NBA 2K19 (PC, PS4, Xbox One, Nintendo Switch)

 

Publié le Vendredi 28 septembre 2018 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Test de NBA 2K19 (PC, PS4, Xbox One, Nintendo Switch)

Dunk réussi

imageLes années se suivent et se ressemblent pour la saga NBA de chez 2K Sports. Et cette édition 2K19 ne déroge pas à la règle : c’est une nouvelle fois une réussite et le jeu se classe au firmament des jeux de basket.

Une nouvelle fois, NBA 2K19 propose pléthore de modes de jeux.

Le Mode carrière se focalise cette fois-ci sur un jeune basketteur, Al, qui évolue en Chine, dans l’équipe des Shanghäi Bears. Le but va être de sortir du lot, vous faire remarquer et ainsi intéresser les recruteurs de la NBA. C’est via un match de gala face aux cadors du basket pro US tels que LeBron James que vous allez pouvoir vous mettre en avant. En effet, votre modeste équipe va réussir à mettre une déculottée à des pros sans doute émoussés par le décalage horaire, la drogue, l’alcool ou simplement les nouilles frelatées. En tout cas, même si niveau scénario, c’est totalement tiré par les cheveux sur un crâne de chauve, on va suivre l’évolution de notre ami Al, rapidement envoyé dans la ligue mineure de la NBA où il devra faire ses preuves.

Et il va falloir s’accrocher pour ne pas que l’avenir de Al capote. Je vous en prie, c’est cadeau pour le jeu de mot.

Bon. Ce mode carrière est toujours très basique, prévisible et surtout, doté d’une difficulté terriblement mal dosée, mais les fans apprécieront cette petite plongée dans l’antichambre de la NBA, avec ses petits à-côtés. Comme d’habitude, on croise des pros, on se prend un rival bizarrement surdoué dans les dents, et on se transcende pour terminer en haut du firmament des joueurs NBA. C’est un peu longuet, surtout avec les cinématiques quelques fois lourdingues, parfois un poil chiant, parfois simple, parfois trop difficile, mais ça fonctionne quand même. Surtout une fois en NBA où vous serez moins sollicités et où les matchs s’enchaînent plus directement. On pourra éventuellement regretter la progression de son personnage, lente… très lente… et dépendante des crédits virtuels, les VC, que l’on obtient au fil des parties… mais avec parcimonie.


screenLe jeu, quant à lui, s’organise toujours autour du Quartier, un hub (plus petit cette fois, ce qui est une bonne chose) où l’on trouvera la boutique de fringues, la boutique de pompes, la salle d’entraînement… les développeurs ont fait de gros efforts sur la clarté des menus, la rapidité des déplacements et même la rapidité des temps de chargement. Mieux encore : quelques mini-jeux viennent égayer la vie en extérieur.

Bon. On reste toujours aussi peu convaincus de l’intérêt de ce Quartier, mais avouons que c’est nettement plus digeste que l’année dernière.

Mais au final tout ceci n’est qu’accessoire. Le cœur du jeu reste le plaisir de faire des parties seul ou à plusieurs en multijoueur ou en local. De faire un championnat. De pourquoi pas gérer son équipe via le mode MG (fuyez le mode scénarisé, pénible et sans intérêt, pour le mode classique). On pourra gérer son staff, recruter des joueurs, faire progresser sa franchise… Bref, les modes ne manquent pas pour se faire plaisir, soit en jouant simplement, soit en plongeant un peu plus dans la gestion d’un club.

screenReste que la beauté et la magnificence du jeu réside dans un gameplay aux petits oignons, servis par un graphisme de qualité et une ambiance sonore à la limite de la perfection.
C’est beau, c’est fluide, c’est une petite merveille de réalisme et de sensations. Quelques améliorations au niveau de la jouabilité sont à noter avec une meilleure gestion des contacts, une IA plus variée, une opposition mieux gérée et, au final, un challenge plus corsé. Il va falloir varier les phases de jeu, mieux créer des espaces, moins foncer dans le tas sous peine de se voir contrer ou piquer la balle, les joueurs ont un meilleur placement… bref, c’est du tout bon.
Le ressenti au niveau de la conduite de balle ou des tirs, l’agitation sous le panier… c’est vraiment l’excellence du jeu basket.

Au final, NBA 2K19 reste le meilleur jeu de basket sur le marché. Le plus complet. Chacun y trouvera son compte au niveau des modes de jeu. Ceux qui veulent une aventure. Ceux qui veulent gérer leur club. Ceux qui veulent jouer seuls. Ceux qui veulent jouer à plusieurs. Et tous ces modes sont servis par un gameplay éprouvé et encore perfectionné cette année. Du pur bonheur.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

NBA 2K19 (PC, PS4, Xbox One, Nintendo Switch)

Plateformes : PC - Wii U - Xbox One - PS4

Editeur : 2K Games

Développeur : Visual Concepts

PEGI : 3+

Prix : 60 €

Aller sur le site officiel

NBA 2K19 (PC, PS4, Xbox One, Nintendo Switch)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 9/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu NBA 2K19 (PC, PS4, Xbox One, Nintendo Switch) :

Derniers Commentaires

- L'Edito du dimanche par Papa Panda

- L'Edito du dimanche par AL-bondit

- L'Edito du dimanche par Cedric Gasperini

- A quoi jouez-vous ce week-end ? par clayman00

- L'Edito du dimanche par clayman00

- L'Edito du dimanche par AL-bondit

- L'Edito du dimanche par Papa Panda

0