Rage 2 (PC, Xbox one, PS4)

 

Publié le Mardi 21 mai 2019 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Test de Rage 2 (PC, Xbox one, PS4)

Bof

imageLors de sa sortie en 2011, Rage avait en partie séduit la presse. Dont nous, d’ailleurs. Personnellement, j’ai plutôt apprécié l’exercice. Et même si je m’en suis vite lassé à l’époque, j’y suis retourné quelques temps après et ai finalement poussé un peu plus l’aventure. Et j’y ai pris pas mal de plaisir. Pour autant, au niveau des ventes, le jeu a fait un gros flop.

Autant dire que voir débarquer une suite a été une vraie surprise. Elle s’explique peut-être par le fait qu’Avalanche Studios a sorti un jeu Mad Max entre temps et que Rage s’inspire sensiblement de cet univers. Donner Rage 2 à développer à Avalanche semblait donc plutôt logique.

Oui, sauf que Mad Max, le jeu, était une merde. Et que pour le coup, on a de suite eu très peur que ce Rage 2 se perde dans les méandres d’une réalisation plus que moyenne et d’une écriture bâclée.

Cela dit, comme on a aimé Rage premier du nom, on a laissé sa chance au produit et espéré secrètement refoutre le souk dans ce mélange punk-post-apocalyptique où tout se règle à grands coups de flingues, au milieu de paysages désertiques et poussiéreux.

Et donc on a lancé Rage 2. Au sens figuré. Personnellement, après coup, je me dis que ça aurait été peut-être plus judicieux de la lancer au sens propre. Parce qu’une nouvelle fois, on a pu se rendre compte qu’Avalanche est un studio surcoté qui devrait s’en tenir à ce qu’il fait à peu près bien : sa série Just Cause.


screenDans une intro particulièrement ratée d’un point de vue narration, rythme et level design, vous allez découvrir que vous incarnez Walker, un ou une Ranger. Le dernier Ranger, d’ailleurs, puisque vos forces se prennent une grosse branlée face à l’attaque soudaine de votre base par le Général Cross, un gars dont il ne reste d’humain que la tête, le corps étant celui d’un gros robot surpuissant. Vous découvrirez alors que votre chef d’unité vous a toujours préservé parce que vous êtes le meilleur (logique, donc) et l’avenir de l’humanité (encore logique) et que vous allez donc devoir sauver la civilisation (logique de ne pas avoir été entrainé correctement, donc).

De toute façon, ne cherchez pas : le scénario de Rage 2 est une catastrophe. Ecrit avec les pieds, perclus d’incohérences, doté de dialogues la plupart du temps consternants et avec la volonté d’insérer des touches d’humour de série Z qui tombent systématiquement à plat, l’ambiance scénaristique du jeu est à classer entre la catégorie « consternant » et « pathétique ». On sent clairement l’inspiration de Borderlands, mais Rage 2 ne lui arrive pas à la cheville en termes d’humour, de décalage et de délire.

screenOn suit alors l’histoire sans s’y impliquer, en étant trimballé d’une mission à une autre, d’un personnage (qui ne sont d’ailleurs pas très développés ni très intéressants) à l’autre… Vous allez passer pas mal de temps à conduire votre véhicule post-apocalyptique, aller d’un point A à un point B, vous arrêter parfois quand vous croisez un bâtiment ou un endroit qui mérite d’être explorer, et y aller à pieds. Si le monde ouvert propose des extérieurs sympathiques et plutôt réussis dans l’ensemble, avec quelques jolies vues d’ailleurs, les intérieurs, eux, manquent non seulement d’originalité, mais surtout de soin d’un point de vue technique. Le contraste est assez saisissant… le tout entaché par une volonté de coller des couleurs criardes et des néons dès que possible, dans un style pas très heureux, il faut bien l’avouer.

screenscreenscreen

screenHeureusement, tout n’est pas à jeter dans Rage 2. Les combats sont particulièrement dynamiques. Grâce à un arsenal varié et avec un bon rendu, de bonnes sensations, ça défouraille sec dans le wasteland. C’est violent, bestial… et même si c’est souvent gâché par des scripts gros comme des maisons (notamment lors des combats contre les infrastructures, comme les péages par exemple, tenus par les bandits) avec des gars qui débarquent d’on-ne-sait où alors qu’on venait de faire le ménage avec les mitrailleuses et les missiles de son véhicule, ma foi, chaque gunfight est plutôt rythmé et survitaminé. Un bon point, donc, avec quelques passages pas loin du jouissif.

L’IA n’étant pas brillante, cela dit, les combats tournent souvent au simple massacre.

screenLe jeu vous proposera, enfin, de gagner différents pouvoirs (par exemple un dash) à chaque nouvelle découverte d’arche (artefacts d’avant l’apocalypse), et de gagner des améliorations d’armes et de véhicule. Un peu brouillon, pas très poussée, cette partie ajoute une couche RPG sympathique mais en rien novatrice.

Au final, donc, Rage 2 est dans la lignée de Mad Max d’un point de vue ressenti : une bonne base, mais bâclée par un manque de soin et d’application. Si, contrairement à Mad Max, Rage 2 offre des combats dynamiques et rythmés, des paysages réussis et un arsenal jouissif, force est de constater que le jeu, sans être mauvais, n’arrive pas à convaincre, ni même, en fait, intéresser. Ajoutez une durée de vie très faiblarde pour un monde ouvert (une douzaine d’heures) et qui ressemble plus à celle d’un FPS linéaire, et vous comprendrez que Rage 2 est au mieux décevant, au pire raté. Dommage. Et si honnêtement, on a hésité entre 2 étoiles et demie et trois pour la note, c'est parce que les gunfights sont bien bourrins et pourront éventuellement vous satisfaire qu'on a opté pour la note la plus haute, même si sincèrement, on a très très longuement hésité.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Rage 2 (PC, Xbox one, PS4)

Plateformes : PC - Xbox One - PS4

Editeur : Bethesda Studios

Développeur : Avalanche Studios

PEGI : 18+

Prix : 60 €

Aller sur le site officiel

Rage 2 (PC, Xbox one, PS4)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 6/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu Rage 2 (PC, Xbox one, PS4) :

0