Labyrinth Life (PS4)

 

Publié le Jeudi 5 septembre 2019 à 12:00:00 par Corentin Castric

 

[Test] Labyrinth Life sur PS4

Aventure mammaire avec des jeunes filles en fleurs

imageC'est désormais confirmé, les jeux japonais sont parfois aux limites du politiquement correct, voire même du pornographique dans certains de leurs jeux. Et Labyrinth Life, que je vais vous présenter aujourd'hui, ne déroge pas à la règle.

Edité par D3 Publisher, et sorti en 2 versions, une version Labyrinth Life sur PS4, et une version Omega Labyrinth Life sur Switch, qui a la particularité d'être non censurée, le jeu se montre comme un Dungeon-RPG vu de dessus, avec quelques éléments de rogue-like. On y incarne les étudiantes résidentes de l'académie pour jeunes filles Belles Fleurs, où règne un majestueux jardin, qui a pour particularité de ne jamais faner grâce à la fleur protectrice divine nommée Flora.

Cependant, le lendemain de l'arrivée d'une nouvelle étudiante transférée, Hinata Akatsuki, le jardin se dessèche entièrement, même la fameuse fleur protectrice. Les étudiantes s'allient donc pour parcourir les différents donjons ouverts dans le jardin, afin d'aider Flora à retrouver son pouvoir, et ainsi refaire fleurir le jardin.



Jusqu'ici, tout va bien me direz-vous. Des fleurs, des jeunes filles, et une déesse à sauver, classique. Mais pour aider cette déesse, vous devrez récolter de "l'Omega Power", sorte d'énergie spirituelle invisible que vous récolterez sur les ennemis en particulier. Mais cet "Omega Power" à la particularité de se stocker dans la poitrine de nos héroïnes, ayant pour effet de faire grossir leurs seins. Plus la poitrine grossit et change de bonnet, plus l'héroïne concernée gagnera en statistiques, et ce jusqu'au bonnet Z ! Et oui, fallait bien que ça parte en sucette à un moment.

screenVous allez donc vous retrouver à arpenter divers donjons case par case, accompagné d'une de vos amies, gérée elle par l'IA. Dans ces donjons, vous commencerez toujours au niveau 1 et au bonnet initial de votre héroïne, et vous affronterez au tour par tour des ennemis plus ou moins puissants, qui lâcheront parfois des objets par terre. Ces objets peuvent être équipables comme les armes, boucliers, culottes et soutiens-gorges (et oui...) augmentant ainsi les caractéristiques de votre héroïne, ou bien des projectiles, des livres de sorts et j'en passe, qui seront utilisables via un menu contextuel. Votre héroïne, en plus de sa barre de vie, dispose d'une barre de faim qui se vide au fur et à mesure de votre expédition, il est donc important de consommer les objets de type nourriture afin que cette jauge n'atteigne pas zéro, sans quoi votre vie serai drainée peu à peu. On a donc un Dungeon-RPG somme toute assez classique, si on exclut le grossissement de poitrine par absorption d'Omega Power.

En dehors des donjons, vous pourrez vous occuper de votre jardin, en modifiant les diversscreen accessoires comme les bancs ou les réverbères, ou encore en plantant des graines et en les arrosant. Une fois écloses et récoltées, vous obtenez d'autres graines, ainsi que des fleurs permettant d'améliorer des objets grâce à la synthèse. Cette synthèse d'objets peut se révéler très pratique en donjons pour améliorer vos équipements, ou en fusionnant deux équipements similaires pour augmenter leur puissance. Mis à part ça, la gestion du jardin reste assez anecdotique.

Les points Omega récoltés au fur et à mesure de l'aventure vous permettent également d'améliorer les capacités spéciales de vos héroïnes, ce qui donne lieu à un petit "moment privilégié" avec celle-ci (comprenez ici une image un peu olé-olé de la jeune fille...).

Lorsque vous êtes à l'Académie, vous pourrez également réaliser des quêtes annexes, qui se résument la plupart du temps à récupérer un objet en particulier ou réaliser une tâche précise pour valider la quête. Rien d'exaltant, mais ces quêtes vous font gagner des Omega points.

screenTechniquement et graphiquement, on est face à un jeu qui aurait très clairement pu sortir sur PS3, car même si l'Académie est rendue de manière plutôt agréable, les donjons et les modèles 3D des héroïnes sont eux peu inspirés, et le style Chibi renvoit une image assez grossière dans l'ensemble. Les sprites 2D quant à eux sont plutôt jolis, et les images de scènes un peu hot raviront ceux qui étaient venus pour se rincer l'oeil.

Au final, Labyrinth Life est un Dungeon-RPG de bonne facture, qui propose un système de jeu sympathique, et surtout une durée de vie colossale puisqu'il vous faudra une soixantaine d'heures environ pour terminer l'histoire, et un peu plus si vous voulez atteindre le 100%. On regrette cependant une réalisation un peu datée, un scénario un poil trop léger et enfantin, et toujours ce côté coquin qui semble être là juste parce que "c'est rigolo les seins qui grossissent". On aura vu plus intéressant dans la case des Dungeon-RPG japonais.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Labyrinth Life (PS4)

Plateformes : Wii U - PS4

Editeur : D3 Publisher

Développeur : D3 Publisher

PEGI : 16+

Prix : 49,99 €

Labyrinth Life (PS4)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 6/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu Labyrinth Life (PS4) :

0