonheur. Mieux encore : le jeu bénéficiera comme Origins avant lui d’une prochaine mise à jour pour découvrir la Grèce Antique, ses monuments, la vie à l’époque, dans un mode « Discovery tour », sans ennemi et sans mission. Juste du tourisme haut de gamme via un jeu vidéo. Et ça, c’est vraiment chouette.

Au final, donc, Assassin’s Creed Odyssey est une excellente surprise. Un vrai bonheur de tous les instants. Meilleur que Origins. Plus abouti. Plus intéressant. Avec des personnages plus charismatiques. Une seule déception ? L’absence de doublage en grec ancien… histoire de se mettre dans l’ambiance… Mais pour le reste, c’est le meilleur épisode de la série depuis bien longtemps.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Assassin's Creed Odyssey (PC, PS4, Xbox One)

Plateformes : PC - Xbox One - PS4

Editeur : Ubisoft

Développeur : Ubisoft

PEGI : 18+

Prix : 60 €

Aller sur le site officiel

Assassin's Creed Odyssey (PC, PS4, Xbox One)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 9/10

 

 

Images du jeu Assassin's Creed Odyssey (PC, PS4, Xbox One) :

Derniers Commentaires

- L'Edito du dimanche par clayman00

- L'Edito du dimanche par Yutani

- L'Edito du dimanche par dieudivin

- L'Edito du dimanche par 10r

- L'Edito du dimanche par jymmyelloco

- A quoi jouez-vous ce week-end ? par clayman00

- A quoi jouez-vous ce week-end ? par dieudivin

0