Daemon X Machina (Nintendo Switch)

 

Publié le Mardi 24 septembre 2019 à 12:00:00 par Vincent Cordovado

 

Daemon X Machina (Nintendo Switch)

Adopte un Mecha

imageLors de son annonce, Daemon X Machina avait de quoi faire rêver avec son casting 4 étoiles : Kenichiro Tsukuda (Armored Cored 2 et 3) comme producteur, Shoji Kawamori (Macross, Vision d’Escaflowne, Armored Core) au design des robots et Yusuke Kozaki (No More Heroes, Fire Emblem : Awakening) en chara designer. L’équipe réunie par Marvelous laisser augurer du meilleur pour cette exclusivité Switch. Comme les titres impliquant des Mecha sont des jeux de niche, que peu sont sortis en occident, on s’attendait à ce que celui-ci soit un peu la crème de la crème. Bref, on pensait que ça aller être chouette et on a malheureusement très vite déchanté. On vous explique pourquoi.

Daemon X Machina se déroule dans un futur apocalyptique à base de Lune explosée qui libère une ressource, le femto et d’IA qui décide de détruire l’humanité en contrôlant toutes les machines. On se retrouve au beau milieu de tout ça comme étant un Outer devant butter de l’Immortals, les vilains robots, à l’aide de notre Mecha, dans une zone de conflit qui s’appelle l’Oval Link. Ajoutez à ça quelques mercenaires, une IA sympa, des trahisons, saupoudrez de clichés et vous obtenez un scénario qui se noie dans une narration complètement foirée. On enchaine les missions les unes après les autres, sans comprendre vraiment pourquoi, de temps à autre on a droit à une cinématique, ou à une séquence en mission, mais franchement, la mayonnaise ne prend pas. C’est indigeste, il est très difficile de comprendre ce qu’il se passe et encore plus de rentrer dans le scénario. Et quand le titre essaie de se la jouer marrant, à base de discussion à la con entre pilotes, ça dure 5 minutes en pleine mission et c’est hyper compliqué de suivre et de réaliser nos objectifs en même temps. Ou alors il faut apprendre le japonais. Bref, le titre ne parvient pas à convaincre de ce côté-là.


screenLe souci, c’est qu’il ne convainc pas plus lors des phases de combat. En effet, si du côté des commandes, c’est mieux, notre mecha répond aux poils et se mouvoir sur le terrain est relativement aisé malgré la multitude de commandes possibles, pour le reste, le titre prend l’eau : les combats sont relativement mous, les coups et les tir manquent cruellement d’impact et surtout, la lisibilité est à revoir. La faute à une framerate qui toussote un peu trop à mon goût, de l’aliasing à tout va (en mode portable ou TV) et un HUB qui, bien qu’il soit paramétrable, prend trop de place. Ajoutez à ça l’absence d’un lock convenable et vous anéantissez tout espoir d’avoir des affrontements épiques. Et ce n’est malheureusement pas les combats contre les boss qui vont remonter le niveau. Certes, certaines missions varient un peu, mais globalement, ce sera toujours la même chose. En soit, ce serait moins gênant si les combats étaient jouissifs mais comme ce n’est malheureusement pas le cas, la lassitude vous gagnera probablement très vite et peu de joueurs verront la fin qui se profile après un peu plus de vingt heures de jeu.

screenTout n’est quand même pas foiré dans ce Daemon X Machina qui propose une personnalisation extrêmement poussée. On peut véritablement personnaliser son mecha ou son pilote. Certes, il faudra farmer comme un dingue pour récupérer de l’argent et des ressources, mais toutes les possibilités offertes donnent presque le tournis. Le titre propose 3 arbres de compétences pour notre pilote, lui permettant de débloquer diverses améliorations. Si certaines n’ont aucune contrepartie visuelle, d’autres le transformeront en machine au sens propre du terme. Pour notre Mecha, il est possible de le modifier intégralement : tête, corps, processeur, bras gauche, bras droit, jambes ce qui va permettre d’augmenter sa vitesse, sa résistance aux brûlures, sa défense ou simplement son apparence. Il est également possible de modifier toutes sortes d’armes : épée, bouclier, fusil sniper, canons, bref, il y a vraiment beaucoup de possibilités. Le titre propose d’ailleurs 10 slots de sauvegarde de panoplie, chose bien utile pour passer d’une configuration à une autre. Bien que dans les faits… ce ne soit pas nécessaire pour avancer dans le jeu.

Bref, vous l’aurez compris, on aurait aimé pouvoir en dire du bien, mais il faut se rendre à l’évidence, Daemon X Machina est un titre raté. Je n’y ai pris que peu de plaisir à cause d’une mise en scène foirée, de missions répétitives et des combats à revoir. A éviter donc, sauf pour les amoureux de mecha qui sont vraiment en manque. Mais le mien restera au garage.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Daemon X Machina (Nintendo Switch)

Plateformes : Wii U

Editeur : Nintendo

Développeur : Marvelous

PEGI : 12+

Prix : 60 €

Daemon X Machina (Nintendo Switch)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 4/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu Daemon X Machina (Nintendo Switch) :

Derniers Commentaires

- L'Edito du Dimanche par jymmyelloco

- A quoi jouez-vous ce week-end ? par jymmyelloco

- Microsoft achète Bethesda ! par Papa Panda

- Microsoft achète Bethesda ! par 10r

- Microsoft achète Bethesda ! par Cedric Gasperini

- Microsoft achète Bethesda ! par jymmyelloco

- Microsoft achète Bethesda ! par Cedric Gasperini

0