Resident Evil 3 Remake (PC, PS4, Xbox One)

 

Publié le Lundi 6 avril 2020 à 12:00:00 par Vincent Cordovado

 

(TEST) Resident Evil 3 Remake (PC, PS4, Xbox One)

Vacances à Raccoon City

L'an dernier, Capcom nous collait une grosse claque dans la tronche avec un remake revu et corrigé du second opus de Resident Evil. Bien plus qu'une simple remise au goût du jour graphique, ce remake apportait carrément une nouvelle lecture des évènements arrivés à Raccoon City. Cette année, l'éditeur japonais remet le couvert, cette fois, avec le dernier opus de la trilogie sortie sur PlayStation. Qui plus est, avec un mode multijoueur que personne n'attendait. Alors, on tend l'autre joue ?

Guère plus d'un an sépare ce remake du précédent. Et autant vous dire que cela se ressent grandement manette en main. Même feeling dans les déplacements ou la visée. On aurait d'ailleurs aimé que quelques petites corrections soient apportées, comme la possibilité de combiner directement les objets dans le coffre, plutôt que de devoir jongler avec l'inventaire ou encore qu'il soit un peu moins bordélique de venir à bout d'un zombie (même en lui tirant dans la tête, on y vide le chargeur), mais dans l'ensemble, ça reste très bon. D'autant que Resident Evil 3 est graphiquement encore plus maîtrisé que son ainé. C'est beau, vraiment beau. Les environnements traversés sont criants de vérité, le travail réalisé sur les animations faciales est excellent et que dire des effets de lumière, vraiment superbes. Capcom maîtrise sont RE Engine. Ok, il est arrivé que quelques fois, les animations un peu lointaines soient aliasées, mais dans l'ensemble, c'est carrément bon.
 
 
Resident Evil 3 vous propose de suivre les évènements survenus à Raccoon City, en parallèle du second volet, au travers de Jill Valentine, héroîne du premier opus, et Carlos Oliveira, membre des forces de contre-mesure d'Umbrella. Pas de scénario distinct, mais des chemins qui se croisent et nous font alterner entre l'un et l'autre, au fil d'un scénario revu et corrigé. J'ai vraiment eu l'impression  de découvrir un autre jeu. L'enchaînement des lieux est repensé pour apporter plus de cohérence et c'est très appréciable. Certes, on pourra pourra toujours déplorer la modification de certains passages, la disparition d'autres, mais honnêtement, j'ai trouvé l'ensemble bien mieux amené que dans l'épisode d'origine. On gardera bien entendu la traque sauvage du Nemesis, plus impressionnant que jamais dans ces diverses formes. L'arme bio-organique d'Umbrella vous donnera quelques sueurs froides. Même si ses apparitions sont scriptées et que parfois on s'attend à sa venue, la tension est présente lorsque le colosse invincible est là et on sera bien content de trouver des générateurs électriques et autres bidons d'essences à faire exploser pour le ralentir. Le monstre sprinte, fracasse les murs, bondit et peut vous sauter à la gorge lorsque vous vous y attendez le moins. Autant vous dire que vous allez rapidement devoir maitriser la possibilité d'esquive de Jill, bien pratique contre lui ou le reste du bestiaire.

Dans son ensemble, Resident Evil 3 Remake est bien rythmé, avec notamment un démarrage à 200 km/h qui n'a plus rien à voir avec celui d'origine. Le tout se calme un peu par la suite, mais ça reste rythmé et très tourné vers l'action. Et finalement, il n'y a presque plus de place à la peur que lors de quelques jump scare bien placés. Malheureusement, ce remake est aussi court qu'il est intense. J'ai mis à peine plus de 6h30 pour en voir le bout, soit 5h30 de jeu effectif, lors du premier run en normal. Et comme il n'y a pas de scénario distinct entre les deux personnages, la rejouabilité dépendra uniquement de vous et de votre envie de vous refarcir le titre dans les divers modes de difficulté pour débloquer les différents trophées/succès et autres défis internes du jeu. Ces défis permettent d'ailleurs de gagner des points permettant d'acheter des armes et de l'équipement, dont le très célèbre lance-roquette à munitions illimitées, bien pratique pour vos autres runs.


Ce remake n'est donc pas vendu seul et contient un mode de jeu multijoueurs asymétrique, Resident Evil Resistance. En gros, cinq joueurs prennent part à la partie : quatre jouent les survivants de manière classique et le cinquième joue le rôle du game master qui va devoir tout faire pour éviter que les autres réussissent à s'enfuir. Et l'ensemble fonctionne plutôt bien, même si, en toute honnêteté, je n'ai pas eu la possibilité d'y jouer assez longtemps pour pouvoir débloquer une grande partie des compétences,  que ce soit au niveau des capacités des survivants que des Masterminds. De même difficile de se faire un avis sur l'équilibrage même si dans l'ensemble, j'ai pu constater que les survivants s'en sortaient plus fréquemment que le Mastermind. Le titre offre plusieurs profils de survivant, chacun avec ces propres capacités qu'ils faudra débloquer au prix de longue heure de jeu. Les parties durent en moyenne une quinzaine de minutes, c'est parfois un gros bordel, mais au micro, avec des amis, ça fera très probablement son petit effet. Capcom fera très probablement le nécessaire pour étoffer le titre qui ne propose pour l'instant, que 4 petites cartes.

Ce Resident Evil 3 est donc un très bon remake qui m'a bien plu. Après, son gros point noir est sa durée de vie. D'un côté, on peut se dire que c'est court, mais finalement pas plus que les survival horror de l'époque dont il puise se origines et puis l'aventure se vit à toute blinde. De l'autre, il n'offre une rejouabilité que pour ceux qui aiment le scoring. A vous de voir. Dans tous les cas, il y a de quoi s'occuper avec un mode multijoueur asymétrique plutôt sympathique, en espérant que Capcom ne tarde pas trop à l'étoffer pour éviter que les joueurs tournent en rond.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Resident Evil 3 Remake (PC, PS4, Xbox One)

Plateformes : PC - Xbox One - PS4

Editeur : Capcom

Développeur : Capcom

PEGI : 16+

Prix : 49,99 €

Resident Evil 3 Remake (PC, PS4, Xbox One)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 8/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

0